| More

 

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est envolé mardi vers la Suisse pour participer au Forum économique mondial (WEF) à Davos qui durera jusqu’à vendredi. Le premier ministre est arrivé pour prendre part au 48e Forum économique mondial. Il s’est rapidement retranché dans ses quartiers après avoir foulé le tarmac de l’aéroport de Zurich.

Il donnera un discours à la grand-messe annuelle de l’élite planétaire avec une allocution devant les dirigeants politiques et chefs d’entreprises qui ont convergé dans les Alpes suisses.

Une source gouvernementale a signalé que le danger iranien et la croissance économique  seront au coeur du discours qu’offrira Netanyahu au gratin politique et économique réuni à Davos. Un discours qui précédera celui, très attendu, du président américain Donald Trump.

Netanyahu rencontrera plus de dix chefs d’Etat à Davos. Outre la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron, il devrait s’entretenir avec le président ukrainien Petro Poroshenko, le président d’Azerbaïdjan Ilham Aliyev, le Premier ministre belge Charles Michel, le président suisse Alan Brest, le Premier ministre canadien Justin Trudeau et le Premier ministre néerlandais Mark Rota, a fait savoir un communiqué émis par le bureau du Premier ministre.

Évoquant ses rencontres avec les leaders allemand et français à Davos, il a indiqué : « Je leur dirai que les prochaines semaines sont la dernière opportunité offerte pour amender l’accord dangereux sur le nucléaire avec l’Iran ».

« Avec ou sans accord, notre politique est d’empêcher l’Iran de s’armer », a-t-il ajouté.

La présence du locataire de la Maison-Blanche a paru incertaine pendant un certain temps en raison de l’impasse budgétaire ayant paralysé le gouvernement américain. Un accord a toutefois été conclu lundi au Sénat, ce qui signifie que le président Trump est plus libre de ses mouvements, en théorie. S’il se pointe à Davos, il deviendra le premier président américain à le faire depuis Bill Clinton, en 2000.

Une source gouvernementale a indiqué Benjamin Netanyahu et Donald Trump vont échangé en tête-à-tête en marge du WEF.

Alors que le vice-président américain achève sa visite en Israël, Netanyahu a déclaré alors qu’il était sur le point d’embarquer à bord de l’avion qui devait l’emmener en Suisse, mardi : « Cela a été un grand honneur d’accueillir le vice-président Mike Pence en Israël. Il a donné une expression exceptionnelle à cette relation puissante qu’entretiennent Israël et les États-Unis et nous nous souviendrons toujours du discours magnifique qu’il a prononcé à la Knesset ».

 

L’économie est impensable sans une présence forte et active du secteur technologique 

Le premier ministre fera valoir qu’une plus grande présence des technologies est un vecteur de la prospérité économique à laquelle aspirent leaders politiques et économiques en ces temps incertains.

La source gouvernementale qui a fourni ces détails a tracé un parallèle entre l’allocution que fera Netanyahu dans la ville huppée et celle qu’il avait livrée en septembre 2017,  à l’Assemblée générale des Nations unies. Les propos ne seront pas les mêmes, mais le procédé le sera: aux élites politiques et financières, le premier ministre dira que le savoir faire d’Israël est indispensable pour aider les pays qui font de profondes transformations structurelles, a exposé cette même source.

Israel aide déjà des pays africains qui veulent améliorer les conditions d’attractivité des investissements étrangers et le partenariat public-privé. Pour Israel l’économie de marché est impensable sans une présence forte et active du secteur privé.

Pour Israel le partenariat public-privé est une formule qui a ses avantages, notamment celui de permettre le recours à de nouvelles formes de gestion, d’association et de partenariat entre capitaux publics et privés, et de mobiliser des sources de financement alternatives au financement budgétaire que les pouvoirs publics comptent promouvoir à l’avenir.

Le gouvernement israélien encourage les pays pauvres dans leur démarche de partenariat et de collaboration entre les entreprises publiques et les entreprises privées, nationales et étrangères pour la réalisation de projets d’infrastructure ou de projets productifs dans tous les secteurs d’activités, notamment le secteur technologique.

Le plaidoyer suisse de Netanyahu, qui doit durer entre dix et quinze minutes, semble taillé sur mesure pour le sommet, qui se déroule cette année sous le thème «Construire un avenir commun dans un monde fracturé».

La délégation du Premier ministre inclut son épouse Sara, le conseiller à la Sécurité nationale Ben Shabbat et son chef de cabinet Yoav Horowitz. Isaac Herzog, chef de l’opposition, Rakefet Russak-Aminoach, directeur de la banque Leumi, Iris Beck-Codner, vice-présidente de Teva Pharmaceuticals, et une petite délégation de professeurs de l’université Ben Gurion du Negev assisteront également au WEF.

 

 Pouvoir d’attraction que cherche à exercer Israel à Davos 2018

En misant sur l’embellie économique des derniers années en Israel, l’opération charme israélienne est lancé.

Netanyahu multipliera les rencontres bilatérales pendant qu’il passera en sol helvète, principalement avec des dirigeants de multinationales. Il va rencontre une série de patrons d’entreprises: les dirigeants de Thomson Reuters ABB, UPS, UBS ont tous rendez-vous avec lui derrière des portes closes.

Avec la plus forte croissance économique des pays du OCDE en 2017, l’un des plus bas taux d’imposition pour les entreprises parmi les pays du OCDE et la population la plus éduquée parmi les pays membres de l’OCDE, Israël est un endroit idéal pour faire des affaires.

L’État Juif a été classée à la 10ème position dans le classement 2018 du «Bloomberg Innovation Index», établi par le magazine américain «Bloomberg Business ». C’est pour cela que les entreprises de partout dans le monde se tournent de plus en plus vers ce pays pour investir.

Le premier ministre Netanyahu, dont l’avion s’est posé à Zurich tard dans la soirée de mardi, aura  jusqu’à jeudi le temps pour passer le message aux multiples chefs d’entreprises qu’il courtisera dans les salles de réunion feutrées de Davos.

L’administration Trump vient de procéder à une réforme fiscale avantageuse pour les compagnies.Et l’administration Trump semble avoir l’intention de mettre le paquet: une imposante délégation de membres du cabinet doit être déployée dans la station de sports d’hiver nichée dans les Alpes suisses. Ils seront plus d’une vingtaine, dont le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, le secrétaire au Commerce Wilbur Ross et le représentant au Commerce Robert Lighthizer.

Souhail Ftouh

 

 

 

 

 

Leave a Reply

*