| More

forum

« Nous sommes une nation start-up ! » C’est par ces mots que le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a ouvert son discours, jeudi 23 janvier à Davos.

« L’innovation, c’est la seule façon de réussir dans un monde incroyablement compétitif », a dit Netanyahu, après avoir rappelé les réformes ayant abouti, dans son pays, à une maîtrise de l’inflation, et à une réduction significative des dépenses de l’État et de la dette publique, passée de 100% à moins de 70% au cours des dix dernières années.

Le Premier ministre israélien, est revenu sur les particularités qui font de l’État Hébreu une « start-up nation » :
Israël consacre 5% de son PIB à la recherche et au développement (  soit plus du double que la France).

Le capital-risque, troisième source de financement de l’innovation, est lui très présent dans l’État Juif avec plus de 270$ investit par habitant en 2012 soit plus de deux fois et demie les montants américains. De tels financements totalement privés ne sont pas une manne céleste qui tomberait comme une pluie bienfaisante sur les entreprises israéliennes. Ces financements résultent d’un climat économique et d’une mentalité d’innovation omniprésente. 

Israël figure au 6e rang mondial en matière de contribution en termes de prix Nobel par habitant. Le nombre de publications scientifiques par habitant (109 publications par 10 000 personnes) et de brevets déposés par habitant figure parmi les plus élevés au monde. Ce n’est pas un hasard non plus si les plus grandes entreprises mondiales (Cisco, IBM, Intel, Microsoft…) disposent aujourd’hui en Israël de centres de R&D qui comptent parmi les plus influents de la planète. En effet, selon l’Israël Capital Venture Research, le pays compterait pas moins de 3850 start-ups soit une pour 1844 habitants, un record mondial.

Condamnée à s’ouvrir vers le monde dans son intégralité, la petite économie israélienne (49e PIB mondial) est aussi une terre d’accueil pour toutes les entreprises qui souhaitent participer à l’innovation et à sa diffusion dans le monde.

Israël dispose d’un nombre impressionnant de pôles de compétitivité dont l’excellence est reconnue dans le monde entier. Ces pôles réunissent tous les acteurs de l’innovation : les grandes entreprises, les universités, les laboratoires et les start-ups innovants.
En effet, Israël fonctionne comme un immense pôle de compétitivité qui aurait choisi de développer l’innovation immatérielle pour en faciliter l’exportation et la commercialisation dans le monde entier. 

Toute entreprise qui a fait l’expérience de l’effet de levier développé par un pôle de compétitivité ne peut qu’être séduite par une telle approche à l’échelle d’une nation. De nombreuses entreprises internationales ont fait ce choix et développent sur place des équipes pour travailler avec des entreprises israéliennes sur les nanotechnologies médicales, les technologies de l’information et de la communication, l’énergie solaire, et les carburants alternatifs.

En plus le niveau d’instruction en Israël est parmi les plus élevés au monde : alors qu’en moyenne seulement 1/3 des citoyens des pays de l’OCDE ont reçu un enseignement supérieur, presque 50% (46%) des Israéliens ont un niveau de formation supérieur.

forum2
Au World Economic Forum de Davos, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu est revenu sur les particularités qui font de l’Etat Hébreu une « start-up nation ».

« Israël est un État qui favorise et défend l’esprit d’entreprendre, un état d’esprit que nous devons nous aussi renforcer chez les jeunes générations afin d’instaurer une nouvelle dynamique créatrice de richesses et d’emplois pour notre pays. » a dit
le premier ministre de l’État hébreu, qui a cité  au Forum International de l’Economie (WEF) les cinq atouts qui font d’Israël un pays pas comme les autres :

*La forte concentration de petites start-up ultra technologiques, notamment dans le domaine de la défense.

*L’excellence des instituts de recherche publique (notamment le Technion et l’Institut Weizmann). Au total, Israël investit près de 5% de son PIB sur la recherche.

*La culture du peuple juif vis-à-vis de l’éducation. « Du Talmud à Einstein, il y a toujours cet esprit de questionnement consubstantiel à la tradition juive », selon Netanyahu.

*La petite taille de l’État (équivalente à celle du New Jersey). Commentaire du premier ministre : « Tout le monde, y compris dans les start-up, est près de son voisin, ça facilite des échanges. »

*Enfin, l’absence de toute autre possibilité ! « Pour survivre, peu nombreux et sans ressources naturelles, nous avons été obligés d’innover, affirme Benjamin Netanyahu. Nous innovons dans le recyclage de l’eau, dans la productivité de nos vaches laitières, la sécurité numérique, même l’hébreu moderne est une innovation ! »

Rappelant le président Shimon Peres a reçu à Davos une cloche de Klaus Schwab, le fondateur du Forum économique mondial pour récompenser sa contribution « à la paix, l’économie et la technologie » 

Souhail Ftouh

innivationss

Leave a Reply

*