| More

Author Archive

salon-bourget-full-fr-743213406

 

L’État Juif  prendra part à la 52éme édition du Salon international de l’aéronautique et de l’espace (SIAE), qui aura lieu du 19 au 25 juin 2017 au parc des expositions du Bourget à Paris.

 

Etant un pays pionnier dans ce secteur,  Israël sera représenté par six sociétés spécialisées dans l’industrie aéronautique.

 

 

Sur les 2 260 exposants venus du monde entier, seront présentés au salon les firmes israéliennes Bird Aerosystems, Eviation Tech LTD, Israel Aerospace Industries, Elbit Systems, Rafael, Aeronautics Ltd, Ashot Ashekelon, Bet Shemesh Engines, Controp Precision Technologies LTD, TAT Technologies et Sibat, agence d’export et de coopération du ministère de la Défense.

 

 

Avec 12 sociétés qui fournissent plus de 15 mille postes d’emploi, le secteur d’aéronautique en  Israël promet.

 

Les Industries aéronautiques israéliennes dont les bureaux et les hangars se trouvent en lisière de l’aéroport Ben Gourion font partie des plus gros employeurs de la High-tech israélienne. Y travaillent six mille ingénieurs parmi les quinze mille personnes employées en Israël. Fait plus remarquable encore, des francophones font partie des principaux dirigeants de ce qui constitue un des piliers de l’économie israélienne.

 

 

 

Au Salon du Bourget, le match des commandes entre firmes mondiales sera très éprouvant. L’édition 2017 du salon de l’aéronautique du Bourget est l’occasion pour Israël de se livrer à une bataille rangée face aux Européens et Américains. Les israéliens sont persuadés que la qualité des produits est tel que les responsables des achats de nombreux pays, y compris pays arabes, n’ont aucune réticence à signer des contrats avec des géants de l’industrie israélienne.

 

Une technologie israélienne  offrira une meilleure visibilité  aux pilotes de ligne

 

Le leader de l’industrie de la défense israélienne, Elbit Systems,  par exemple, s’attend a des résultats exceptionnels. Il va présenter des caméras spéciales et des lunettes protectrices permettent de passer outre  les  phénomènes météorologiques.

 

 

Un nouveau système développé par Elbit permettra aux pilotes de voir à travers le brouillard. Normalement, quand un pilote vole à travers le brouillard ou la fumée, les pilotes doivent compter sur les instruments seuls car leur vision est fortement réduite.

 

 

Le système a été développé à l’origine à des fins militaires mais il est maintenant en cours de conversion pour une utilisation pour l’aviation civile.

 

 

Le nouveau système développé par Elbit utilise des caméras spéciales pour analyser les différentes longueurs d’onde de la lumière puis les choisit et les combine avec une « vision synthétique » basée sur des bases de données du terrain et des infrastructures, pour en faire une image qui donnera au pilote une meilleure visibilité sur la voie à suivre. L’image est ensuite projetée directement devant  le pilote grâce un écran intégré dans un casque portable – fondamentalement des lunettes sophistiquées – permettant aux pilotes de piloter l’avion comme s’ils voyaient par mauvais temps.

 

 

 

En projetant des informations directement devant les yeux du pilote, ce dernier pourra  tourner la tête et d’obtenir en temps réel des images à gauche et à droite. Les technologies d’affichage traditionnelles projettent une image sur une visière ou le pare-brise et peuvent être plus réduites.

 

Souhail Ftouh

Comments No Comments »

17362884_1111888065624202_8437721505472487639_n

 

Parlerait-on des Arabes israéliens, comme victimes de cet apartheid ? Cette accusation d’apartheid est une offense à la réalité d’Israël, un mensonge et une falsification.

 

Les Arabes israéliens ont inauguré dans le quartier ?saw?ya, un village arabe situé sur le Mont Scopus, le plus haut minaret de 73 mètres de la ville.

 

Le cheikh Ikrima Sabri, un dirigeant religieux islamique a déclaré, en marge de la cérémonie d’inauguration que ce minaret est « le plus haut dans la ville de Jérusalem et que le croissant islamique  est d’une hauteur de 10 mètres. »

 

Sabri, qui avait été le plus important membre du clergé de l’Autorité palestinienne entre 1994 et 2006, a déclaré que le minaret  a couté  environ 1 million de shekels (275,550 $) à construire et a été financé par des dons de résidents d’Issawiya.

 

hhh

Sabri, qui dirige actuellement le Haut Conseil Islamique sur le mont du Temple, a dit que le concept du minaret de la mosquée qui a émergé il y a plus d’un an veut  souligner le ‘’caractère arabe et islamique du quartier.’’

 

17309125_1111888128957529_3055970160527113604_n

Les arabes de Jérusalem ont choisi de construire le minaret au sommet de la plus ancienne mosquée Issawiya. L’ancien minaret de la mosquée a été construit il y a 47 ans.

 

La liberté de culte est accordée à tous à Jérusalem, en Israël ou dans tout territoire administré par Israël. Il y a à Jérusalem 735.000 habitants dont 252.000 Arabes et 481.000 Juifs ou autres groupes. Quant aux lieux de culte, il y a 72 mosquées, 139 églises et 996 synagogues.

 

Le mois dernier le président Reuven Rivlin a déclaré qu’Israël devait immédiatement agir pour améliorer la qualité de vie dans les quartiers majoritairement arabes de Jérusalem Est. Pendant la cérémonie officielle marquant le 50e anniversaire de la réunification de la ville par Israël, pendant la guerre des Six Jours de 1967, le président a critiqué la négligence de certaines parties de la capitale, et a demandé des mesures urgentes pour développer Jérusalem Est.

 

 

Le président a rendu hommage au gouvernement, et particulièrement à Zeev Elkin, ministre des Affaires de Jérusalem, pour l’allocation d’un budget de développement de la partie orientale de la ville. Le Maire Nir Barkat souligne que la Municipalité travaille pour subvenir aux besoins de tous les secteurs.

 

Après la  libération de Jérusalem Est par Israël, l’État juif l’a annexée et a déclaré Jérusalem capitale indivisible d’Israël. Depuis les Arabes israéliens ont eu, les mêmes droits que tous les autres israéliens, juifs, chrétiens, athées, etc.

 

Souhail Ftouh

6666666666

7777777

Comments No Comments »

 

ShowImage

Des obstacles légaux  importants  empêchent de faire cesser les activités du bureau israélien du réseau d’informations du mouvement des Frères Musulmans,  un groupe islamiste sunnite que les nations du Golfe considèrent comme une menace.

Depuis des années les plus modérés dans les pays arabes réclament des mesures de restrictions contre cette chaîne satellitaire basée à Doha. Toutes les tentatives ont échoués jusqu’ici. A chaque rencontre avec des diplomates israéliens on nous fait savoir qu’Israël est un pays démocratique et qu’on ne pourrait pas fermer le bureau  situé à la capitale israélienne. C’est comme si la démocratie est devenue un prétexte pour laisser les ennemis de l’État Juif saboter l’image d’Israël dans le monde entier.

 

Alors que l’Égypte, l’Algérie, l’Arabie saoudite et la Jordanie ont déjà fait fermer les bureaux d’al-Jazeera sur leurs territoires respectifs, les israéliens persistent  à dire que chez nous c’est impensable de faire de même. La chaîne  créée et financée par l’Emir du Qatar, est protégée par la législation israélienne.

 

Les 34 employés d’al-Jazeera en Israël sont des ressortissants israéliens et leur droit au travail – s’il n’est pas illégal – dans le pays et dans quelque entreprise que ce soit est donc protégé sous les termes de la loi fondamentale. Un État d’apartheid ?!?

 

De plus, al-Jazeera ferait très probablement appel à la Cour Suprême israélienne à laquelle tout citoyen peut avoir recours (monopolisée par des juges gauchistes) contre toute initiative juridique de faire cesser ses activités en avançant la liberté de la presse.

 

Même si les tribunaux inférieurs approuvent finalement la fermeture du réseau, al-Jazeera qui est la vitrine médiatique du groupe terroriste palestinien du Hamas, qui gouverne la bande de Gaza, ainsi que des membres des Frères musulmans, pourrait engager une requête auprès de la Cour Suprême qui compte 12 juges permanents et que l’un d’eux est lui-même un arabe israélien.

 

 

Une réunion particulière en Israël sur le cas d’al-Jazeera

 

 

Ce Lundi, le ministre de la Défense Avigdor Liberman a qualifié le réseau qatari d’organisme de propagande « du genre [qu’on trouvait dans] l’Allemagne nazie ».

 

 

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a réuni lundi la première rencontre en ce sens en compagnie des autorités concernées, dont le ministère des Affaires étrangères, les services de sécurité du Shin Bet, le service de presse du gouvernement et le ministère de la Défense pour étudier la possibilité de faire clore le bureau, a fait savoir le quotidien Yedioth Ahronoth mardi. Des études préliminaires sur cette initiative ont d’ores et déjà été réalisées par les quatre agences.

 

Cette réunion intervient dans le contexte très particulier alors que les pays arabes sunnites tentent de  mettre la pression sur la Qatar, en raison de ses liens entretenus avec l’Iran et de son soutien à des groupes terroristes à Gaza, en Syrie et au Maghreb.

 

La crise diplomatique actuelle entre le Qatar et les états arabes sunnites résulte, entre autres, du rôle de propagande d’al-Jazeera qui ne cesse de  fustiger la politique anti-iranienne de l’Arabie saoudite et défend la position officielle  du Qatar qui considère le Hamas comme représentant légitime du peuple palestinien (et non l’Autorité palestinienne dirigée par le Fatah).

 

En plus de la proximité d’al-Jazeera avec les Frères musulmans, cette chaîne satellite flirte maintenant  avec l’ennemi juré de l’Arabie saoudite, l’Iran.  Depuis les années 2000, al Jazeera est devenu un outil pour mettre en œuvre le projet des Frères musulmans et du Hamas, aux dépens des gouvernements égyptiens, saoudiens et palestiniens.  Cette attitude a fait du Qatar l’un des pays des plus haï parmi les régimes arabes sunnites et en conflit avec la quasi-totalité du monde arabe sunnite.

 

 

Al Jazeera une arme de guerre du Qatar  contre Israël et les pays sunnites 

 

al Jazeera préfère consacrer son temps à appuyer les Palestiniens  et à inciter la population contre l’Etat d’Israël , en dépit que l’Etat Juif est démocratique. Les présentateurs des nouvelles passent leur temps à pousser les populations arabes à descendre dans la rue pour défendre Gaza. Des films, soi-disant, de la répression israélienne en Judée Samarie  sont diffusés en boucle. Al Jazeera » ne défend que ce qui arrange ses « parrains qataris » et finalement le plan des Frères Musulmans. Le but est pour elle d’attirer le maximum de téléspectateurs, d’asseoir sa crédibilité et de commencer ensuite à influer sur les esprits arabes perturbés par cet emballement contre Israel.

Avec le déclenchement de la révolte populaire en Tunisie,  Libye , en Égypte et en Syrie et sa façon de mettre en avant certains des insurgés au détriment des autres, ainsi que son insistance à transformer le cheikh Yossef Qardaoui en véritable inspirateur des révoltes arabes, a révélé son agenda politique. En Égypte et en Tunisie, al Jazeera  faisait une couverture « non stop » depuis 5 ans. En outre, le Qatar a servi de quartier général et a été une des principales bases du  plan des Frères Musulmans.

 

al- Jazeera, organe de propagande des Frères Musulmans et du Hamas, à travers le monde, révèle un fruitage d’e-mails démontrant les relations (stratégiques) entre les Émirats Arabes Unis et des Think-Tanks liés à Israël.
Ces fuites révèlent une forte relation entre les Émirats Arabes et des think-tanks montrant une alliance resserrée avec Israël, ainsi que les efforts produits par les Émirats visant à ternir l’image du Qatar et du Koweït ; l’implication émiratie dans le coup d’état manqué en Turquie ; et le combat des Émirats Arabes Unis contre les mouvements islamistes, en particulier le Hamas et les Frères Musulmans.

 

Au cœur de ce conflit interarabe,  al-Jazeera a accusé Israël d’être heureuse pour le faite que l’Arabie saoudite, le Bahreïn, l’Égypte et les Émirats arabes unis rompent leurs liens diplomatiques avec le Qatar.

 al-Jazeera  rapporte hier que des organisations caritatives palestiniennes ont organisé une marche de solidaire devant le consulat du l’Etat du Qatar à Gaza.

Le Qatar a beaucoup investi dans la bande de Gaza.Les dirigeants du Qatar ont des relations fortes avec le Hamas, le mouvement terroriste qui dirige la bande de Gaza, dont l’ancien chef politique du Hamas vit en exil.

Souhail Ftouh

 

 

 

Comments No Comments »

 

DBfufUJW0AAEn4v

Andrew Cuomo, le gouverneur de l’état de New York, Bill De Blasio, le maire de la ville, et le sénateur Charles Schumer ont participé à la parade « Célébrer Israël » qui s’est tenue hier sous la bannière « Célébrer Israël tous ensemble »

 

Plus de 30 000 personnes et 250 organisations ont participé  ce dimanche, 4 juin  2017,  à une parade de soutien à Israël sur la Cinquième avenue de Manhattan, à New York. Quelque 30 chars et 11 fanfares étaient présents.

 

 

 

Des députés israéliens, dont le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan, ont eux aussi défilé, ainsi que Danny Danon, l’ambassadeur d’Israël aux Nations unies, et Nir Barkat, le maire de Jérusalem.

 

rsz_

 

Chemi Peres, le fils de l’ancien président israélien décédé Shimon Peres, a aussi pris part dans cette parade.  Cette journée, comme tous les premiers dimanche de juin, serait la Journée Shimon Peres à New York.

 

« C’est un jour particulier pour moi », a dit le gouverneur de l’état de New York,  Andrew Cuomo.

 

« Un jour qui honore l’un des pères fondateurs d’Israël, un leader inspirant et visionnaire. Nous n’oublierons jamais sa forte relation avec les États-Unis et New York. Je suis ému au plus profond de mon cœur. »

 

Chemi Peres a dit que l’héritage de son père avait forgé cette forte relation entre les deux pays.

 

 

« Mon père a travaillé toute sa vie pour renforcer la relation stratégique entre Israël et les Etats-Unis, a-t-il dit. Il n’y a pas de plus grand ami pour Israël que les Etats-Unis. Aujourd’hui, je suis venu dire merci au nom de mon père décédé. Avec cette parade, nous poursuivons son héritage. »

 

 

« Je suis très fier de marcher dans les rues de New York et de voir la  vitalité de la communauté pro-Israël, a déclaré Danon. Ici, à cette parade, aux Nations unies et partout ailleurs, le lien entre les Etats-Unis et Israël est plus fort que jamais. »

 

 

La parade a également marqué les 50 ans de la réunification de Jérusalem.

 

 

Un groupe bipartisan de sénateurs républicains fait pression actuellement pour l’adoption d’une résolution commémorant le 50e anniversaire de la réunification de Jérusalem.

 

Adoptée par la commission des Affaires étrangères du Sénat la semaine dernière, la résolution va maintenant être présentée en session plénière.

 

 

Présenté par 17 sénateurs, dont les chefs de la majorité, le républicain Mitch McConnell, et de la minorité, le démocrate Chuck Schumer, le texte demande au Sénat de reconnaître le demi-siècle écoulé depuis qu’Israël a conquis la partie orientale de la ville pendant la guerre des Six Jours, en juin 1967.

 

« Jérusalem doit rester la capitale indivisible d’Israël, dans laquelle les droits de tous les groupes ethniques et religieux sont protégés », affirme le texte, qui précise qu’il a existé « une présence juive constante à Jérusalem depuis trois millénaires. »

 

« Je suis fier de présenter cette résolution, qui réaffirme le Jerusalem Embassy Act de 1995, qui établit que Jérusalem doit rester une ville indivisible et la capitale d’Israël, dans laquelle les droits de chaque groupe ethnique et religieux sont célébrés, estimés et protégés », a dit Schumer, chef des sénateurs démocrates et célèbre membre juif du Congrès ( en photo)

israel1n-3-web

La semaine dernière  le président américain Donald Trump a officiellement différé la réalisation de sa promesse électorale de déplacer l’ambassade américaine en Israël de Tel Aviv à Jérusalem, et de reconnaître la ville comme capitale de l’Etat.

 

La loi de 1995, le Jerusalem Embassy Act permet au président de repousser son application pour des raisons de sécurité nationale.

 

La résolution « réaffirme le Jérusalem Embassy Act », et « appelle le président et tous les responsables américains à être obligés par ses dispositions. »

 

 

Souhail Ftouh

 

 

 

Comments No Comments »

18767722_1355732141176734_6537173761716924537_n

L’aide israélienne ne s’est pas tarder d’arriver ce mercredi au Sri Lanka, où le bilan des inondations et glissements de terrain de la semaine dernière dépassait les 200 morts.

 

 

Le gouvernement d’Israël a fourni des secours immédiats suite aux récentes inondations et glissements de terrain qui ont affecté des centaines de milliers au Sri Lanka.

 

Des secouristes israéliens  étaient à pied d’œuvre dimanche pour tenter de distribuer une aux  Sri-lankais déplacés par les pires inondations sur l’île en 10 ans.

 

 

L’État Juif fourni aussi des médicaments dans les zones sinistrées et et 50 tonnes de fournitures humanitaires.

18813945_1355732177843397_3424300862460604769_n

L’ambassadeur israélien Daniel Carmon ( en photo à droite) a fourni des générateurs d’électricité, des eaux potables et d’autres fournitures d’urgence, ainsi qu’une lettre du président Reuven Rivlin exprimant la solidarité d’Israël avec le peuple sri-lankais.

 

«Nous avons l’expertise pour faire face à ce type de situation», a déclaré l’ambassadeur israélien.

 

L’organisation caritative israélienne “Coah Latet Meir Panim” a contribué à la fourniture de tablettes pour purifier l’eau, de 100 réservoirs d’eau, de matériel médical et de médicaments.

 

Magen David Adom (la division israélienne de la Croix-Rouge) en coopération avec la Comité international de la Croix-Rouge a envoyé en urgence fournitures médicales supplémentaires aux hôpitaux de Colombo, capitale du Sri Lanka, dont plus de 1000 flacons de sérum d’albumine, hautement nécessaires et évalués à plus de 25 000 $

 

Une ONG israélienne, l’IFA (Israeli Flying Aid) qui offre des secours aux sinistrés à travers le monde a envoyé des produits alimentaires secs de base, des couvertures, des manteaux, des chaussettes, et des plaques métalliques pouvant servir à la construction d’abris temporaires.

 

18893041_1355732137843401_8736239756463051541_n

Le ministre des affaires étrangères Ravi Karunanayake et  le ministre de la Santé Rajitha Senaratne ont  remercié le peuple israélien.

 

600 000 personnes ont dû quitter leur domicile. L’ONG IsraAID a estimé qu’un dixième de ces réfugiés étaient des enfants de moins de cinq ans.

 

 

Il s’agit des pires inondations au Sri Lanka depuis mai 2003, quand 250 personnes avaient été tuées et 10 000 maisons détruites par des pluies de mousson particulièrement fortes.

 

 

Le Sri Lanka a également appelé à l’aide internationale.

 

Aucun pays arabe ne participe à l’action humanitaire parmi  16 pays. L’Inde et le Pakistan ont tous deux déployés des équipes médicales dans les zones les plus sinistrées.

 

Israël a été parmi les premiers pays à offrir son aide après le tsunami meurtrier de décembre 2004, dans lequel environ 40 000 sri lankais ont perdu la vie.

 

 

Souhail Ftouh

Comments No Comments »

18765751_298024520609187_4930265881398921654_n

 

Aujourd’hui et demain marqueront l’anniversaire  du Farhoud, l’infâme pogrom contre les Juifs de Bagdad en 1941, qui a entraîné 200 morts et 2000 blessés et lors duquel 900 maisons juives ont été détruites. Ce fut le début de la fin d’une communauté qui existait depuis 26 siècles, précédant l’Islam de 10 siècles et qui comptaient 125 000 âmes.

 

Une répression inhumaine s’est abattue sur la communauté  juive par des officiers irakiens sunnites et pronazis. Des arrestations, des  déportations, des exécutions er des expropriations sur des populations innocentes.

 

Des centaines  d’hommes, pour la plupart fusillés et enterrés dans des fosses communes. Des femmes violées et éventrées, des enfants mutilés. Cette tragédie porte un nom, un seul nom : c’est le génocide. Il n’y en pas d’autre.

 

Les Juifs n’ont pas été  autorisés à enterrer eux-mêmes leurs morts, qui sont récupérés par le gouvernement et enterrés dans une fosse commune. Les dommages causés étaient estimés entre 3 et 3,5 millions de livres sterling.

 

 

 Des officiers irakiens sunnites et pro-nazis orchestrent le massacre

 

 

Le 1er et 2 juin 1941, les  chefs musulmans armés  proche  du  Premier ministre, Rachid Ali al-Gillani s’en prennent aux juifs dans les quartiers à majorité juive d’Al Rusafa et d’Abu Sifyan.

 

D’ailleurs le général al-Galani est allé rejoindre Haj Amin al-Husseini à Berlin après ce massacre. Dans les années 1930, Gillani a été fortement influencé par le grand mufti de Jérusalem,  Amin al-Husseini,  qui avait été exilé de la Palestine mandataire par les autorités britanniques en raison de son alliance avec l’Allemagne nazie  qui visait entre autres massacrer des juifs en Palestine.

 

L’évènement ayant conduit au massacre Farhoud est un prêche anti-juif dans la mosquée Jami-Al- Gillani, qui porte le même nom de famille du général irakien. La propagande antisémite était transmise quotidiennement par la radio locale et par Radio Berlin en langue arabe.

 

Divers slogans anti-juifs étaient peints sur les murs, tels que: Hitler tue les parasites juifs. Les magasins détenus par les Musulmans étaient marqués Musulman de façon à ne pas être pillés dans le cas d’émeutes contre les Juifs.

18813549_298024533942519_1749497319351338986_n

Le massacre était prémédité  par un gouvernement pro-nazi populaire à Bagdad, et il a lieu pendant la fête juive de Chavouot, jour de joie pour toutes les communautés juives du monde.

 

Aujourd’hui la reconnaissance de la responsabilité de l’État Irakien n’est pas établie encore sur ce génocide. De plus les juifs Irakiens n’ont pas le droit d’organiser les voyages de recueillement au pays.

 

Le Farhoud  marquera un tournant décisif pour les Juifs d’Irak : à la suite de cet événement, ils seront régulièrement sujets à la violence, aux persécutions, boycotts et confiscations avant d’être expulsés en 1951. Une série de décrets et d’attaques s’en est suivie, vidant le pays de son ancienne communauté juive avant le début des années 1970, à peine 92 Juifs restant en Irak.

 

Les souvenirs restent la force de cette population. Ce massacre restera longtemps gravé dans nos mémoires comme étant un jour de destruction et de terreur.

 

La synagogue Edmond J. Safra à New York organisera demain l’allumage des bougies pour les 27 siècles où la vie juive a prospéré dans ce qui est aujourd’hui l’Irak. Soyons nombreux à coté de nos frères juifs.

 

Ne laissons jamais s’effacer ces anniversaires mémorables. Il faut rallumer les lumières du passé pour voir plus clairement dans l’avenir.

 

 

Souhail Ftouh

Comments No Comments »

Legislatives-les-candidats-de-La-Republique-en-marche-!-en-region-Centre-et-Poitou_image_article_large

 

Le mouvement d’Emmanuel Macron, La République en marche, a multiplié ces derniers temps les couacs, surtout depuis l’annonce de la liste des candidats en marche vers le palais Bourbon. Certains, ayant trouvé un grand écho médiatique, relèvent de l’amateurisme des équipes en charge des investitures, mais d’autres, nettement moins médiatisés, sont carrément le fruit des fortes pressions qu’ont exercé différents lobbies sur la décision du nouveau président en matière de choix des possibles futurs parlementaires.

 

 

Emmanuel Macron vient de céder au premier coup de pression venu du Maroc.

 

Leila Aïchi, d’origine algérienne, a été retirée de la liste des candidats de « la République en Marche », parti du nouveau président français, aux prochaines législatives.

la

La sénatrice avait été investie pour la 9e circonscription des Français de l’étranger (Afrique du Nord et de l’Ouest). Mais l’annonce de son investiture a provoqué un tollé au Maroc. Leïla Aïchi s’est en effet distinguée sur la question du Sahara Occidental pour des positions jugées favorables au Front Polisario.

 

 

En 2013, Leïla Aïchi a en effet lancé « un colloque sur le Sahara occidental » à Paris, parrainé par le Sénat français, durant lequel elle avait publiquement dénoncé « l’alignement systématique de la France sur la politique marocaine du Sahara, et ce malgré les graves violations des droits de l’Homme constatées par les ONG humanitaires ».

 

Elle s’était également « alarmée de l’indifférence internationale quant au sort réservé au peuple sahraoui », affirmant que « le Sahara occidental et ses habitants subissent l’occupation marocaine depuis près de quarante ans ».

 

 

« Aujourd’hui, les Sahraouis sont privés du droit d’administrer leur propre terre. Prenons garde que, par désespoir, l’extrémisme ne l’emporte si aucune solution légitime n’est trouvée, et que le Sahara ne se transforme en un nouveau nord Mali », indiquait par ailleurs Leïla Aïchi en janvier 2013.

 

 

En réaction à l’annonce de son investiture, l’antenne marocaine de la « République en Marche ! » avait décidé de se désengager de l’élection législative. En France, le lobby marocain s’est mis en action. Il semble avoir gagné.

 

 

L’affaire du retrait de la candidature de la sénatrice franco-algérienne Leila Aïchi, un scandale auquel la République en marche et le Modem de François Bayrou refusent de donner des explications claires, témoigne de la persistance des usages et des façons de faire datant du passé.

 

Le fait que la commission nationale des investitures de La République en marche se soit pliée et le Président n’ait pas pu arbitrer le cas de la 9e circonscription des Français de l’étranger, prouve clairement que les sphères d’influence à la solde du royaume chérifien, au premier rang desquelles figure l’auguste président de l’Institut du monde arabe, sont très puissantes.

 

 

Plusieurs fois épinglé sur la gestion catastrophique dudit institut et à maintes reprises cité par la presse hexagonale dans des affaires classées sans suite faute de plaintes et de témoignages, comme par hasard, où il est soupçonné de participer à des soirées, accompagné de compères tout aussi folâtres, se livrant à leurs frasques aux frais et sous l’œil bienveillant du roi, Jack Lang, le lobbyiste en chef  du Maroc, ne rate jamais l’occasion de porter la petite voix du royaume.

 

Ils sont nombreux ces hommes politiques français à plaider la cause marocaine (parfois à l’opposé des intérêts de la France) et à œuvrer, pour certains dans l’ombre, ouvertement pour d’autres, à contourner les résolutions de l’ONU s’agissant notamment de la dilapidation et de la vente illégale des richesses des territoires occupés du Sahara Occidental sur le marché international.

 

Les hommes politiques Français en particulier sont biens gâtés. Le Maroc leur offre des vacances de pacha payé par le Makhzen, Ils sont reçus comme des rois. Ils ont droit à tous les délices interdits : femmes, alcool, drogue, chair fraîche, bref tous les vices. Par contre, l’Algérie leur impose un visa, ils ne sont pas reçus en rois, Le choix est vite fait.

 

En 2011 de l’ambassadeur de France pour les Nations Unies, Gérard Araud avait dit : «Le Maroc est une maîtresse avec laquelle on dort toutes les nuits, dont on n’est pas particulièrement amoureux mais qu’on doit défendre».

 

Cette  semaine les médias marocains ont commencé à prendre pour cible Jean-Yves Le Drian. Le nouveau ministre français des Affaires étrangères est accusé d’être pro- Sahara Occidental.

 

 

Souhail Ftouh

Comments No Comments »

 

gad-elmaleh-couillard

Le premier ministre Philippe Couillard a décoré  hier le célèbre humoriste Gad Elmaleh à l’Assemblée nationale du Québec.

M. Elmaleh eut reçu l’insigne de chevalier de l’Ordre national, la plus prestigieuse reconnaissance décernée dans la province francophone.

« En 1988, quand j’ai immigré du Maroc au Québec, le Québec m’a ouvert les bras, et aujourd’hui, il me serre fort dans ses bras », a déclaré solennellement un Gad Elmaleh touché et ému à la suite de la remise de l’insigne.

« Le Québec vous remercie de nous faire tant rire, », a dit Philippe Couillard avant de lui remettre l’insigne de chevalier de l’Ordre national.

Après la cérémonie, Philippe Couillard a fait un Facebook Live impromptu avec l’humoriste. En une heure, la vidéo a été vue par plus de 150 000 personnes et a entraîné des centaines de réactions, de commentaires et de partages.

C’est à Montréal, en 1994, que Gad Elmaleh s’est produit pour la toute première fois sur scène. C’était au cabaret Juste pour Rire, boulevard Saint-Laurent.

Gad Elmaleh  naît au sein d’une famille juive marocaine à Casablanca, où il fait sa scolarité dans une école primaire du quartier du Maârif, puis au lycée Maïmonide. Dès l’âge de cinq ans, il monte sur scène aux côtés de son père, David Elmaleh. A 17 ans, Gad quitte le Maroc et s’installe à Montréal.

Souhail Ftouh, Québec 

 

Comments No Comments »

cimnetierre-algerie

 

A Mesila, située à 250 km au sud-est d’Alger, des prometteurs immobiliers liés à la mafia locale  procèdent à l’annexion d’une partie du cimetière juif. Face à cette profanation d’un autre genre, ni les autorités algériennes et encore moins les instances diplomatiques françaises ne veulent réagir.

 

Plusieurs siècles de présence juive ont laissé les traces d’une civilisation dont les vestiges sont toujours visibles ici.

 

La Ligue algérienne de la défense des droits de l’Homme (LAADH), accuse des «bourreaux du foncier» de vouloir s’accaparer du terrain du cimetière juif.

 

LADDH dénonce, à cette occasion, le mutisme des autorités locales et celui de l’ambassade de France à Alger à l’égard des agressions «répétitives» que subissent ces deux cimetières, et appelle les ministères de la Justice et de l’Intérieur algériens à ouvrir une enquête sur cette affaire.

 

L’organisation des droits de l’Homme compte même déposer prochainement une plainte auprès du procureur de la République pour demander l’ouverture d’une enquête judiciaire sur ces exactions, en y joignant des documents audiovisuels et des photos attestant de ces agressions.

 

Pointant du doigt des «malfaiteurs» et des «squatteurs» qui voudraient réaliser des extensions à leurs habitations, la LADDH décrit l’état lamentable dans lequel se trouve le cimetière juif, devenu, selon le communiqué, une décharge publique. En sus du caractère éminemment pénal de cette affaire, l’auteur du communiqué trouve ces agressions «contraires à la religion musulmane qui appelle au respect des autres».

 

La LADDH veut  réhabiliter le cimetière  juif situé en plein cœur de la ville dans un état déplorable pour avoir subi des actes de profanation et destruction, selon le communiqué signé par M. Amroune Layachi vice-président du bureau de la LADDH de M’sila, qui a déposé une plainte, le  23 avril 2017, N°8263, contre X auprès du procureur de la République de Mesila.

 

Le responsable du bureau de la LADDH de Mesila a fait savoir aux instances judiciaires que cet acte ignoble contre la sacralité des lieux religieux n’a qu’une seule justification, «c’est un acte entrepris par des bourreaux de foncier», a-t-il mentionné.

 

La LADDH rappelle que le cimetière juif fait partie de l‘histoire de l’Algérie.

 

Mesila comptait un grand nombre de communauté juive dont les noms de familles étaient:Atlan(e),Attia,Achour,Nadjar,Hadjedj, Meyer,Doat,Caussene, Zerbib ,Djaoui, Hanini  et Selem.

 

On pourrait  penser que les juifs de Mesila  sont peut être tous enterrés à ce cimetière profané, sinon pourquoi ce profond silence?

 

La situation des cimetières  juifs d’Algérie dans son ensemble, est plus que préoccupante.  

 

Souhail Ftouh

Comments No Comments »

7ef8393179

 

Les manifestations se sont propagées partout au  sud de la Tunisie, une région en proie à un chômage explosif.

 

Les manifestations dans la préfecture de Tataouine, qui couvre 25 % du territoire du pays, ne faiblissent pas depuis un mois. Ce n’est pas le premier soulèvement contre le pouvoir central à Tunis. Ce territoire qui regorge de ressources souterraines encore inexploitées est ravagé par la précarité, l’indigence et la misère de ses infrastructures.

 

Le soulèvement des chômeurs : une crise qui couvre progressivement et dangereusement le sud du pays

 

Les manifestations ont éclaté dans un contexte de 45 % de chômage, une inflation de 40 à 45 % durant les 18 derniers mois. Dans plusieurs endroits, les jeunes chômeurs constituaient la majeure partie des manifestants dont une bonne partie est diplômée par les universités tunisiennes.

 

Dans ce territoire qui charrie plus de liquides dans ses oléoducs (pétrole et gaz) que dans ses aqueducs (canalisation d’eau potable) encore aujourd’hui, l’eau courante n’est pas accessible à tout le monde, pas en tout temps (coupure, panne, salinité forte, etc.) et pas en qualité requise. L’eau est coupée, des journées entières durant la saison estivale caniculaire. Le «stress hydrique» impacte sur tous les aspects de la vie et fait de ce territoire une zone où la mortalité infantile et maternelle est trois fois plus élevée comparativement au reste du pays. Les services de santé sont rudimentaires; pas moyen de trouver des médecins à moins de 300 kilomètres.

 

Malgré les tentatives de négociations, et les visites répétées des membres du gouvernement, la grogne ne faiblit pas; bien au contraire, elle se renforce et se propage comme une trainée de poudre qui menace d’embrasser tout le Sud et les régions intérieures. Durant les derniers jours, les champs d’exploitations du pétrole et de gaz ont été mis sous blocus, après le blocage des routes d’accès, à partir de Kamour, de Tataouine et de Déhibat. Plus un camion, et plus un seul véhicule commercial n’est autorisé à passer vers les stations de pompage, au-delà des barrages érigés par les groupes de manifestants.

 

Les gens  du sud savent que l’argent souillé des pétrolières de la région arrose généreusement le pouvoir corrompu à Tunis.

 

Israël conseille aux Israéliens de s’abstenir de se rendre dans le pays

 

La propagation des manifestations  risque d’affecter  le pèlerinage festif traditionnel de la synagogue El Ghriba de Djerba à lieu autour de la fête de Lag BaOmer, une fête juive qui a lieu entre Pessah et Shavouot. La fête commence cette année le 14 mai 2017  et se poursuit le lendemain.

TUNIS-JUIVES-GHRIBA-JERBA-AFP_0

L’État hébreu, dont la population a connu sept guerres et deux Intifada depuis son indépendance, est bel et bien devenu un cas d’école, dans sa façon de gérer une situation d’insécurité permanente.

 

Signe qui ne trompe pas : A Jérusalem le Bureau du contre-terrorisme d’Israël a mis en garde les Israéliens voyageant en Tunisie car des terroristes djihadistes pourraient tenter d’attaquer des visiteurs.

 

Dans un communiqué, le Bureau a indiqué que, suite à une évaluation de la situation, « il a été décidé de renouveler encore l’avertissement de voyage stricte pour la Tunisie. »

« Le risque d’attaques, également contre des Juifs, existe » selon Jérusalem.

 

Déjà le nombre de pèlerins a considérablement diminué depuis un attentat suicide revendiqué par Al-Qaïda qui avait fait 21 morts en 2002.

 

De plus  Jérusalem craint des représailles suite  à l’élimination l’an dernier à Sfax de Mohamed Zouari, membre  de l’aile militaire du Hamas.

 

Le Mossad avait proposé au gouvernement l’élimination de cet ingénieur qui devenait de plus en plus dangereux en armant le Hamas de drones et de bombes navales téléguidées. Quelques-uns de ces objets volants sans pilote avaient d’ailleurs été interceptés par l’armée israélienne avant qu’ils ne causent de dégâts.

 

 

 

Souhail Ftouh

 

 

 

 

Comments No Comments »