| More

Le président Barack Obama a prononcé le 22 mai un discours à Washington lors du Congrès annuel de l’AIPAC, (le comité des affaires publiques israélo-américaines) dans lequel insisté sur l’importance des relations entre les Etats-Unis et Israël. Obama a donné à Israël l’assurance du veto traditionnel américain, contre un « coup de force » juridique palestinien à l’ONU.

B. Obama a débuté son discours de l’AIPAC en rassurant l’audience sur ”l’engagement à toute épreuve des Etats-Unis envers la sécurité d’Israël”, ajoutant que Washington était engagé à faire en sorte qu’Israël reste le foyer du peuple juif.

”L’Amérique a un engagement sincère auprès de la survie d’Israël en tant que foyer du peuple juif puissant et sécurisé. Nous savons aussi combien cette recherche de sécurité peut être difficile, en particulier pour une petite nation comme Israël dans un environnement difficile”.

Le président américain Barack Obama a déclaré au cours de la conférence de l’AIPAC à Washington, que l’engagement américain envers la sécurité d’Israël est “inébranlable”. Les États-Unis, ajoute-t-il, demande que le Hamas reconnaisse le droit d’Israël à exister. Le président américain a également exhorté le Hamas à libérer Gilad Shalit. Obama a également tenu à souligner la relation spéciale qui unit les États-Unis et Israël, et a déclaré que son administration continuera à fournir une aide militaire à l’Etat juif.

”Parce que nous comprenons les défis auxquels fait face Israël, j’ai fait, ainsi que mon administration, de la sécurité d’Israël une priorité”, a-t-il continué, ajoutant que la coopération entre l’armée américaine et les forces de défense israéliennes était ”à un niveau sans précédent” et que les technologies américaines les plus avancées étaient disponibles pour Israël. Ceci explique pourquoi le financement militaire étranger des Etats-Unis a atteint ”des niveaux records”.

Le président américain a souhaité le maintien, avec l’aide des Etats-Unis, de la “supériorité” de la force militaire israélienne sur ses adversaires dans la région. Barack Obama a assuré que les Etats-Unis continueraient de “maintenir la pression” sur l’Iran, tout en réaffirmant son “engagement à empêcher” Téhéran à se doter de l’arme nucléaire.

”Ne vous méprenez pas, nous maintiendrons la supériorité qualitative militaire d’Israël”, a souligné Barack Obama sous les applaudissements de la foule.

Les liens entre Israël et les États-Unis sont « indestructibles », a-t-il lancé, disant comprendre la « peur existentielle » d’Israël face à des dictateurs qui « veulent l’éliminer de la surface de la terre » en acquérant « l’arme nucléaire ». Toute tentative des Palestiniens d’affaiblir la légitimité israélienne en recherchant une reconnaissance unilatérale à l’ONU sera combattue farouchement par l’Amérique, a-t-il répété.

Concernant la menace nucléaire iranienne, le Président des Etats-Unis a déclaré : ”Laissez-moi être absolument clair, nous restons engagés à empêcher l’Iran d’acquérir des armes nucléaires”.

”Vous pouvez également voir notre engagement envers la sécurité d’Israël dans notre opposition ferme à toute tentative visant à délégitimer l’Etat d’Israël. Comme je l’ai dit aux Nations-Unies l’année dernière, l’existence d’Israël ne doit pas être un sujet de débat et les efforts visant à mettre à mal la légitimité d’Israël devront faire face à l’inébranlable opposition des Etats-Unis”, a-t-il affirmé pour rassurer l’audience.

Barack Obama a affirmé que les liens unissant Israël et les Etats-Unis doivent être renforcés. Obama s’est exprimé ce soir à la conférence annuelle de l’AIPAC à Washington. Les 11.000 participants ont accueilli le Président américain par de chaleureux applaudissements.

Ce discours intervient en pleine effervescence diplomatique sur une éventuelle reprise des négociations de paix israélo-palestiniennes, avec des visites à la Maison Blanche du roi Abdallah II de Jordanie et du Premier ministre israélien Benamin Netanyahu.

Ce discours intervient cinq mois après le début des révoltes qui ont renversé les régimes autocratiques tunisien et égyptien, ébranlé le Yémen et Bahreïn, des pouvoirs alliés de Washington, mais aussi la Libye et la Syrie, autant de situations auxquelles Washington a jusqu’ici réagi différemment.

La conférence est connue pour être la démonstration de force annuelle de l’AIPAC. Quelque 10 000 personnes de tous les Etats des Etats-Unis ont assisté au meeting. Une présence renforcée des sénateurs et des députés de tous les partis politiques a également été remarquée.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a exprimé sa satisfaction suite au discours du président américain Barack Obama prononcé devant le 22 mai 2011 l’AIPAC. Je suis déterminé à travailler de concert avec le président Obama pour trouver de nouveaux moyens de reprendre les négociations de paix. La paix est un besoin crucial pour nous tous.” “Je partage le désir du président de faire avancer la paix, et j’apprécie ses efforts fournis aussi bien dans le passé que dans le présent pour atteindre cet objectif,” a souligné le Premier ministre dans un communiqué.

Les conseillers du Premier ministre Benjamin Netanyahu ont exprimé aussi leur satisfaction à l’égard des clarifications apportées par le président américain Barack Obama au cours de son allocution devant le lobby pro-israélien AIPAC, àWashington. L’un de ses conseillers a déclaré à Ynet que le discours était “approprié”. Obama a précisé dans son discours que les lignes de 1967 devraient être une base pour les pourparlers de paix entre Israël et les Palestiniens, sans constituer les frontières définitives.

Le ministre de l’Éducation Gideon Sa’ar a commenté le discours prononcé par le président américain Barack Obama devant l’AIPAC. En affirmant clairement qu’Israël ne sera pas contraint de retourner aux frontières de 1967, explique Saar, Obama émet une position “beaucoup plus appropriée, de notre point de vue.”

Le porte-parole de l’organisation terroriste du Hamas Mahmoud al-Zahar a estimé que le discours de Barack Obama ne se démarquait pas de celui de George W. Bush. Selon lui il faut “négocier sur la base des frontières de 1948″, c’est-à-dire avant la naissance de l’Etat d’Israël. Une déclaration qui démontre encore une fois le refus de l’organisation islamiste de reconnaître à l’Etat juif le droit d’exister.

Azzam Nafez, membre du bureau politique du Djihad islamique palestinien, affirme que son mouvement n’a pas été ”du tout surpris” par le discours d’Obama. ”Nous n’accordons pas de considération particulière à la position américaine, et nous n’y voyons aucun changement à l’égard du dossier palestinien”. “Obama est un homme faible et impuissant face au lobby sioniste, et tout le monde doit le comprendre”, a-t-il ajouté.

Une nouvelle enquête menée au sein de la communauté juive américaine révèle que les Juifs continuent à soutenir Israël, contrairement à de récentes spéculations selon lesquelles ils s’en désintéresseraient. 94% des sondés considèrent que ce serait ”une tragédie” si Israël cessait d’exister demain. 85% ont estimé qu’Israël ”a le droit de prendre au sérieux les menaces contre son existence”. L’enquête a été menée auprès d’un échantillon représentatif de 1000 Juifs américains les 16 et 17 mai 2011, par l’institut CAMERA (Committee for Accuracy in Middle East Reporting in America).

FTOUH SOUHAIL

Leave a Reply

*