| More

Alors que le roi Abdallah II de Jordanie a mis en garde contre une rupture par l’Egypte de l’accord de paix avec Israël, et que le régime du Caire a présenté au public l’accord Grapel comme une victoire, on ressent toutefois à Jérusalem qu’il y a eu un rapprochement entre les deux parties, et on se sent au contraire encouragé par cet accord.

”Le Caire s’est obstiné à mener des discussions directes avec nous, sans passer par l’intermédiaire des Etats-Unis. Il y a un intérêt commun”, a-t-on expliqué de source diplomatique israélienne.

Selon un responsable égyptien, Le Caire est actuellement en train de finaliser un nouvel accord d’échange de prisonniers avec Israël qui permettra la libération d’Ouda Tarabin, détenu en Egypte depuis 1999. Selon cette même source, l’échange devrait avoir lieu après la Fête du Sacrifice mi-novembre.

Un haut gradé de l’armée égyptienne a indiqué qu’un autre accord avec Israël pour la libération d’autres détenus sera prochainement concrétisé. Cet accord permettra à Israël d’obtenir l’élargissement d’autres détenus incarcérés en Egypte. Le colonel Kamal Mazloum a affirmé à la tv égyptienne que l’accord Grapel comprend des clauses qui n’ont pas été publiées et qui, selon lui, concernent l’aide à l’Egypte.

L’Egypte a confirmé son engagement aux accords de paix signés avec Israël, a indiqué le 4 octobre 2011 le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta, à l’issue d’une visite au Caire. Il a fait part de sa préoccupation pour la situation sécuritaire dans le Sinaï, et appelé à améliorer la situation et à sécuriser les gazoducs égyptiens. Il a appelé à accélérer les réformes démocratiques en Egypte pour transmettre le pouvoir aux autorités civiles. Il a ajouté que l’administration Obama est prête à augmenter l’aide militaire à l’Egypte.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Mohamed Amr, a affirmé en septembre 2011 que le Caire respectera l’accord de paix avec Israël et ne cherchera pas à l’amender. Une première déclaration apaisante après les propos du Premier ministre Essam Sharaf selon lesquels cet ”accord de paix n’est pas sacro-saint” et peut être modifié.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*