| More

En l’honneur de Yom Haatsmaout (jour de l’indépendance qui a débute lundi soir), nous célébrons avec toute la joie et la solennité le 63e anniversaire de l’Etat Juif et démocratique d’Israël.

Yom Haatzmaout constitue aussi pour nous ( les non juifs) l’occasion de rappeler que notre solidarité avec Israël est une solidarité infaillible. Nous apprécions à juste titre le courage d’Israël de vouloir vivre libre et démocratique malgré le refus injustifié de ses voisins d’accepter toute manifestation de l’autodétermination juive au Moyen-Orient.

Israël est tout simplement l’œuvre des pionniers, d’hommes et de femmes qui sont partis de rien, sur une terre aride et misérable, du fait des siècles d’abandon, pays qu’ils ont réussi à libérer et faire reverdir.

C’est toujours très émouvant d’entendre la Haktikva..La verrons nous un jour chanter dans une capitale arabe pour inaugurer la Paix dans notre région ?

Il est temps que les Arabes comprennent que les discours de haine qu’on véhicule souvent contre Israel et les juifs sont inutiles. Je ne pouvais absolument pas admettre les ignobles mensonges sur l’histoire au Moyen-Orient le jour ou les israéliens célèbrent l’anniversaire de l’indépendance de leur État.

De ce point de vue, la compréhension de l’histoire est primordiale. Israel n’a volé la terre de personne. L’idée selon laquelle Israël serait un pion de l’occident colonial est une pure absurdité. Des vingtaines de milliers de Juifs vivaient dans ces territoires avant que les arabes chassent et massacrent les Juifs en 1948. Les Juifs ne sont pas donc des occidentaux, même si par la force des choses ils se sont occidentalisés pendant leurs exils dans les pays du nord.

Si vous enseignez à un enfant arabe, alors il faut lui indiquer que la renaissance de l’Etat d’Israël est liée à une aspiration millénaire du Judaïsme, « le retour à Sion ». Israël était déjà là bien avant la Palestine…et l’Islam.

Si les juifs, dont ces terres sont l’héritage ancestral, sont obligés aujourd’hui de les partager avec les palestiniens cela ne veut pas dire ne veut pas dire que les juifs israéliens sont aujourd’hui des colons.

Certain nombre de vérités sont aujourd’hui occultées et déformées. Avant l’émergence tragique de la question palestinienne, avant même que les « arabes » de la future Palestine mandataire ne se conçoivent en tant que Palestinien ; les juifs étaient là. En effet il n’y avait ni état ni nation palestinienne . Quelques propriétaires féodaux la plus part du temps Ottomans. Même le grand historien Arnold Toynbbee, qui était antisémite le reconnaissait.

On peut relever aussi que l’idée du peuple palestinien a été inventée après 1967. Les palestiniens n’ont jamais existé en tant que groupe ethnique et culturel. Grâce à l’O.L.P., ils forment cette idée d’un « peuple palestinien », alors que les juifs forment un peuple, une nation depuis 3000 ans.

Nous savons ce qui s’est passé en 1948-49, puis dans les conflits ultérieurs. Cinq armées arabes (Syrie, Irak, Jordanie, Egypte, Liban) envahissent Israël et demandent aux «Palestiniens» de s’en aller, le temps qu’ils «jettent tous les Juifs à la mer».

En face, il n’y a que 650.000 Juifs (femmes, vieillards et enfants compris), pratiquement pas armés pour leur résister. Les réfugiés juifs qui sont arrivés plus tard en Palestine, sont venus sans armes et sans haine. Juste avec un cœur plein d’espoir et de courage, avec leurs idéaux de liberté, d’égalité et de fraternité, y compris à l’égard des Arabes qui se trouvaient là.

Les assassins terroristes islamistes et leurs amis n’ont par contre aucune aspiraton à vivre en paix avec leurs voisins juifs. Côté sombre des arabes palestiniens, ils etaient des collabos des nazis bien cachés, et pour cause, l’épisode est bien connu de la collaboration du grand Mufti de Jérusalem avec Hitler (1).

Israël s’est reconstruit sur un principe simple : le droit du PEUPLE juif à s’autodéterminer sur SES terres, terres qu’il n’avait jamais réellement quitté. Son indépendance était un événement aux proportions historiques extraordinaires. L’hymne national israélien, “Hatikva”, ce beau mot d’espoir en hébreu, est devenu une mélodie célèbre qui exprime la dignité et la souveraineté retrouvée du peuple juif.

Sa création fut la réparation de la conquête romaine ; la réparation des persécutions séculaires du monde chrétien ; la réparation du monde « civilisé » pour le génocide qu’il a laissé perpétrer et enfin la réparation pour les pogroms anti-Juifs éclater dans le monde arabe et musulman.

Aujourd’hui, 63 ans après, Israël doit toujours lutter pour faire reconnaître ses frontières. Les nations du Monde, pour la plupart, reconnaissent son droit à exister mais demandent à la jeune nation de laisser de la place à la nation palestinienne, afin de créer un 2ème état, au péril de son existence et de sa sécurité.

Les exigences actuelles des palestiniens de vouloir proclamer, dans quelques mois, un Etat palestinien sans négociation et en l’absence d’un accord de paix avec Israël risque d’engendrer un nouveau cycle de violence .Cette proclamation unilatérale dévoile un manque de maturité politique de la part des dirigeants palestiniens.

L’AP n’a jamais transigé sur son objectif d’éliminer Israël, comme le montre de toute évidence La Charte de l’O.L.P. qui n’est toujours pas abrogée. Sa lecture éclaire aussi une insistance des pouvoirs palestiniens à répéter sans cesse que l’ Intifada est une lutte populaire, car cette expression constitue à leurs yeux à la fois une source de légitimité internationale et une référence idéologique à la charte. L’article 33 stipule que la charte ne sera pas amendée sans vote des deux tiers du congrès de l’O.L.P.

Le Charte des islamofasictes du Hamas est quant à elle un mélange de l’antijudaïsme moyenâgeux et des ambitions expansionnistes de l’Islam de créer un État palestinien dont la constitution serait la Charia, la loi coranique.

L’article 13 de la Charte du Hamas est plutôt explicite : « Renoncer à quelque partie de la Palestine que ce soit, c’est renoncer à une partie de la religion ».

Et j’ajouterai que Le Fatah est semblable au Hamas. Chaque mouvement a pour but de libérer la Palestine mandataire d’avant la création de l’Etat juif, soit une négation totale du fameux partage adopté par l’ONU le 29 novembre 1947.

Il faut que nous ayons les moyens pour ne pas permettre que la récente réconciliation inter palestinienne relance le terrorisme pratiqué par des ces deux organisations criminelles. Ces groupes ne représentent que l’engagement débridé au meurtre, à la destruction et à la terreur, ni plus, ni moins.

Heureusement que l’armée israélienne est excellente, sinon je n’ose même pas penser comment les israéliens vont se défendre contre ces ennemis vicieux et sans scrupule.

Les enfants des survivants de la Shoah peuvent enfin être fiers, que depuis 63 ans, cette armée est l’une des meilleures au monde. Lorsque Tsahal fut absente, le peuple juif était persécuté en exil, et on voulait l’humilier, l’attaquer et l’exterminer. Il faut bien se rappeler de cela. Car cela signifie que Tsahal, et chacun de ses soldats en particulier, à tout instant, est impliqués dans l’accomplissement de la noble mission, celle de protéger Israël et sauver son peuple des ennemis. Longue vie Israël !

Tous nos vœux les meilleurs et les plus forts !


Ftouh Souhail, Tunis

Leave a Reply

*