| More

Author Archive

Article paru dans “Le Monde” et reproduit sur Alliance.fr :

Article paru dans “Le Monde” :

Le gouvernement israélien a décidé, mercredi 3 novembre, de suspendre sa coopération avec le conseil exécutif de l’Unesco (Organisation des Nations unies pour l’éducation, les sciences et la culture) a adopté le 21 octobre cinq décisions concernant les territoires palestiniens et arabes occupés, dont l’une portant sur “la mosquée Bilal Bin Rabah”, tombe de Rachel à Bethléem, une formulation rejetée par Israël.

Le vice-ministre des affaires étrangères israélien a déclaré qu’Israël avait “suspendu sa coopération avec l’Unesco jusqu’à ce qu’elle annule cette décision”, qu’il a qualifiée de “nouvelle tentative pour délégitimer Israël ourdie par l’Autorité palestinienne”, selon un communiqué de son bureau.

“Des décisions comme celle-ci éloignent encore davantage le processus de paix et nuisent à la réputation de l’Unesco”, a-t-il estimé.

Paradoxalement, Israël s’était félicité de l’élection en septembre 2009 à la tête de l’organisation de la diplomate bulgare Irina Bokova face au ministre égyptien de la culture, Farouk Hosni, accusé d’avoir tenu des propos violemment anti-israéliens voire antisémites.

Le tombeau où selon la tradition repose la matriarche biblique Rachel, troisième lieu saint du judaïsme, est également considéré comme un lieu saint par les musulmans**. Il constitue une enclave sous contrôle de l’armée israélienne dans la ville de Bethléem.

Commentaire de André-Beseder .11/2010 :

Décidément, Israël est toujours la cible favorite de certaines organisations. Demandez-vous pourquoi ??….

Après le fameux synode des chrétiens orientaux, organisé par le Vatican en Octobre 2010, qualifié “de synode de la peur” par un chrétien lucide et intègre, l’abbé Alain-René Arbez, en raison des déclarations anti-Israéliennes du Vatican, voilà l’Unesco qui déclare : “Que le tombeau* de Rachel, est une mosquée”, ce lieu saint Juif depuis, des siècles, des millénaires et bien antérieur à l’ère de l’islam.

Volte face historique de l’Unesco ” façon cocktail d’histoires révisionnistes & négationnistes”, servi encore à Israël et à son Peuple. L’Unesco “le nouveau découvreur de l’histoire”, qui dans la foulée devrait prochainement changer de nom, et porter un pseudonyme plus approprié à “ses nouvelles compétences”, ” l’Unescon “.

Car comment qualifier une telle affirmation, venant d’une organisation officielle internationale, on pourrait s’attendre à autre chose que ce type de déclaration digne des islamistes, surtout d’une institution censée montrer la voie de la raison et de la justice aux nations.

Après une telle déclaration officielle, on peut s’attendre à tout, il n’y a plus de limite, en restant dans le même registre :

La knesset, le Parlement Israélien est une mosquée (d’un nouveau type, on y parle de démocratie), Le Temple de Yéroushalaim (Jérusalem) “était aussi une mosquée” (cela même avant l’ère de l’islam, encore une performance !!…), Notre Dame de Paris, le Vatican aussi ??… Non, pas à ce point, il y a encore un Pape, cela sera pour plus tard, à l’ère d’Eurabia, dans quelques années.

* NB : Le tombeau de Rachel situé à Beit-Le’hem : “se prononce plutôt”, Beit-lerem, la maison du pain, de son nom d’origine hébraïque et de son nom commun Bethléem.

Le tombeau de Rachel, ou il y a quelques années, des arabo-musulmans-palestiniens ont recouvert de peinture verte, tout en détruisant les infrastructures.

André Beseder

Comments No Comments »

Décidément, Israël est un pays qui fascine et qui inspire de plus en plus de nombreux admirateurs, mais hélas aussi “une sorte de génération spontanée d’humano-gaucho-écolos-antisioniste” en recherche de cause à combattre et “les flottilles à répétition” en sont la preuve vivante, il suffit pour s’en convaincre de voir l’origine de la plupart de ses marins d’eau douce.

Pourtant il existe de nombreuses raisons de se mobiliser pour une cause ou une autre autrement plus importante, plus grave ou plus urgente. Mais non, rien n’y fait !!.. c’est Israël qui remporte “le pompon du concours universel inter-idiot” en attirant les foudres des idiots du monde, car comment appeler ceux qui n’hésitent pas à embarquer dans ses flottilles, quitte à tomber dans la contradiction de leurs convictions en s’alliant avec des islamistes : Comme les islamistes du hamas de Gaza, une dictature ayant pour programme la charria, donc la fin de la laïcité, remplacée par la religion d’état, l’interdition du débat politique, charria comprenant aussi la lapidation des femmes “adultère”, la ségrégation religieuse et raciale, la peine de mort ou la mutilation, et j’en passe, la pédophilie légalisée par l’état (mariages organisés par le hamas/ fillettes de 6 à 15 ans et des hommes adultes), l’assassinat politique, bref la mort de la Charte des droits de l’homme dans son ensemble !!..

Serait-ce les nouvelles valeurs à défendre ou le futur programme de ses partis ??…. C’est sûr, que venant des communistes plus rien ne nous étonne, l’histoire nous le prouve : ce sont “des personnes avisées et de bon conseil “.

Et les verts, ces pseudo écolos, ne devraient t’ils pas rester au vert pour s’occuper de la planète et de ses problèmes autrement plus sérieux et se mettre d’accord entre eux autour d’une table concernant “le réchauffement climatique” par exemple, ou s’intéresser à l’inventeur français de l’automobile à air comprimé, au lieu de soutenir uniquement les grands groupes qui fabriquent des voitures électriques qui obligent à développer le nucléaire à cause de leurs besoins en énergie électrique, la contradiction encore et toujours.

Je ne pense pas que ce type d’attitude et d’alliance améliorera leur crédibilté et leur succès aux élections à ses pseudos humanistes des mauvaises causes. Si ces idiots hypocrites avaient le courage de voir la vérité en face, à défaut de visiter Gaza sur place en “voyage organisé” par le hamas, selon son habitude, ne pourraient-ils pas juste prendre la peine de visionner des photos et des vidéos de Gaza, ils verraient que Gaza city ne manque pas du nécessaire : les boutiques sont pleines de nourriture, on y construit des galeries commerciales modernes, de nombreux immeubles modernes, des routes et des boulevards, bref, de nombreuses infrastructures. Preuve que contrairement à la propagande, les gazaouis ne vivent pas sous la crainte des bombardements permanents, sinon il n’y aurai que des ruines, mais profitent bien de la plage, sans le risque d’un attentat, contrairement aux citoyens israéliens.

Le plus grand risque pour un gazaouis, qui explique un quelconque taux de mortalité est surtout d’origine intérieure !!.. Tout d’abord c’est de mourir lors d’un règlement de compte entres factions rivales ou pour une dette “d’honneur”, voir en islamikaze, mais dans ce cas c’est “du volontariat” version islamiste, sponsorisé* par le hamas (* prime de 72 vierges soumises pour le islamikazé “via leur paradis”, aides financières et “honneurs” pour la famille, parents et frères et sœurs…). Les derniers cas dépendant vraiment de leur propre volonté, c’est à l’occasion de tirs d’obus visant aveuglement et lâchement des objectifs civils en Israël, provoquant la réplique ciblé de Tsahal, ou lors de tentative de pénétrer en Israël pour y perpétrer des attentats, rencontrant fort heureusement l’opposition de l’armée de défense d’Israël.

Certains d’entre vous le savent, ce n’est pas une découverte ou un secret. Israël peut couper les fonctions vitales des gazaouis dont elle a le contrôle, si telle était sa volonté : l’eau, l’électricité, le téléphone, les médicaments, la nourriture, la pêche, les matières premières pour les constructions en BTP, etc…

Ou avec sa puissance militaire et sa technologie, Israël pourrait raser Gaza, dans l’espace temps d’un tremblement de terre, avec uniquement des drones ** (**dans ce cas des avions sans pilote), et à distance comme dans un jeu vidéo, sans prendre le moindre risque pour ses soldats.

Oui, mais les israéliens ne sont pas des gazaouis et Israël ce n’est pas le hamas de Gaza et c’est d’ailleurs tout le problème. Essayez de parlementer avec quelqu’un, comme le hamas qui n’a d’autre ambition que de vous éliminer physiquement et prendre votre place, et dont la seule philosophie se résume en une phrase : “vénérer la mort plus que la vie”.

André Beseder

 

Comments No Comments »

Communiqué de l’A.I.O (Association des Israélites de l’Oranie en France)

Faisant suite à une série d’articles désobligeants et erronés, pour ne pas dire mensongers, d’une certaine presse algérienne (El Khabar), l’Association des Israélites de l’Oranie en France, s’est trouvée contrainte d’annuler un voyage de pèlerinage et de mémoire à Oran/Tlemcen, en raison d’un fax catégorique, du maire de Tlemcen, reçu 48 heures avant le départ, lui faisant savoir que l’Wilaya de la région émettait un « avis défavorable » à la venue d’une délégation juive, comme croient bon de le préciser des journalistes algériens.

Cette opération minutieusement préparée par le Président de l’AIOF, de concert avec les autorités municipales et consulaires, était prévue du 21 au 24 juin 2010 pour 14 délégués de la Communauté (11 hommes, 3 femmes), et n’avait absolument aucune coloration politique. Elle avait reçu l’assentiment des responsables officiels, tant du côté algérien (visas), que du côté diplomatique français. Elle n’était que l’expression du voeu de membres de notre communauté d’aller se recueillir sur les tombes de leurs défunts au cimetière israélite d’Oran, et sur le Tombeau du Rav Ephraïm Enkaoua à Tlemcen le mardi 22 juin de 10h à 15 h. Elle était, par ailleurs, mandatée pour préparer la réhabilitation et l’entretien des cimetières juifs en Oranie avec les autorités locales et le Consul Général de France à Oran.

Comments No Comments »

En 1978, le Conseil de sécurité des Nations Unies a ratifié les résolutions 425 et 426, qui demandent à Israël de se retirer du territoire libanais et la création d’une force des Nations Unies “dans le but de confirmer le retrait des forces israéliennes, de rétablir la paix et la sécurité internationale et d’aider le Gouvernement libanais à assurer le retour de son autorité effective dans la région. “3 89

La Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) est en poste dans le sud du Liban depuis 1978. Depuis son arrivée, la mission de la FINUL a été d’empêcher les attaques contre Israël, de soutenir le gouvernement libanais et de maintenir la paix dans une région violente qui a été dominée par des organisations terroristes et des forces paramilitaires comme l’OLP, l’Armée de terre du Sud-Liban et le Hezbollah. Pendant la plupart de son histoire, la FINUL a soit omis de prévenir les conflits ou s’est tenue silencieuse alors que les terroristes ont construit des arsenaux qui leur ont permis de démarrer ou de renouveler des attaques violentes contre Israël. Sous le regard “vigilant” de la FINUL, le sud du Liban a servi de base pour des attaques terroristes contre Israël, ce qui a provoqué deux guerres qui auraient pu être évités si les Casques bleus avaient fait leur travail.

Après la guerre de 2006, provoquée par les attaques du Hezbollah sur Israël et l’enlèvement de trois de ses soldats, l’échec de la FINUL est devenu clair pour tout le monde. Plutôt que d’abandonner l’idée d’une force internationale pour maintenir la paix, l’ONU a décidé d’employer une force similaire avec un mandat légèrement élargi. En passant au Conseil de sécurité la résolution 1701, l’ONU a appelé à une plus grande FINUL, jusqu’à 15.000 hommes.390 Une fois encore, Israël a reçu la promesse que sa sécurité serait renforcée. Des responsables américains au Liban ont déclaré qu’il faudrait une force robuste pour empêcher le Hezbollah de se rétablir près de la frontière avec Israël et d’empêcher les terroristes d’être réarmé par la Syrie et l’Iran.391 L’ONU a également réaffirmé son insistance que le Hezbollah doit être désarmé et la seule force armée dans la région devrait être l’armée officielle libanaise.

Quatre ans plus tard, il est encore apparent que la FINUL n’a pas seulement échoué dans sa mission, mais fait exactement le contraire au maintien de la paix en permettant au Hezbollah de devenir une menace pour la stabilité du Liban et contre Israël encore plus grave qu’elle ne l’était avant 2006. En fait, aujourd’hui, le Hezbollah est mieux armé que jamais. En Octobre 2009, les forces de renseignement israélien estimaient que le Hezbollah avait stocké entre 40.000 et 80.000 roquettes et missiles en vu de les utiliser contre Israel.392 En avril 2010, le secrétaire à la Défense Robert Gates a déclaré que “la Syrie et l’Iran ont fourni au Hezbollah tellement des roquettes qu’ils sont arrivés un point où ils ont plus de missiles que la plupart des gouvernements à  travers le monde. “393 La FINUL a fonctionné de façon si maladroite que la situation dans le sud du Liban est plus dangereuse et explosive qu’elle ne l’a jamais été. Sous sa surveillance, le Hezbollah est passé d’une petite organisation terroriste vaincue en une force militaire qui a co-opté le gouvernement libanais et pose une menace croissante envers Israël.

La FINUL s’est montrée tragiquement inepte, elle est incapable de maintenir l’ordre même envers une population civile. Le 3 Juillet 2010, une patrouille de Casques bleus français de la FINUL a été désarmée par des villageois armés de pierres, de bâtons et d’œufs.394 Ce n’est apparemment pas un événement rare au Liban. Si une force de maintien de la paix des Nations Unies ne peut pas se défendre contre une meute de villageois transportant rien de plus que des bâtons et des pierres, comment peut-on s’attendre à ce qu’ils agissent face à la meilleure organisation terroriste du monde?

Sources:

389 UN Security Council Resolution 425.
390 UN Security Council Resolution 1701.
391 AFP, “US Discusses Peacekeeping Force for Lebanon, Rules Out US Troops,” Space War, (July 22, 2006).
392 Eli Ashkenazi, The Associated Press and Anshel Pfeffer, “Lebanon Army Dismantles 4 Rockets Aimed at Israel,” Haaretz, (October 27, 2010).
393 Natasha Mozgovaya, “Gates: Hezbollah Has More Rockets Than Most Governments in the World,” Haaretz, (April 27, 2010).
394 “Villagers Disarm UN Patrol in South Lebanon: Army,” AFP, (July 3, 2010).

Comments No Comments »

Article original de WORTHINGTON PETER, AGENCE QMI

L’une des organisations les plus intéressantes et concernée à la fois par le sort du monde et le sort des gens, est l’organisation UN Watch.

Créée en 1993, c’est une organisation non-gouvernementale basée à Genève avec comme objectif de surveiller l’ONU elle-même.

Ce qui est le plus important est que l’organisation UN Watch utilise la Charte des Nations Unies pour examiner ce qui se passe à l’intérieur de cet organe. En d’autres termes, UN Watch ne fixe pas les normes, l’ONU le fait. UN Watch juge simplement l’ONU en utilisant ses propres critères.

Régi par un conseil international, le représentant canadien est Irwin Cotler, ancien ministre de la Justice et procureur général.

En guise de résumé, l’objectif de la Charte des Nations Unies est la suivante:

1. Pour éviter le «fléau» de la guerre;

2. Pour faire progresser les droits de l’homme et l’égalité de traitement;

3. Pour établir la justice et l’allégeance au droit international;

4. Pour favoriser le progrès social et améliorer la liberté.

Pour atteindre ces objectifs, l’ONU demande la tolérance, la compréhension, l’équité, le progrès social, la pratique de bon voisinage et des intensions pacifiques.

De beaux standards idéalistes. En utilisant ces lignes directrices, UN Watch a gagné beaucoup de respect, mais a accompli peu dans des enfers comme au Darfour et au Congo, ou la Birmanie, ou pour les femmes en Iran, Haïti, le Kirghizistan et ailleurs.

Alors pourquoi, si elle a si peu d’effet, UN Watch poursuit-elle sa mission?

Bonne question. Ce mois-ci son directeur exécutif, Hillel Neuer, s’est adressé au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies.

Voici son rapport succinct, sans commentaire, qui me paraît un acte d’accusation si accablant contre l’ONU, qu’il ne nécessite aucun embellissement:

Dans l’article 1 de la Déclaration de Vienne (et le Programme d’action), les Etats réunis ici s’engagent à protéger tous les droits de l’homme. Est-ce que le Conseil est à la hauteur de cette obligation? En mettant l’accent sur la thématique du droit à la vie, prenons comme exemple chacun des 12 derniers mois:

• Juin 2009: Téhéran. Des centaines de milliers de personnes sont réunis pacifiquement pour protester contre une élection contestable. Le gouvernement répond par la brutalité. Des dizaines sont tués, des centaines blessés, des milliers arrêtés.

• Juillet: Chine. Les troupes ouvrent le feu contre des manifestants ouïghours, 200 tués, 1.700 blessés.

• Août: Russie. Deux travailleurs humanitaires ont été tués en Tchétchénie, soupçons sur la complicité du gouvernement.

• Septembre: Yémen. Des avions de combat du gouvernement bombardent un camp de réfugiés, tuant 80 personnes. La réponse de ce conseil? Silence.

• Octobre: Irak. Une attaque terroriste contre une mosquée, tuant l’Imam et 14 autres personnes.

• Novembre: Philippines. Massacre de 57 militants de l’opposition.

• Décembre: Iran. Les protestations renouvelées sont réprimées avec des balles, des coups, des arrestations et 10 tués.

• Janvier: Pakistan. En 42 attaques, 182 civils tués. Réponse du Conseil? Silence.

• Février: Afghanistan. Une attaque des talibans tue 18 civils et en blesse 32, y compris les médecins.

• Mars: Nigeria. Cinq cents chrétiens abattus dans des meurtres religieux.

• Avril: Kirghizistan. Les troupes ouvrent le feu sur des manifestants, 84 tués.

• Mai: la Libye exécute 18 étrangers, sans procès.

“M. le Président, face a ces actes et a d’autres violations flagrantes de la Déclaration de Vienne, quelle a été la réponse permanente de ce Conseil? Le silence. Aucune résolution, aucune session d’urgence; aucune enquête. Rien.”

“Et pourtant … quand Israël s’est défendu contre les jihadistes violents de la flottille dite soit disant humanitaire, nous avons assisté à une autre norme – un double-standard.”

“Soudain, le Conseil est entré en action avec un débat en urgence, une résolution condamnant Israël, et encore une autre enquête, où le verdict de culpabilité a été déclaré à l’avance. Pendant ce temps, dans cette session, pas une seule résolution n’a été adoptée pour 191 d’autres pays.”

“Est-ce que le droit à la vie, comme le garanti la Déclaration de Vienne, a été protégé? Non – bien au contraire. Et des millions de victimes en paient le prix. “

Video de l’intervention de UN Watch:

Article original en anglais: Toronto Sun

Comments No Comments »

http://www.friendsofisraelinitiative.org/index.php

Fondateurs:

José María Aznar

Served as the Prime Minister of Spain from 1996 to 2004. He presided over the FAES think tank, which is associated with the PP and is currently on the board of directors of News Corporation. Distinguished Scholar in the Practice of Global Leadership at Georgetown University in Washington, DC, he teaches two seminars per semester on contemporary European politics and trans-Atlantic relationships in the Edmund A. Walsh School of Foreign Service.

George Weigel

Distinguished Senior Fellow, Ethics and Public Policy Center, Washington.

President Alejandro Toledo

He was President of Peru from 2001 to 2006. Peruvian politician and economist.

Marcello Pera

Italian philosopher and politician. He was the President of the Italian Senate from 2001 to 2006.

David Trimble

Is a politician from Northern Ireland who served as leader of the Ulster Unionist Party (UUP) and was the First Minister of Northern Ireland. He shared the 1998 Nobel Peace Prize with John Hume of the Social Democratic and Labour Party.

Andrew Roberts

British historian and writer.

Ambassador John R. Bolton

Permanent US Representative to the UN from August 2005 until December 2006, he is currently a Senior Fellow at the American Enterprise Institute (AEI).

Carlos Bustelo

served as the Spanish Minister of Industry from 1977-1980. He was a President of the Madrid Court of Jurisdiction until December, 2009.

Roberto F. Agostinelli

Managing Director of Rhône Group and an international French financier. He built up Goldman Sachs M&A business in London, then finally became a Lazard partner in 1987. He is founding partner of the Rhône Group.

Fiamma Nirenstein

An Italian politician, journalist and author. She is a member of Silvio Berlusconis conservative coalition government (first elected in April 2008) and is Vice-president of the Committee on Foreign Affairs of the Italian Chamber of Deputies.

Comments No Comments »

Article paru dans le Figaro du 23 juin 2010

Le Président du Consistoire central de l’Union des communautés juives de France en appelle à la mobilisation pour la libération du soldat franco-israélien Guilad Shalit, détenu en otage depuis 4 ans par le Hamas

Quatre ans déjà. Quatre ans de séquestration. Quatre ans de privation de toute liberté. Quatre ans d’éloignement de ses parents et de ses proches. Quatre ans de souffrances et d’humiliations. Quatre ans d’absence de contact avec l’extérieur. Quatre ans de pleurs de sa famille et d’angoisse de ses proches. Quatre ans de manque d’espoir. Quatre ans de cauchemar. Voilà donc 1460 jours que Guilad Shalit, ce jeune garçon de nationalité franco-israélienne, a été lâchement kidnappé ce 25 juin 2006 alors qu’il portait l’uniforme de son pays, Israël.

Cette infâme prise d’otage a suscité une très vive émotion en Israël bien sûr, mais aussi en France, dont il porte aussi la nationalité.

Au cours de ces quatre longues et interminables années, la communauté juive de France n’a cessé de penser à Guilad, de prier pour sa sécurité, de lutter pour sa libération, de consoler et de soutenir ses parents. Initiatives, appels, manifestations ne se sont jamais interrompus, et ne s’interrompront pas.

Mais ce combat ne peut pas, ne doit pas, être celui de la seule communauté juive de France. Les enjeux sont trop importants pour que la communauté nationale dans son ensemble ne se sente pas concernée. Les pouvoirs publics, du plus haut niveau de l’État jusqu’aux collectivités locales, ont participé à cette mobilisation générale. Des pressions diplomatiques, aux contacts politiques, en passant par les portraits de Guilad déroulés sur certaines façades de nos mairies, encore trop peu nombreuses à ce jour. Et puis cette mobilisation a commencé à s’essouffler, à s’éloigner, à perdre de sa force. Au point que quatre ans après l’ignoble enlèvement, le nom de Guilad Shalit n’est plus qu’occasionnellement prononcé par des journalistes, politiques et pouvoirs publics pourtant tellement plus émus et prolixes dès lors qu’il s’agit du sort de militants ouvertement antisionistes embarqués dans une soi-disant flottille pacifique. Banalisation, normalisation, oubli. Une fois passées les premières déclarations de principes et les traditionnelles promesses de «faire tout ce qui est possible…», Guilad n’intéresse plus. Ou si peu. Pensez donc. La photo d’un jeune garçon que l’on ne voit dans les médias que revêtu de son uniforme de l’armée israélienne, à croire qu’aucune autre photo de Guilad n’ait jamais été prise, peut-elle devenir le symbole d’un combat pour la liberté, alors même que chaque jour ces médias présentent depuis tant d’années, avec force et acharnement, ceux qui portent cet uniforme comme une ignoble armée d’occupation ? Quelle confusion! Après tout, ce ne seraient finalement que les risques du métier. Un militaire israélien enlevé par ses ennemis. Quoi de choquant ?

Rappelons tout d’abord que ce jeune appelé a été pris en otage et séquestré sans qu’aucune charge n’ait jamais été retenue contre lui. Ni acte répréhensible, ni atteinte à autrui, ni dommage causé. Guilad, comme des milliers de jeunes de son âge, ne faisait que son service militaire, ni plus, ni moins, lorsque des terroristes ont décidé de lui ôter ce que tout homme a de plus cher : sa liberté.

Rappelons ensuite que les ennemis en question ne sont rien d’autre qu’une organisation terroriste, jugée comme telle par les États-Unis et l’Europe, et qui ne respectent, ne représentent, ni ne défendent la moindre cause qui ne justifierait d’ailleurs pas une séquestration de quatre ans dans les conditions de barbarie que l’on peut facilement imaginer.

Rappelons enfin que la mobilisation de la France, à tous les niveaux, avait en son temps été forte et générale lorsqu’il s’agissait de se battre pour la libération d’un autre otage, franco-colombien cette fois. Il s’agissait bien sûr de Mme Ingrid Bétancourt.

Mais alors, faut-il en conclure qu’une femme franco-colombienne, se battant pour la Colombie, et non pour la France, et prise en otage pour cette raison-là, justifie un combat de la France plus acharné pour sa libération qu’un jeune garçon franco-israélien qui s’est battu pour Israël, et pris en otage pour cette raison là ?

Cela ne saurait évidemment être le cas. S’il faut se réjouir à juste titre des efforts faits pour Ingrid et qui finalement ont été couronnés de succès, il est tout aussi légitime d’attendre de la France une mobilisation identique pour Guilad afin de pouvoir verser les mêmes larmes de joie à l’annonce de sa libération. Pour l’heure, ce ne sont que des larmes de peine dans cette attente insoutenable.

Ce combat n’a pas de prénom. Il n’a que des noms. Ceux des valeurs de la République, du respect des droits de l’homme et de défense de la justice, de la sécurité et de la liberté. Ce combat est universel.

Hier pour Ingrid, aujourd’hui pour Guilad. Comment pourrait-il en être autrement ?

Joël MERGUI

Comments No Comments »

Les Boycotts de la société civile, les Désinvestissements et les Sanctions (BDS) sont légitimes et des outils bienvenus pour lutter contre l’occupation israélienne des territoires palestiniens, a déclaré le rapporteur spécial des Nations unies, Richard Falk dans un rapport débattu lundi par le Conseil des droits de l’homme à Genève.

“Le spectacle d’un peuple en état de siège, comme cela est le cas depuis plus de 30 mois dans la bande de Gaza, a approfondi le sentiment qu’il existe une certaine responsabilité de la part du monde entier à prendre des mesures appropriées, en action non-violente”, a déclaré Falk.

Son rapport de 18 pages portant sur la situation globale des Palestiniens dans les territoires inclus des commentaires sur la bande de Gaza et des initiatives de boycott contre Israël.

«Le Boycott de la Société civile, les Désinvestissements et les Sanctions (BDS), visant à instaurer une pression économique et sociale non-violente en vue de mettre fin à l’occupation israélienne, est le fruit de ces sentiments [contre le] siège de Gaza, et il s’est accru à un rythme rapide au cours de ces dernières années, “a déclaré Falk.

Ce mouvement ressemble au mouvement anti-apartheid qui a transformé l’Afrique du Sud dans les années 1980, a-t-il ajouté.

Les boycotts de la société civile sont “un champ de bataille central dans la guerre de légitimité menée et au nom des Palestiniens”, a écrit Falk.

Regarder l’organisation UN Watch répondre par des questions précises à Falk:

Intervention de Neuer Hillel, Directeur exécutif:

M. Falk, dans les sections 5 et 7 de votre rapport, vous endossez ceux qui, “mènent une guerre de légitimité” contre Israël. Le 19 Septembre 2010, vous avez écrit que le rapport Goldstone est une arme clé dans « ce que j’ai appelé la guerre de légitimité ».

Ensuite, il est vrai, n’est-ce pas, que vous ne préconisez pas une opposition à telle ou telle pratique israélienne, mais plutôt une guerre de légitimité contre un Etat membre des Nations Unies? Pourriez-vous nous dire, monsieur, comment justifiez-vous ceci en vertu de la Charte des Nations Unies?

À cet égard, le 3 mai 2010, le Juge Goldstone a parlé de son rapport devant une assemblée de juifs d’Afrique du Sud, en déclarant: “Je ne suis pas au courant qu’ [il a] ou qu’il est utilisé pour délégitimer Israël.” En effet, le Juge Goldstone a promis qu’il s’opposerait à une telle utilisation.

Monsieur, étant donné que c’est précisément la façon dont vous utilisez son rapport, pourriez-vous nous dire si le juge Goldstone vous a fait part de son objection, et si oui, quand?

Au paragraphe 12, vous décrivez le Hamas comme une organisation pacifique, en référant, je cite, “ses ouvertures.” Votre soutien pour le Hamas est si profond que, selon un rapport de l’agence de presse palestinienne Ma’an du 9 Mars 2010, vous citant comme source – l’Autorité palestinienne vous a demandé de démissionner. Pas pour des raisons techniques, comme le représentant de l’Autorité Palestinienne a déclaré dans ce débat, mais parce qu’ils vous accusent de n’être autre qu’ « un partisan du Hamas. »

Comme ce conseil vise à protéger les droits de l’homme, pourquoi votre rapport ne mentionne nulle part que le Hamas est un groupe fondamentaliste qui discrimine systématiquement les femmes, réprime les minorités religieuses, exécute les opposants politiques, et persécute les homosexuels? Pourquoi ne faites vous aucune mention de la Charte du Hamas, qui appelle explicitement à assassiner les Juifs? Pourquoi ignorez-vous ces violations flagrantes des droits de l’homme?

Votre rapport fait une référence minimaliste au terrorisme. Compte tenu de votre attitude à l’égard du Hamas; étant donné que vous avez publié en 2008, un article signé de votre position a l’ONU – affirmant la complicité du gouvernement des États-Unis dans les attaques terroristes du 9 septembre, et étant donné que vous avez joué un rôle clé dans l’édition du livre de David Ray Griffin “Le Nouveau Pearl Harbour “, qui soutien la conspiration faisant valoir que les attentats du 11 septembre étaient commandités de l’intérieur – êtes-vous soucieux de la façon dont vos actions agissent sur la crédibilité de l’ONU dans la lutte contre le terrorisme et la protection des droits de l’homme?

Je vous remercie, Monsieur le Président.

Comments No Comments »

Juste quelques remarques pour préciser les faits autour de ce phénomène étrange et par la même, peut-être, de mieux éclairer l’actualité au Proche Orient.

Cela s’est passé sous le règne de l’Empereur romain Hadrien (76 – 138). Bien que connu pour son “ouverture” et ses nombreuses réformes , Hadrien reste jalousement garant de l’ordre de l’Empire et n’hésite pas à réprimer avec la plus grande sévérité les révoltes de ses sujets.

La plus célèbre est la révolte de Bar-Kokhba, qui secoue la Judée entre 132 et 135.

Cette révolte, encouragée par une partie des grandes figures juives de l’époque, comme Rabbi Akiva ou Rabbi Bar-Yohay, s’était fixée comme objectif de regagner la souveraineté nationale Juive, perdue après la destruction du second Temple par les Romains en 70.

Elle semble avoir été également exaspérée par la décision d’Hadrien, en132, de rebâtir sur l’emplacement du Temple de Jérusalem un temple dédié à Jupiter . Cela alors que durant sa viste “amicale” en Judée en 1929, les Juifs avaient compris que la promesse d’Adrien de “rebâtir Jérusalem” signifiait la reconstruction du Temple juif.

12 légions participent à la répression de cette révolte mais les pertes romaines sont si effroyables que l’Empereur renonce au “Triomphe” après la victoire. Une répression sévère toucha alors la Judée, accompagnée des fameuses mesures d’Hadrien (Gzerot Andrianos) visant à faire disparaître le caractère juif de la région .

Les Juifs sont expulsés de Jérusalem qui leur fut interdite de séjour et qui fut transformée en colonie romaine et rebaptisée Ælia Capitolina.

Les Juifs sont dispersés dans tout l’Empire.

Tous les rites de la religion hébraïque sont complètement interdits.

Et enfin et surtout, la Judée est rebaptisée Palestine, un nom qui renvoie à celui d’un peuple de l’époque biblique, les Philistins , qui ,quelques siècles auparavant , occupaient la plaine côtière de Canaan.

Le successeur d’Hadrien, Antonin le Pieux, sans annuler l’essentiel de la “réorganisation d’Hadrien”, en adoucit certaines mesures touchant au rite religieux, revenant ainsi sur l’interdiction de la circoncision.

Ælia Capitolina redevient Jérusalem avec la prédominance du Christianisme dans l’Empire romain .

Mais l’affublement trompeur, de “Palestine”, pour “Judée”, s’est lui maintenu au fil des siècles et jusqu’à nos jours.

Z.T.

Dr Zvi Tenney

Ambassador of Israel

(ret)

Comments No Comments »

Le gouvernement israélien souhaite créer une chaine d’information internationale.

Cette chaine évoquera la perspective israélienne dans le monde et dans les médias, à déclaré le ministre des affaires diplomatiques et de la diaspora Yuli Edelstein au journal Jerusalem Post.

Edelstein a dit que son ministère a reçu des fonds du gouvernement pour son projet, ajoutant que le projet nécessite aussi des apports privés.

« Nous pourrions avoir notre propre chaine, qui pourrait au moins diffuser sur Internet » a-t-il déclaré. « Nous n’y sommes pas encore mais nous en discutons sérieusement. »

Edelstein a ajouté que la station d’actualités pourrait diffuser 24h par jour par satellite vers un service de nouvelles en ligne.

Comments No Comments »