| More

n

Le Premier ministre Netanyahu en visite dans un village Druze au nord d’Israël, Avril 25, 2013

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est allé aujourd’hui rencontrer au nord du pays les membres de la communauté druze d’Israël qui célèbrent la fête du Nevi Shoueib.

Netanyahu a déclaré : « Il existe un lien naturel entre le peuple juif et le peuple druze qui sont dispersés à travers le monde. Les Druzes sont répartis à travers plusieurs pays. Aujourd’hui, vous êtes à juste titre préoccupés par le sort de vos frères en Syrie.. . et au Liban »

Le Premier ministre Netanyahu a commencé sa visite au domicile du chef spirituel druze cheikh Muafak Tareef, petit-fils du regretté Cheikh Ameen Tareef, à Julis. Il a ensuite visité le mémorial central des soldats druzes, le mémorial Yad LeBanim, à Daliyat al-Carmel et y a déposé une gerbe. Ici il a donné au fondateur de la section druze Yad LeBanim un certificat reconnaissant le monument comme un site du patrimoine national.

Netanyahu a ajouté : «Il y a un triple lien particulier entre le peuple juif et la communauté druze – dans le sang, dans la vie et entre nos peuples. Je tiens à exprimer la gratitude du peuple juif pour les Druzes qui sont tombés pour la défense de l’État d’Israël. Ils ont été des combattants courageux et dévoués, et je parle par expérience personnelle. J’ai combattu aux côtés de soldats et de commandants druzes, et mon défunt frère a combattu aux côtés de soldats druzes qui ont amené honneur et sécurité à l’État d’Israël, moi même et le peuple juif n’oublierons jamais cela. Cela a une place spéciale dans mon cœur et dans le cœur des gens. »
« Aujourd’hui, au nom de moi-même et du gouvernement, je tiens à saluer nos frères druzes pour leur fête de Nebi Shoueib » a conclu Netanyahu.

Nevi Shoueib est un prophète mentionné par le Coran et qui a été identifié plus tard comme étant Jéthro, le beau-père de Moïse. Le tombeau de Jéthro est considéré comme un lieu saint par la communauté druze. Il est situé en Galilée, près des Cornes de Hittin, non loin du lac de Tibériade. Le tombeau se situe dans une salle en forme de dôme ressemblant à une mosquée. De nombreux fidèles druzes venant de tout le pays se retrouvent dans ce lieu de pèlerinage chaque année entre les 25 et 28 avril.

La doctrine religieuse druze est née d’un mouvement de réforme de l’islam chiite qui a eu lieu au XIe siècle. Elle a été formulée dans l’Égypte Fatimide, sous l’égide du calife al-Hakim bi-amr Allah. Fortement imprégnée par la mystique soufie et la philosophie aristotélicienne, cette doctrine hétérodoxe se caractérise par une spiritualité fondée sur le perfectionnement des âmes.

Aujourd’hui, les Druzes sont installés principalement en Israël (Galilée et plateau du Golan), au Liban (dans la région sud du Wadi al-Taym, dans le Chouf et la plaine côtière qui descend vers Beyrouth) et en Syrie (dans la région du Hawrân et autour d’Alep)
Les Druzes israéliens préfèrent vivre entre eux pour préserver leur mode de vie traditionnel. L’essentiel des 98% des Druzes vivent dans 18 localités situées dans le nord du pays, en Galilée et dans les environs de Haïfa. Les quatre localités druzes les plus importantes sont Daliat El-Carmel (14.900 habitants), Yarka (14.500 habitants), Maghar (11.500 habitants) et Bet-Gean (10.500 habitants).

Traditionnellement, les Druzes vivent de l’agriculture qui représente encore une de leurs principales sources de subsistance. Depuis quelques années, les villages druzes se développent considérablement, en particulier en matière de commerce, d’industrie et de tourisme.

Pour la plupart, ce sont des citoyens parfaitement intégrés à la société israélienne; certains occupent des fonctions importantes dans tous les secteurs de la vie quotidienne comme la politique, la diplomatie, l’enseignement, la médecine, etc.

Si vous aviez un jour l’occasion de visiter des villages druzes, allez Daliath Ha’carmel par exemple
et vous y trouveriez dans gens accueillants et polis, des citoyens travailleurs et des gens attachés à leurs traditions. 

Les Druzes ne sont pas un peuple arabe, ce sont des Ismaélites ! C’est un peuple chaleureux très patriote et en général d’excellents soldats de Tsahal. A la différence des Musulmans d’Israël, les Druzes servent dans l’armée israélienne depuis 1957. Après leur service national obligatoire, beaucoup d’entre eux s’engagent comme militaires de carrière dans Tsahal, notamment dans les unités de pisteurs (1). Au cours des dernières années, le pourcentage de Druzes qui servent dans l’armée israélienne a augmenté. Au total, 83% des jeunes Druzes s’engagent dans Tsahal, 60% d’entre eux servent dans des unités combattantes.

ayoub kara
Ayoub Kara, ancien député du Likoud à la Knesset

Les Druzes d’Israël sont en effet un bon exemple d’une communauté bien intégrée et loyale à l’État d’Israël. Ils font leur service militaire (comme d’ailleurs les Bédouins) et comptent de nombreux haut gradés dans Tsahal. Évidemment, il y a des brebis galeuses comme le député Raleb Majadle qui a refusé de chanter l’hymne national lors d’une cérémonie à la Knesset. Mais il y a également Ayoub Kara, ancien député du Likoud à la Knesset, qui était opposé au retrait israélien du Goush Katif.

Alors bonne fête à vous, la communauté druze d’Israël !

Ftouh Souhail

(1) Voir : L’unité 299, arabophone, drapeau druze (autorisé en Israël) déployé : https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=_5ttTM2o2Lg

n2
Le Premier ministre Netanyahu en visite dans un village Druze au nord d’Israël, Avril 25, 2013

Leave a Reply

*