| More

Alors que la controverse enfle sur l’évacuation éventuelle du village juif de Guivat Haoulpena à Beit El, le gouvernement israélien a demandé vendredi à la Cour suprême de lui accorder un délai supplémentaire de trois mois pour démolir cinq immeubles d’habitation juive en Judée Samarie.Il avait auparavant promis de libérer les lieux d’ici le 1er mai.

Le Forum des huit, ou cabinet restreint formé de 8 ministres, réclame le report de 90 jours l’évacuation du quartier de Guivat Haoulpena. Durant ce délai, les ministres veulent mettre en place une commission qui examinera le dossier.

Des centaines de personnes ont participé le dimanche , 22 avril 2012, au meeting d’urgence du Likoud organisé dans le quartier de Guivat Haoulpena, voué à l’évacuation, à Beit El. Elles appellent à éviter l’évacuation, prévue avant le mardi 1er mai.

Plusieurs députés du parti de droite étaient présents, ils ont affirmé que ”ce quartier constitue une ligne de front, et on ne sait pas où la hache s’arrêtera si cette ligne est franchie”.

A trois jours de la date butoir fixé par la Cour suprême pour l’évacuation du quartier de Guivat Haoulpena à Beit El, les ministres de droite intensifient la pression. Les dirigeants du Conseil de Judée et Samarie et militants du Likoud exccent aussi des pressions contre l’évacuation.

Le ministre des Affaires stratégiques et vice-Premier ministre, Moshé Yaalon, a affirmé que l’évacuation du quartier de l’ Haoulpena à Beit El risque de provoquer une grave crise au sein de la coalition voire de faire chuter le gouvernement.

Le Premier ministre Binyamin Netanyahu a affirmé avoir examiné le dossier de Guivat Haoulpena, un avant-poste que l’Etat s’est engagé à détruire et avoir compris qu’il s’agit d’une affaire juridique complexe. Au cours d’une réunion des ministres Likoud, il a ajouté que la destruction de maisons est un décret que ”le public ne pourra supporter”.

La multiplication des décrets d’expulsions et les décisions d’évacuations des juifs de la Judée Samarie, pose le probléme du traitement de la présence juive en Judée-Samarie. Les élus de Judée et Samarie ont le sentiment d’être face à un mur. Les habitants sont extrêmement déçus et prêts à se battre.

Il est interdit de se prêter, d’une quelconque manière, à la déportation de juifs et à la destruction de leurs points de peuplement alors que les Palestiniens sont autorisés à construire n’importe quel bâtiment où ils le veulent.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*