| More

1176141_516961721716892_1047587989_n

Cette semaine, 125 jeunes venus d’Amérique du Nord ont immigré en Israël pour rejoindre les rangs de Tsahal.

Ils franchissent une nouvelle étape de leur vie… Celle d’enfin servir le pays qui fait vibrer leur cœur. Celle d’enfin faire partie de tous ces jeunes soudés pour défendre leur pays.

Un avion charter surnommé « le vol des soldats » a atterri en Israël mardi matin, apportant 125 jeunes juifs américains prêts à revêtir l’uniforme et rejoindre les rangs des Forces de défense israéliennes.

Le vol a été parrainé par Nefesh B’Nefesh, l’organisation à but non lucratif qui promeut, encourage et facilite l’immigration juive en Israël à partir de l’Amérique du Nord et au Royaume-Uni, en collaboration avec le ministère de l’Intégration et de l’immigration en Israël.

Le vol, transportant un total de 330 nouveaux immigrants en provenance d’Amérique du Nord, comprenait 63 hommes et 62 femmes âgés de 18 à 22 ans qui vont bientôt être intronisés dans les forces armées, la plupart d’entre eux dans des unités combattantes.

La plupart des soldats ont déclaré qu’ils voulaient servir dans des unités de combat d’élite telles que Duvdevan, Sayeret Matkal et Shayetet 13, tandis que les jeunes femmes soldates ont exprimé leur intérêt à siéger dans l’unité Oketz (unité canine de l’armée israélienne), ou de devenir médecins ou des instructeurs de tir.

Les nouveaux soldats seront classés comme » soldats solitaires » qui, en vertu d’avoir peu ou pas de famille en Israël, auront le droit à un certain nombre d’avantages au cours de leur service.

Parmi les 2800 » soldats solitaires » en Israël, environ 900 sont originaires d’Amérique du Nord, 1015 sont originaires des pays russophones, 250 sont originaires de France et 200 d’Amérique latine.

Pour accueillir les nouveaux Olim à l’aéroport, beaucoup de dignitaires israéliens avaient fait le déplacement : le ministre de l’Intérieur Gideon Saar, le chef de la direction du personnel de Tsahal, le major-général Orna Barbivai, et une foule de hauts fonctionnaires gouvernementaux.

Le budget de la Défense occupe en Israël une part des dépenses publiques bien supérieure à celle qu’on trouve en France ou même aux Etats-Unis (respectivement 9% en Israël, 2,5 % en France et 2,9 % aux USA). Cela est encore plus vrai pour les dimensions de ses forces armées : sur 7 millions d’habitants (dont 5,3 millions de Juifs), 176000 militaires sont sous les drapeaux en permanence et quelque 450000 réservistes sont prêts à les rejoindre en cas de mobilisation générale, soit presque 10% de la population adulte. Les Israéliens servent pendant vingt à trente années supplémentaires, au titre de l’armée de réserve, dans leur unité initiale

Mais, bien au-delà de ce fait statistique, l’armée a dans la vie quotidienne et dans l’espace public une présence et une visibilité hors pair. Le soldat est constamment et partout présent, dans la rue autant que dans les publicités.

Afin d’y attirer la jeunesse israélienne, l’armée cultive consciemment le prestige et le sentiment du caractère exceptionnel de ses combattants en faisant de leurs unités des corps d’élite.

tsh femee

« On a besoin de tout le monde » : dès 1948, l’armée s’ouvre aux femmes.L’obligation faite aux femmes d’accomplir leur service militaire s’accompagne d’un égal accès pour elles à l’élite combattante et au prestige et à la reconnaissance sociale qui y sont associés. En clair, les femmes ont rejoint les rangs des combattants, des commandos de la marine, des pilote de chasse ou des commandants de bataillon. Ici le service militaire joue un rôle majeur dans la formation des identités masculine et féminine.L’armée joue un rôle majeur dans la formation des repères identitaires.

Avant même l’indépendance de l’Etat, l’expérience militaire fut l’un des fondements de l’identité israélienne.

Roger Haddad & Souhail Ftouh

Leave a Reply

*