| More

Archive for the “Manipulation médiatique” Category

Désinformation des médias

Philippe Karsenty est actuellement en Israël où il vient de passer quelques jours afin de dénouer certains des fils de l’affaire al Doura *

Il devrait prochainement revenir en France mais, compte tenu des derniers développements prometteurs, il a annoncé qu’il va prolonger son séjour afin d’obtenir une victoire complète et définitive.

Les médias s’intéressent de plus en plus à l’affaire, notamment l’éditorialiste du quotidien Maariv, Ben Dror Yemeni, qui vient d’écrire dessus.

Voici un extrait de son édito : « Dix ans plus tard, Enderlin publie un livre. Il ne renonce pas. Il continue dans la même ligne. Il essaie de se faire prendre pour la victime d’un « complot ». La besogne est facile, non seulement « l’élite » et la « clique » en France l’ont promu au rang de héros, mais on a organisé une pétition en sa faveur et on a essayé de ridiculiser Karsenty. Il s’avère qu’Enderlin, Israélien depuis de nombreuses années, a de nombreuses relations en Israël aussi. Il y en a trop qui prennent sa défense. Dans son nouveau livre, il peut prétendre que l’armée Israélienne ne veut aucune enquête car elle redoute une conclusion déplaisante. C’est vrai. L’Israël officiel n’a jamais pris le soin de démentir la version d’Enderlin. Il n’est pas clair s’il s’agit de fatigue, de bêtise ou des deux à la fois. D’autres se sont charges de la besogne. D’autres se chargent de démentir. Mais Israël s’est tu. »
Le bureau du Premier Ministre israélien vient d’effectuer une déclaration officielle que vous trouverez ci-dessous qui est une ferme démentie aux déclarations mensongères de Charles Enderlin dans son livre et dans les médias.

Vendredi 22 octobre 2010 – 14 Heshvan 5771

Les conclusions dans l’affaire Mohammed Al Dura, et notamment le reportage de la chaîne allemande ARD, éveillent des doutes sur le bien-fondé des affirmations de la chaîne française FRANCE 2, telles qu’elles ont été diffusées le 30 septembre 2000, et selon lesquelles l’enfant aurait été touché par des tirs en provenance du poste de l’armée israélienne au carrefour de Netsarim, visant l’enfant et son père Jamal.

Il est à signaler que depuis l’incident, des méthodes ont été révélées par lesquelles les palestiniens ont créé et mis en scène des événements médiatiques au service de leur propagande; d’ailleurs, le journaliste à l’origine du reportage Al Dura avait admis dans un documentaire être au courant de ces pratiques palestiniennes. On se rappelle tout particulièrement la campagne d’horreur qui prétendait attribuer à Israël un “massacre” a Jenin, qui n’a jamais eu lieu, ainsi que de l’épisode ou un “mort” était tombé du brancard et avait commencé à marcher. Au vu de ces cas, on est en droit de s’attendre à ce que les médias vérifient minutieusement de tels reportages, et qu’ils évitent de publier des allégations non vérifiées.

Il faut souligner, à ce sujet, que pendant des années, l’affaire Al Dura a servi de prétexte a certains pour inciter à la haine, à l’antisémitisme et à la violence contre des israéliens.

Quoi qu’il en soit, il est clair à présent, qu’il était faux de faire endosser la responsabilité dans l’affaire Mohammed Al Dura à Tsahal et à l’Etat d’Israël. Les éléments révélés réfutent les assertions qui avaient alors été émises à l’encontre des israéliens, et que les médias internationaux, FRANCE 2 en tête, n’avaient jamais soumises à examen approfondi en leur temps. Il est toujours avéré que, malgré la présence sur place de dizaines de photographes, aucune preuve supplémentaire, filmée ou autre, n’a jamais été fournie sur le tir israélien supposé vers Jamal et Mohammed Al Dura. Les circonstances même de ce tir (la distance, l’angle, les indices sur le terrain) démontrent qu’il ne pouvait pas provenir du poste israélien.

Comme on s’en souvient, l’incident avait fait l’objet d’une enquête scrupuleuse par Tsahal. L’enquête, comprenant des tests de lignes de feu, des expertises balistiques, l’analyse de la documentation de l’incident etc., avait constaté l’impossibilité de démontrer de manière claire et nette l’identité de la personne qui aurait atteint le jeune garçon. A ce moment la déjà, la thèse d’un tir de Tsahal avait été sérieusement mise en doute. Une forte probabilité a plutôt été évoquée, selon laquelle il aurait été en fait atteint par le feu nourri des Palestiniens, émanant au même moment à partir de plusieurs sources, dont certaines étaient proches de l’endroit où se tenaient le jeune garçon et son père.

———————————–
*Rappel de Ftouh Souhail sur cette affaire :

Le 30 septembre 2000: France 2 diffuse un film, tourné par Talal Abou Rahma, journaliste palestinien travaillant pour le compte de Charles Enderlin, où l’on voit Mohammad al-Dura, 12 ans, mourir sous les balles israéliennes dans les bras de son père. Ces images deviendront le symbole de l’Intifada. La mort d’Al Dura sera l’icône de la sauvagerie israélienne, et justifiera les violences. Le 17 septembre 2002 l’Agence MENA (Metula News Agency) publie un article où elle affirme par la bouche de Nahum Sharaf que le film de France 2 est une fiction.

Des éléments d’information supplémentaires ont été fournis par les investigations du physicien civil Nahum Shahaf et de l’ancien tireur d’élite Yossi (Joseph) Doriel, chargés de reconstituer les faits ont conclu qu’il était plus probable que l’enfant avait été tué par les Palestiniens que par les Israéliens » et n’a pas hésité à caractériser la « mort en direct » de l’enfant comme « une superproduction de la propagande palestinienne ».

Le 21 mai 2008, la cour d’appel de Paris a prononcé un arrêt important dans l’affaire « Charles Enderlin et France 2 contre Philippe Karsenty ». la Cour d’appel de Paris a indiqué “qu’il était légitime de commenter, d’analyser et de critiquer ces images”. Au regard de ce débat, Philippe Karsenty, a exercé son droit de critique contre cette supercherie imaginé par le correspondant de France 2 en Israel.

Le 4 mars 2009, la télévision publique allemande ARD a diffusé un documentaire qui met gravement en cause le reportage de France 2 sur Mohamed Al Doura.

Les recherches de Nahum Shahaf et Yossi Doriel ainsi que l’enquête menée par Tsahal à la requête du Général Yom-Tov Samia ont fourni une grande partie des éléments publiés.

À ce jour, rien ne prouve la culpabilité ou ne serait-ce que la responsabilité israélienne dans cette mort odieuse, si ce n’est les allégations formelles et souvent contradictoires du caméraman de France 2, Talal Abu Rahma, soutenu par la chaîne et son envoyé permanent, Charles Enderlin. Au contraire. Tout tendrait désormais à prouver que le petit Mohammed ait été tué par une balle palestinienne.

Comments No Comments »

Un débat houleux s’est déroulé ce lundi matin à la commission des droits de l’enfant de la Knesset, sur l’implication d’enfants palestiniens dans des jets de pierres dans le quartier de Silwan, à Jérusalem-est.

Le député Likoud Danny Danon, a soutenu que ces enfants sont payés pour lancer les projectiles et attiser la violence. Une altercation a éclaté entre le député arabe Taleb al-Sana qui a qualifié son collègue national-religieux Michael Ben Ari de ”fasciste”. Ce dernier a rétorqué le taxant de ”terroriste venu en provocateur”.

Ce débat intervient apres l’embuscade médiatique montrant une vidéo dans laquelle un enfant jettant des pierres, se trouvant au milieu de la route, a été touché par un véhicule israélien le vendredi 8 octobre.

Le gamin qui a été blessé, Amran Mansur, a été libéré de l’hôpital Hadassah Ein Kerem de Jérusalem samedi matin. Notons qu’il y avait environ six ou sept journalistes sur les lieux, peut-être plus que le nombre de lanceurs de pierres.

Cet événement été UNE mise en scène oraganisée par les photographes sur les lieux. La vidéo démontre la présence d’au moins CINQ photographes adultes filmant ce qui se passait. Vu le nombre de photographes professionnels opérant sur les lieux, on peut supposer que la mort d’un des enfants était attendue. Cette mise en scène flagrante n’a pas a échouée et l’enfant n’a été que légérement bléssé.

L’ado venait de quitter la prière du vendredi, la tête revêtue d’une cagoule et le torse nu! Exquise démonstration de la culture palestinienne dans toute sa splendeur… L’ignominie abjecte de photographes et caméramans les a emmené à imaginer une nouvelle “affaire al dura”. L’operation a echouèe.

L’embuscade médiatique etait tendue pour piéger des israéliens en mettant en jeu la vie de quelques enfants palestiniens.

Les 5 photographes et caméramans sont complices de ce qui aurait pu très mal se finir , à savoir la mort d’un ou des lanceurs de cailloux. Ils ont été complices d’une tentative de meurtre planifiée par la propagande palestiniste.

Grace à cette vidéo (1) filmée par eux même, on a la preuve flagrante que la lapidation de la voiture était préméditée, que la victime était ciblée etc…..une mise en scéne qui met en évidence toute la” subtilité” des palestiniens . Un montage qui demontre la complicite de la Presse !!!
En attedant d’autres voitures ont été lapidées avant cette scène.

Les racailles palestiniennes continuent d’attaquer les véhicules appartenant aux juifs, sillonant les quartiers islamisés de la Judée Samrie et de jérusalem.

Ftouh Souhail

(1) http://www.youtube.com/watch?v=aXLwEoWtceI

Comments No Comments »

Il y en a assez des mises en scènes palestiniennes pour pointer un doigt accusateur sur Israël!

Il y en assez des guet-apens tendus avec cameras à l´appui pour piéger les israéliens et alimenter l’antisémitisme séculier des braves gens!

Il y en a assez des rumeurs malfaisantes qui sèment la haine et la discorde et nourrissent les mythes dévoreurs de toute fraternité!

Combien de temps encore devrons-nous supporter de voir ces mises en scènes à quatre sous ou les morts pleurés par une foule en délire, tombent des brancards, se relèvent et se mettent à courir sous la menace des représailles israéliennes ? Cela a pu faire rire dans les chaumières, mais il n´y a vraiment plus de quoi rire !

Combien de temps devrons-nous supporter de voir des femmes palestiniennes parfaitement sereines se mettre immédiatement à se lamenter et se griffer le visage au signal du cameraman qui se tient face à elle ?

Combien de temps devrons-nous supporter de voir de prétendus blessés se tromper de jambe valide et s´appuyer sur leur jambe blessée ?

Combien de temps devrons-nous supporter de voir de pauvres femmes et enfants de Gaza tenant une misérable bougie à la main pour se plaindre du manque d´électricité alors que les rideaux sont tirés et qu´il fait plein jour dehors ?

Combien de temps encore cette mascarade va-t-elle durer ?

Nous avons tous en tête ces images, ces films, ces reportages vidéo et ces photos où la supercherie était si grotesque qu´elle prêtait au rire alors qu´il faudrait en pleurer ! Tout cela a circulé largement sur le net et démontrait que la propagande palestinienne était devenue reine dans l´art du mensonge.

Nous avons tout vu ! Des ambulances qui servaient à transférer des armes meurtrières, des tirs de missiles depuis les quartiers populaires, les écoles, les toits des hôpitaux, les mosquées etc.

Nous avons vu des gamins bourrés d explosifs qui ont eu peur et se sont rendus aux forces israéliennes, ou qui se sont fait exploser.

Nous avons eu aussi le cas d´un attardé mental à qui on a promis je ne sais quoi s´il s´approchait des postes de contrôle israéliens avec la jolie ceinture collée au ventre.

Nous avons vu des femmes soignées dans des hôpitaux israéliens, utiliser le laisser passer qui leur permettait de continuer leurs soins en Israël, tenter de se faire sauter à côté des juifs.

Oui, nous avons tout vu ! Sans parler de l´Affaire Dreyfus moderne qu´a été l´odieuse mascarade de l´affaire Al Dura avec la complicité de France 2 et de son journaliste favori Charles Enderlin, qui décidément n´aura jamais le courage d´avouer son incompétence, et plus grave ses mensonges médiatiques.

La presse au cœur de la machine palestinienne a les mains sales;

La Gauche silencieuse face aux mensonges éhontés a perdu son honneur;

Et l´extrême gauche qui soutient les organisations terroristes et défilent sous les drapeaux du Hamas sans être gênés le moins du monde par les cris ” mort aux juifs “, se couche dans le caniveau et a perdu toute crédibilité.

Non content de se mettre aux ordres de la propagande islamo- nazie, de reprendre les dépêches de leurs camarades du Hamas et du Hezbollah pour les diffuser comme du pain béni à toutes les Agences de presse et journaux de la planète, voici que la presse vient de franchir un nouveau pas dans la descente aux enfers médiatiques.

Regardez cette vidéo mise en ligne sur Internet dans laquelle un enfant palestinien est renversé par une voiture israélienne ! Toute la mise en scène est là, les journalistes sont prêts à filmer et les gosses attendent pierres en main la voiture qui s´approchera. Quelle chance si un enfant était tué ! Quelle aubaine pour les palestiniens ; Tous les ingrédients étaient là pour mettre le feu aux poudres. Le gamin dira qu´il a été délibérément renversé par une voiture israélienne alors qu´il marchait sur le trottoir et qu ´il revenait de la prière ! Les journalistes ne vont diffuser à l´étranger qu´une partie de ce film, juste les images de l´enfant renversé et rien de la mise en scène à laquelle ils ont participé !

Sauf que de nouveau, le doigt divin intervient et que la scène avait en fait été filmée avant l´arrivée de la voiture israélienne.

Ce soir, j´ai entendu une émission radio où il était dit que ces jeunes arabes israéliens reçoivent quelques dizaines de shekels pour se mettre ainsi en danger et comme ils ont aussi la nationalité israélienne, il est impossible pour l´heure de faire quoique ce soit.

Alors, je voudrai dire à tous ces journalistes qui vendent du vent mauvais : Vous êtes les responsables directs de la haine antijuive que les islamistes répandent si facilement dans le monde. Vous n´êtes pas les amis de l´information; Vous êtes les complices du mensonge qui sème la violence, complices du Hamas qui maintient un peuple sous la force de la terreur.

Réveillez-vous! Refusez donc d´être parties prenantes de ces mascarades mortuaires! Dénoncez-les ! Faites le pour sauver l´information libre ! Faites le pour qu´une vraie paix ait un jour un espoir de naître dans cette région ! Faites-le si vous êtes des hommes d´honneur et de probité et que la vérité est pour vous la valeur suprême que doit défendre un journaliste, digne de ce nom !

Faites-le vite car bientôt, vous n´aurez plus le choix d´écrire quoique ce soit et il se pourrait bien que les bottes islamistes s´avancent en Europe et que vous entendiez Ein Zwei Drei …en langue arabe.

Rachel Franco, Jérusalem

Comments No Comments »

Si une affaire aurait justifié la curiosité de tous les médias, c’est bien l’Affaire al-Dura. Ce célèbre faux antisémite accusait des soldats israéliens d’avoir tué un jeune Palestinien à Gaza, le 30 septembre 2000. Bien que ce ne fut en fait qu’une mise en scène, ce reportage a été diffusé par France 2, la télévision publique française.

Les commentaires de Charles Enderlin sur la mort du petit Mohamed Al-Dura avaient fait le tour du monde et suscité la colère et la haine de nombreuses populations au point de provoquer une comparaison inepte et déplacée.

Faisant état d’un rapport balistique et présentant des images prises par d’autres sources, notamment Reuters et AP, Philippe Karsenty , directeur du site Média Ratings, affirmait qu’il s’agissait en réalité d’une “mise en scène” et d’une “supercherie médiatique”.

Au fil des enquêtes, on a su d’abord que l’enfant n’était pas mort sous les balles israéliennes, puis qu’il n’était probablement pas mort du tout. Aujourd’hui, on peut affirmer qu’il s’agit d’une fiction.

Le 21 mai 2008, La Cour d’appel de Paris reconnaît le droit au doute et déboute France 2 . C’est un procès que France 2 a intenté à Philippe Karsenty. Après une minutieuse enquête, en effet, celui-ci a mis en doute la fiabilité de ce faux reportage diffusé par la chaîne publique française et réalisé par Charles Enderlin, son correspondant en Israël.

L’assassinat sadique imaginé par Charles Enderlin n’a pas cessé de prolonger un cauchemar médiatique sur l’« énigme Mohamed Al Dura ».

Canal + a récemment été condamnée en diffamation pour un reportage que la chaîne privée avait diffusé le 24 avril 2008. Canal + avait diffamé Philippe Karsenty en soutenant France 2 et Charles Enderlin dans le cadre de l’Affaire al Doura. En vertu du jugement rendu le 10 juin 2010 par le Tribunal de Nanterre, Canal + avait été condamnée à publier le jugement dans trois journaux français.

Rappelons que le père de Mohamed Al-Dura avait été soigné dans un hôpital israélien, qu’il a été ouvrier salarié et ami d’Israël. Voilà qui nuance l’appréhension des faits et justifie le questionnement pour les hommes et femmes de bonne volonté qui ne sont pas pétris de certitudes et enfermés dans leur passion idéologique.

Philippe Karsenty se dit déterminer à suivre cette affaire qui a alimenté un antisémitisme et un antisionisme planétaire. L’infatiguable défenseur de la vérité va effectuer deux séries de conférences aux Etats-Unis et au Canada en octobre (côte Est) et en novembre prochain (Canada + côte Ouest).


Voici le programme d’octobr
e :

– A Boston, Philippe Karsenty participera à la prestigieuse conférence de CAMERA qui se tiendra le 10 et le 11 octobre. Vous pouvez la découvrir et vous y inscrire en cliquant ici.

– A Philadelphie, il participera à un déjeuner-conférence organisé par le Middle East Forum de Daniel Pipes le 12 octobre.

– A Montréal, il fera plusieurs présentations les 12 et 13 octobre. Pour avoir plus de détails, écrire à : bibifayer@hotmail.com

– A Chicago, il soutiendra un candidat au Congrès, Joel Pollak, le jeudi 14 octobre. Pour obtenir plus d’informations, écrire à : ashley@pollakforcongress.com

– Le vendredi 15 octobre à 10h30, il donnera une conférence à l’université De Paul de Chicago. Pour obtenir plus d’informations, écrire à : ggottlie@depaul.edu

Dix ans aprés les fais , Philippe Karsenty se bat pour démontrer, preuves à l’appui, que le reportage diffusé par France 2 sur la mort du petit Mohamed Al Dura dans la bande de Gaza est une mise en scène et que les images diffusées par cette chaîne télévisée sont fausses. Cet ancien financier et homme d’affaires est bien décidés à faire éclater sa vérité d’un côté ou l’autre de l’Atlantique.

Ftouh Souhail

Comments No Comments »

Canal + et la société de production TAC PRESSE viennent d’être condamnés pour diffamation à l’encontre de Philippe Karsenty pour le reportage que la chaîne cryptée a diffusé le 24 avril 2008.

Les juges ont considéré que les propos tenus dans le reportage de Canal + « visent incontestablement » Philippe Karsenty et « lui imputent d’utiliser Internet pour manipuler l’information afin de servir les intérêts de groupes extrêmes, particulièrement radicaux ».

Les juges affirment que « le fait imputé à Philippe Karsenty de falsifier l’information afin de dénigrer Charles Enderlin et nuire à sa carrière, dans le cadre d’un mouvement d’opinion extrémiste et radical, et de répandre ainsi une rumeur ne reposant sur aucun élément tangible porte incontestablement atteinte à l’honneur et à la réputation de Philippe Karsenty ».

Ils ajoutent : « Les pièces versées aux débats démontrent un manque d’objectivité exclusif de la bonne foi alléguée, en établissant que Stéphane Malterre [l’auteur du reportage] était en possession de tous les éléments ayant suscité, au niveau international, le doute sur la réalité de la scène de la mort de Mohamed al Doura, qui ne sont même pas évoqués dans le reportage ; étant précisé que lors de la diffusion litigieuse du 24 avril 2008, l’intégralité de ces éléments avaient été rendus publics pour avoir été débattus devant la 11ème chambre de la cour d’appel de Paris, le 27 février 2008. »

Le Tribunal poursuit : « Participe du manque d’objectivité la mise en cause de Philippe Karsenty, comme chef de file de la « croisade » conte Charles Enderlin, sans fournir le moindre élément quant à l’évolution de sa position initiale au regard des déclarations du journaliste et du caméraman puis la directrice de France 2… ».

Les juges concluent « Dans ces conditions, au regard du choix du sujet en cause pour illustrer le propos de l’émission et du traitement de celui-ci, la légitimité du but poursuivi n’est pas établie et, en tout état de cause, les défendeurs [Canal + et TAC PRESSE] ne justifient pas de la fiabilité de l’enquête nécessaire à l’admission du fait justificatif de la bonne foi.

En conséquence, Philippe Karsenty est recevable et bien fondé en son action.»

Bertrand Méheut, la SA Canal + et la société TAC PRESSE sont condamnées in solidum.

Philippe Karsenty déclare : « Par ce jugement, la justice française vient à nouveau palier les manquements de nombreux médias français.

Canal + avait diffusé un documentaire de 52 minutes réalisé par la société TAC PRESSE le 24 avril 2008 mettant en parallèle les révisionnistes des attentats du 11 septembre et ceux qui s’opposent à France 2 et Charles Enderlin dans le cadre de l’affaire al Doura, au premier rang desquels j’étais représenté en grand orchestrateur de la manipulation.

Pour mémoire, France 2 avait diffusé le 30 septembre 2000 un reportage de Charles Enderlin semblant montrer la mort d’un enfant palestinien, Mohamed al Doura, dans les bras de son père. En fait, le reportage de Charles Enderlin était une pure et simple mise en scène ; ce que la décision de la cour d’appel de Paris du 21 mai 2008 m’autorise à l’affirmer.

J’aurais pu laisser passer le reportage de Canal + sans réagir, au nom de la liberté d’expression. C’est ma tendance naturelle.

Néanmoins, j’ai porté plainte contre Canal et TAC PRESSE parce que leur documentaire n’était ni anodin, ni innocent puisqu’il a été diffusé le 24 avril 2008 alors que le verdict du procès qui m’opposait à France 2 et Charles Enderlin était attendu un mois plus tard, le 21 mai 2008.

Ce film, et sa programmation par Canal +, auraient pu peser sur le cours de la justice si les juges de la cour d’appel de Paris s’étaient laissés influencer.

Je ne pouvais donc laisser passer ce documentaire diffamatoire sans réagir. »

Isabelle WEKSTEIN avocat de Philippe KARSENTY se félicite de cette excellente décision : « Notre argumentation a été largement suivie. Le Tribunal retient la diffamation pour cinq des six passages poursuivis. Les juges considèrent notamment que l’accusation de manipulateur de l’information imputée à Philippe Karsenty pour servir d’obscurs intérêts extrémistes et radicaux porte atteinte à son honneur et à sa considération. Il est intéressant de relever que Le Tribunal tient à rappeler l’existence d’éléments ayant suscité au niveau international, le doute sur la réalité de la scène de ma mort de Mohamed Al Doura ».

Voici 3 liens permettant de visionner le reportage diffusé par Canal + qui vient d’être jugé diffamatoire :

1ère partie:

2ème partie (la section qui concerne l’Affaire al Dura commence à la 19ème minute de cette deuxième partie et se prolonge dans la suivante):

3ème partie:

Pour mémoire, le reportage de Canal + jugé diffamatoire affirme que Philippe Karsenty :

– « est un faussaire de l’information » ;

– « fait pression sur les journalistes pour qu’ils s’autocensurent » ;

– « manipule l’information pour servir des intérêts politiques inavouables et condamnables qui n’ont rien à voir avec la manifestation de la vérité » ;

– « se sert du réseau mondial d’Internet pour induire en erreur, falsifier et travestir des faits afin de servir « une cause » et pour compromettre la réputation acquise d’un journaliste afin de lui nuire, en propageant une idéologie condamnable » ;

– « a violemment et massivement insulté le journaliste Charles Enderlin » ;

– « a des opinions politiques extrémistes au nom desquelles il se permet de remettre en cause les dires d’un journaliste » ;

– « est à la tête d’un mouvement d’opinion et de lutte ayant pour seul objet de nuire à Charles Enderlin et à sa carrière » ;

– « utilise toutes sortes de stratagèmes et autres procédés bas et déloyaux pour parvenir à ses fins » ;

– « répand sur le réseau mondial d’Internet de fausses informations, de fausses images et de faux documents » ;

– « dénigre un journaliste respecté et respectable sans avoir la moindre preuve de ses dires » ;

– « est un membre actif et partisan d’une doctrine politique aux conséquences immodérées » ;

– « force les journalistes à faire de la délation de leurs confrères, à tout le moins de retenir leurs propos » ;

– « menace les journalistes afin de les empêcher de divulguer certaines informations ».

Comments No Comments »

La guerre médiatique que livre aujourd’hui les palestiniens contre Israël est malheureusement intense et très efficace. Une fois de plus la propagande du Hamas, celle qui est reprise en continue par les médias, passe bien mieux que la communication israélienne qui est trop “officielle”.


La récente intervention militaire israélienne contre la flottille du Hamas prétendument humanitaire, en route vers Gaza,  s’est transformée en véritable catastrophe médiatique pour Israël. Il s’agit là d’une opération de grande envergure qui a inondé tous les plateaux de télévisions et médias à travers le monde. Israël par contre manquait de moyens pour s’adresser à ce public large public.
 
Le matraquage d'opinion ne fait que continuer. Depuis presque une semaine, nous assistons à une propagande antisémite, digne du Troisième Reich, qui œuvre à la dénonciation d’Israël. En dénonçant  l’intervention israélienne  contre La flotte «dite- humanitaire », les médias  sont passés de la critique à la diabolisation de l’Etat israélien, en délégitimant la nation elle-même.
 
Le monde  ne se réveille apparemment que lorsqu'Israël riposte aux attaques incessantes contre sa souveraineté sur mer ou sur terre.
 
Le monde, conditionné et endoctriné par une presse partisane, s’est déchaîné d’un seul coup  contre Israël qui a voulu pacifiquement mener les bateaux à Ashdod. Israël se retrouve dans la position du coupable, contrainte de se défendre des accusations portées contre elle.
 
L'humanitaire est  ici utilisé comme une arme contre Israël. La "communauté internationale"  ne reconnait pas les efforts fait par Israël pour acheminer chaque semaine des aides humanitaires à la Bande Gaza, à traité les malades  dans  ses hôpitaux, à fournir  le carburant de ce territoire, à laisser passer les marchandises à ses habitants… Gaza ne manque de rien pour vivre, alimenté en électricité, gaz, essence et communications fournis par Israël.
 
Pendant ce temps, le soldat israélien Gilad Shalit demeure en captivité pendant  quatre ans, sans visite de médecin, d’organisations internationales, ou même d’avocat. Le Hamas retient, dans des conditions contraires au droit humanitaire un soldat franco-israélien, enlevé en territoire israélien.
 
A notre connaissance,  Israël est le seul pays  où un gouvernement  donne  du matériel, de la nourriture, des médicaments et même du carburant à un territoire  qui ne cherche qu’à l’attaquer. La Bande de Gaza jouit  d’aide et d’avantages économiques de la part d’Israël, alors que le Hamas agresse constamment la population israélienne.
 
Malgré ce paradoxe,  les terroristes au pouvoir à Gaza  ont donné l’impression d’une crise qui n’a pas existée. Le Hamas a réussi à tisser une belle fiction  (devenue réalité) autour  de la situation humanitaire dans le territoire palestinien pour manipuler l’opinion publique internationale contre Israël. On ne peut plus écouter la radio, regarder la télé ou lire un journal sans qu’un expert ou un autre vous décrive cette fiction sur les conditions de vie déplorables des Palestiniens….Même les journalistes occidentaux répètent cette triste fable indéfiniment.
 
Avec le coup monté de cette flottille soi-disant humanitaire, financée par des éléments inconnus dont certains soutiennent ouvertement des organisations terroristes, le Hamas avait accompli une véritable Intifada  médiatico-politique en détournant l’attention une partie essentielle de la communauté internationale envers  le danger réel  que  représente ce bout de territoire perdu, qui s’est  transformé en véritable Hamastan islamique (1).
 
Cette propagande anti-israélienne,  que diffusent les medias à la suite de l'affaire de la flottille "humanitaire" vers Gaza, nourrit en fait une propagande islamo-fasciste. Israël, qui est tous les jours disséquée à la loupe par le monde entier,  est devenue coupable pour avoir seulement agit contre des « pseudos pacifistes » armés  qui avaient tenté de lyncher ses soldats présents sur le pont du paquebot.
 
Par contre les mercenaires étrangers  qui scandaient des cris de guerre islamistes invoquant le meurtre des Juifs et appelant au martyre sont présentés comme des « victimes » venant directement soutenir un mouvement radical, qui  n’a cessé de faire pleuvoir  des roquettes et obus sur le sud d’Israël.
 
Les belles âmes emplies de compassion pour la région auraient pu voir que le bombardement incessant sur Sdérot soulève aussi une question qui mérite attention, plutôt que d’apporter un soutien si aveugle à des gens qui  sont venus  pour répandre le sang et non apporter de l’aide humanitaire à Gaza. 
 
Les enfants des localités israéliennes périphériques de Gaza  sont aussi victimes. Des victimes tragiques et  innocentes qui attendent de la part de vrais  humanitaires des initiatives de solidarité après des  années de  traumatisme  et de lourds dégâts matériels faisant de Sdérot une ville martyrisée. 
 
Free Gaza, cette flottille sans réelle valeur humanitaire, n'a à l'évidence, qu'un seul but: diffamer Israël et blanchir les agissements du Hamas qui depuis dix ans, délibérément bombarde les populations civiles israéliennes et abrite ses combattants derrière des boucliers humains constitués de femmes et d'enfants.
 
La flottille est la seule responsable du résultat désastreux de l’intervention militaire israélienne. L’assaut meurtrier contre la flottille est  la conséquence de la provocation délibérée d'éléments qui soutiennent l'Iran et son nid de terroristes, le Hamas dans la bande de Gaza. Cette flottille prétendument "pacifiste et humanitaire", était en réalité contrôlée par des terroristes islamistes avec la complicité de tous ceux que servirait la cause  de la dictature théocratique génocidaire iranienne de Mahmoud Hitlerinejad.
Le Lynchage médiatique d’Israël, après l’assaut Israélien sur ce que j’appellerai la flottille de la propagande terroriste, montre à quel point les médias en général et les médias arabes en particulier sont contaminés par le terrorisme. Avec l’usage dans le vocabulaire du mot activiste ou résistant au lieu de terroriste; ou par l’usage de mots  ''convoi humanitaire'' au lieu  de ''convoi des terroristes'', l’apologie du crime est clairement affichée.
 
En ce sens, nous considérons que la publicité donnée à ces actions dirigées contre Israël, par des organisations engagées au profit d’une seule et même cause, est dangereuse. Ces médias deviennent le relais de cette propagande palestinienne subtile, mais dangereusement efficace.

La médiatisation   à outrance  de cette « flotte de la honte »  a montré que les Palestiniens sont parfaitement capables de mobiliser le monde dernière eux. Tous ce qui a été  diffusé sur  les ondes et colonnes avec tout le  flot de mensonges a montré combien  les Palestiniens sont devenus des experts en matière de communication.

Khaled Mechaal, le chef du bureau politique du mouvement terroriste  basé à Damas, a même adressé ses félicitations à la direction du mouvement à Gaza et loué ses efforts et son exploitation médiatique de l’attaque israélienne contre la flottille. Selon Mechaal, "les retombées de l’opération ont atteint, voire dépassé, les objectifs qui lui avaient été fixés". Il ne s’agit plus du tout d’aide humanitaire semble t il !
 
Selon le quotidien koweïtien « Al Seyassah », Khaled Mechaal a   exprimé, dans une lettre adressée  aux dirigeants du Hamas à Gaza, « sa grande joie quant aux bénéfices engrangés par le mouvement islamiste grâce à la bonne coordination de la campagne médiatique pour dénoncer l’opération israélienne contre les navires humanitaires affrétés par des militants islamistes et pro-palestiniens, européens et arabes » (2)
 
Dans son message, Mechaal, caché à Damas, a demandé aux dirigeants basés à Gaza d’insister sur le rôle turc et syrien dans cette opération, affirmant que « la coordination entre le bureau politique du Hamas, le ministère syrien des Affaires étrangères, et le cabinet du Premier ministre turc, a permis de financer la flottille et d’organiser le voyage vers Gaza ».
 
Le quotidien koweïtien (il faut saluer son courage d’ailleurs) croit en outre savoir que le bureau politique du Hamas, à Damas, « a sciemment provoqué Israël, dans le cadre d’une campagne minutieusement préparée depuis longtemps ». (3)
 
Le Hamas a non seulement provoqué cette crise avec Israël, mais  il a  surtout exploité les événements  tragiques sur le navire turc pour rallier les médias, les foules et même des gouvernements  étrangers à sa cause, en se présentant comme victime. Le Hamas  a réussi  dans la dramaturgie en  diabolisant  encore et toujours Israël.
 
Les associations pro-Hamas  en Europe ont  aussi réussi  à organiser, en un temps record, des dizaines de manifestations. En France,  la représentante de l’Autorité palestinienne Hind Khoury a publié un  communiqué invitant la population à dénoncer l’agression israélienne et en provoquant simultanément des  manifestations à Paris, Mulhouse, Strasbourg, Chartres, Lyon, Montpellier, Poitiers, Marseille, Lille, Toulouse, Annecy, Bordeaux, Nancy, Pau, Nantes, Saint-Nazaire, Orléans, Grenoble, Tarbes, Boulogne-sur-Mer, Caen, Gap, Avignon…
 
Il n'y a eu aucune manifestions  au moment où les civils israéliens se faisaient bombarder quotidiennement par une horde de bandits sans foi ni loi, pendant 9 ans… Où étaient les manifestants occidentaux ?

Dans ce torrent de condamnation unilatérale, le risque de  résurgence d’actes antisémites augmente et beaucoup d’observateurs s’attendent à une flambée de haine anti-juive. Le déclenchement de l'hystérie anti-juive dans le monde arabo-musulman, et en Europe, risque de nous rappeler les  moments de la guerre de Gaza fin 2008-2009.

Enfin, les responsables israéliens commencent à comprendre que « l’image d’Israël » n’est pas uniquement le problème des « non-juifs », mais aussi une question de survie. Mieux vaut tard que jamais; des efforts contre la désinformation vont être déployé par l’Etat Hébreu.
 
Le Président de l'Agence juive Nathan Sharansky vient d’ordonner à quelques 500 émissaires de l'organisation, dispersés dans les différentes communautés juives de diaspora, de contribuer à travers le monde à expliquer la position israélienne dans la crise qui oppose l'État hébreu aux opinions publiques mondiales.
 
Des documents ont été distribués aux mouvements de jeunesse sionistes ainsi qu'à des organisations non gouvernementales pros israéliennes. ''Il ne fait aucun doute que les conséquences tragiques de cette confrontation entre les occupants de la flottille et la marine israélienne reposent sur les épaules des organisateurs de cette expédition'' a indiqué Sharansky.
 
De sa part, Le ministère israélien des Affaires étrangères a convoqué, à deux reprises cette semaine, une centaine d’ambassadeurs étrangers afin de les briefer sur l’opération et de tenter d’enrayer la propagande mensongère des organisateurs de la flottille.
 
La propagande est une arme à la fois redoutable et imperceptible. Victor Hugo disait: « On résiste à l'invasion des armées, on ne résiste pas à l'invasion des idées ». La communication externe est aujourd’hui  aussi importante que  les armes sophistiquées dans les guerres modernes. Israël doit avant tout trouver des  solutions pour mieux  communiquer envers un public plus large.

Ftouh Souhail, Tunis

(1) Amnesty International a critiqué violemment le  Hamas dans un rapport publié le 25 Mai 2010. Mais qui en parle ?
(2) Lire l'article original en arabe : Al Seyassah – Koweït
(3) idem


Comments No Comments »

Des images amateur diffusées sur France 2 lors du journal de 13h de lundi dernier, sont présentées comme illustrant l'offensive militaire israélienne contre les palestiniens et le Hamas. Ces images datent non pas de 2008 mais de 2005.

Sur Le post, Etienne Leenhardt, directeur-adjoint de l'information de France 2, reconnaît "une erreur", due à "un dysfonctionnement interne de vérification de l'info".

Sur un article de blog, l'utilisateur Olivier B remarque que depuis trois jours, une vidéo amateur est diffusée sur Internet, censée montrer les terribles ravages causés par les bombes israéliennes sur les civils palestiniens, ce début janvier 2009 à Gaza.

Le problème est que la vidéo date de 2005, précise Olivier B., citant la démonstration d'un internaute sur un blog anglophone…

Comme il l'explique, la vidéo n'a pas été filmée sur un marché de Gaza début janvier suite à une frappe israélienne, mais le 23 septembre 2005 suite à l'explosion accidentelle d'un camion contenant des roquettes du Hamas, à Jabalya dans la bande de Gaza.

Le même blog souligne la supercherie en comparant deux photos:

Celle de gauche est une capture d'écran de la vidéo incriminée. Celle de droite est une photo qui a illustré un article du site de CBS News sur l'explosion de ce camion le 23 septembre 2005.

Le blog donne d'autres liens vers des articles de presse, relatant à l'époque cet accident: un article de la BBC et un autre du Herald Tribune.

Rebondissement ce lundi: France 2 montre ces images. Dans son journal de 13h, la chaîne diffuse un extrait de la vidéo, montrant qu'elle est hébergée sur Dailymotion. Sur le site de partage, comme sur d'autres, la vidéo était présentée comme une illustration de l'horreur du conflit: "Ça fait mal au coeur Gaza"

Voici le reportage en question:

(Source: France 2)

Commentaires de la voix off du journaliste de France 2: "Pour montrer la violence des combats, les télévisions arabes et Internet diffusent ces images filmées par un téléphone. Il s'agirait d'une frappe de missiles le 1er janvier. Les militaires portent les brassards du Hamas. Sur le sol, des combattants mais aussi beaucoup de cadavres de civils."

A lire aussi :
Vidéo intox de Gaza sur France 2: "Ça a gueulé dans la rédaction"
Vidéo intox de Gaza sur France 2: les excuses en direct
Gaza: France 2 relaie une vidéo intox
Gaza: voici la vidéo intox relayée par France 2
Gaza: la vidéo amateur qui accuse Israël est une intox

Tags: , , ,

Comments No Comments »

Hadil Ghalia devant les mediasQui peut oublier les déchirantes images vidéo de la jeune Hadil Ghalia courant sur le sable de la bande de Gaza à la recherche de sa famille? Il existe de nombreux parallèles entre cette vidéo et les photos de Mohammed al-Durah, pris entre les coups de feu palestiniens et israéliens. Pourtant, il y a tant de contradictions dans les deux scénarios que nous ne devons cesser de questionner l’authenticité de ce que l’on nous montre.

Que Hadil ait perdu ou pas sa famille à la suite du tir égaré d’obus israélien, ou à la suite de l’explosion d’un dispositif palestinien ou d’une mine palestinienne, tout cela est de peu d’importance. Elle a perdu sa famille comme le jeune al-Durah a perdu la vie, parce qu’elle vit dans une zone de guerre. Elle est devenue une légende des médias, en jouant le premier rôle dans un clip vidéo magistralement réalisé et largement diffusé par les médias du monde entier – écartant même l’omniprésente page de football pendant quelques minutes. En conséquence, meme certains Israéliens perplexes ont commencé à citer un populaire chroniqueur israélien, qui a bruyamment avoué "sa honte" à l’égard d’Israël dans le plus largement lu des quotidiens. Pourtant, les faits, à la fois pour l’affaire Al-Durah et pour la famille Ghalia, aussi tragiques soient-ils, restent peu concluants.

Si les Palestiniens ont miné la plage (ce qu’ils admettent), et si la plage est utilisée comme base pour lancer des missiles contre Israël, alors pourquoi les autorités palestiniennes permettre à leur population un accès libre à cette même plage? Comment se fait-il que les photographes, comme par hasard, se trouvent toujours au bon endroit au bon moment? Ce ne sont là que quelques-unes des questions pertinentes. (Nous pourrions également demander, bien sûr, pourquoi les médias du monde entier ne diffusent pas d’images en provenance de la ville de Sderot au sud d’Israël, dont les enfants ont été traumatisés et blessés par plus d’un millier d’attaques à la roquette au cours du dernier mois – tous lancés à partir de l’intérieur la bande de Gaza. Mais c’est le célèbre double standard au travail.)

[ad]

L’armée israélienne est réputée pour son intégrité. Les FDI ne prennent jamais délibérément pour cible des civils. Dans une zone de guerre, bien sûr, les accidents se produisent, et parfois des civils sont blessés ou tués (de nombreux palestiniens tués par des tirs palestiniens sont mis a la charge des israeliens!). Les Palestiniens eux-mêmes comptent sur cette retenue israélienne, tout en provoquant déliberement une réaction de l’armée israelienne. Il s’est avéré que certains scénarios ont été soigneusement mis en scène par des Palestiniens, réalisés et filmés pour la consommation médiatique internationale. C’est une situation gagnant-gagnant pour la propagande palestinienne, parce que le monde verra les pauvres arabes palestiniens innocents se faire attaquer par les monstres israeliens. Les gros titres sont imprimés et les journaux généreusement vendus.

Depuis leur arrivée sur la scène mondiale comme une entité "quasi nationale" en 1948, les Arabes palestiniens ont été cyniquement exploités par leurs propres frères. Cette machine de propagande bien huilée et bien financée a changé la donne et transformé Israel, ce minuscule pays assiégé, entouré par des millions d’Arabes hostiles, en un Goliath belligérant et monstrueux . Comme Charles Krauthammer l’a écrit, dans son excellent article dans "The Washington Post" le 16 juin 2006, "les Palestiniens préfèrent la victimisation à l’Étatisation": http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/06/15/AR2006061501794.html

Les Arabes palestiniens sont pris en hotages par leurs propres frères dans la bande de Gaza. Rejetés par les Égyptiens et le monde arabe en 1948 et en 1967, et maintenant contraints de vivre dans une zone de guerre en raison de leurs dirigeants incompétents, corronpus à tous les échelons et pronants la destruction d’Israel sur la TV palestinienne (voir : TV palestinienne: chansons pour la destructions d’Israel ) et la paix aux micros des journalistes étrangers. Ils vivent dans la misère et la pauvreté. Ils n’ont pas d’emplois et pas de nourriture à mettre sur la table alors que l’Ouest et Israel leurs versent de milliards de dollars chaque année. Ne se prendront-ils jamais en main ? Continueront-ils eternellement à blamer Israel et les juifs pour la misere du monde et pour leur faillite collective ? Ironie du sort leur qualité de vie est considérablement meilleure sous l’occupation israélienne. Le général Moshe Dayan voulait les éduquer, les soigner, leur offrir un travail en Israel, les nourirs (voir : La guerre des six jours en bas de page). Maintenant, ils n’ont rien. Leur haine et leur amertume sont alimentées par leurs dirigeants, et ciblée contre Israël.

Si les Arabes avaient accepté des Nations Unies le "Plan de partage, comme l’ont fait les israeliens, ils auraient déjà célébré la 60e année de la Palestine arabe comme un État indépendant, au lieu de cela ils criaient "à mort les juifs" (voir : Guerre d’indépendance d’Israel). Il n’y a plus de soldats israéliens ou d’installations militaires israeliennes dans la bande de Gaza. Il n’y a pas de colons israéliens dans la bande de Gaza. En fait, depuis le désengagement de l’été 2005, la bande de Gaza est le second Etat arabe palestinien indépendant apres la Jordanie (voir: Division de la Palestine). Au lieu de jeter les bases d’une nouvelle et dynamique nation, comme l’avait fait Israel, Gaza est devenue une zone d’anarchie endémique, un terrain de lancement de missiles contre des civils israéliens à l’intérieur de la Ligne verte, avec des factions terroristes rivales chaotiques combattant les unes contre les autres dans la bande de Gaza tout en continuant leurs hostilités contre Israël.

Nous nous demandons si les Arabes palestiniens seront capables de vivre dans une démocratie, aucun pays arabe dans le monde n’est démocratique. Ils n’ont par conséquent aucun modèle dans le monde arabe pour tirer des enseignements. Comme Eben Abba a dit, "les Arabes ne ratent jamais une occasion de rater une occasion". Peut-être qu’ils ne sauront jamais saisir leur chance où peut être, comme le disait Golda Meir (voir : Golda Meir)" Nous ferons la paix avec les Arabes quand ils aimeront leurs enfants plus qu’ils ne nous haissent".

Tags: , , , , , , ,

Comments No Comments »

[ad]

Les médias français sont décidément toujours aussi manipulateurs. J’étais assis devant mon ordinateur il y a quelques minutes pour faire une recherche sur Google avec comme sujet la guerre des 6 jours. J’ai donc tapé la phrase ‘la guerre des 6 jours’ dans la fenêtre Google. La première place va à Wikipedia, jusque la tout est normal et la deuxième au journal ‘le monde diplomatique’. Quelle ne fut pas ma surprise, après avoir cliqué sur le lien du journal ‘le monde diplomatique’, je suis dirigé vers une page presque vide avec simplement une carte et quelques mots de texte. http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/procheorient1967 Voici le texte complet : Le 5 juin 1967, Israël attaque l’Egypte. A la suite d’une guerre éclair de six jours, l’État hébreu occupe le Sinaï, le Golan, la Cisjordanie, Gaza et Jérusalem-Est. Bien évidement la carte illustre ces propos avec toutes les flèches qui montrent l’avancée de l’armée israélienne. (Donc si je comprends bien, Israël a agressé l’Égypte dans le but de coloniser les terres égyptiennes, c’est ça ?) C’est tout, il n’y a rien d’autre sur la guerre des 6 jours, sauf quelques liens au bas de la page comme : ’Colonisation grandissante à Jérusalem-Est’, ‘Maale Adumim, colonie symbole en Cisjordanie’, ‘territoires occupés’ ou encore ‘Le Golan annexé et le Liban sud occupé par Israël’. Aucun lien vers des pages relatant la guerre des 6 jours ! Ce que je trouve étrange c’est que Google référence en deuxième position une page quasi vide alors que nous savons tous que le contenu est primordial pour se trouver en première page. De plus, cette page fait parti de la section cartographie du journal ‘le monde diplomatique’, j’ai donc décidé de visiter le site plus en profondeur. Je fais donc la recherche suivante: ‘la guerre des 6 jours’ dans leur site. Enfin, je trouve un article plus intéressant intitulé : ‘Il y a quarante ans, la guerre des 6 jours, une semaine décisive’. Enfin je pensais trouver des informations dignes de ce nom. Voici l’article complet (‘le monde diplomatique’): (http://www.monde-diplomatique.fr/2007/06/A/14840) 5 juin. L’aviation d’Israël bombarde, dès 7 h 45 du matin, les aéroports de l’Egypte, dont elle détruit la quasi-totalité de l’aviation. 6 juin. L’armée de terre israélienne occupe la bande de Gaza, et ses blindés pénètrent dans la péninsule du Sinaï. 7 juin. Israël achève la conquête de la rive ouest du Jourdain et s’empare de la vieille ville de Jérusalem (qu’il annexera le 27 juin). 8 juin. Les blindés israéliens parviennent au canal de Suez. Le Caire capitule. 9 juin. Israël se retourne contre la Syrie et, au terme de durs combats, occupe le Golan jusqu’à la ville de Kuneitra. Nasser démissionne, avant de se rétracter le lendemain, à l’appel de centaines de milliers de manifestants. 10 juin. Fin des hostilités. Israël a multiplié son territoire par quatre, et quatre cent mille nouveaux réfugiés palestiniens ont traversé le Jourdain. Le journal persiste et signe, Israël est l’agresseur et les arabes sont les victimes. Je me pose alors une question, si le monde veut vraiment la paix, alors pourquoi tant de mensonges ? Pourquoi ne pas relater les faits tels qu’ils se sont produits ? Israël s’est défendu contre 7 pays qui avaient l’objectif déclaré publiquement de faire disparaitre Israël de la carte, de « jeter les juifs dans la mer ». La réponse est simple, l’objectif affiché de telles manipulation est de créer un sentiment de haine envers Israël et les israéliens. Qui n’éprouverai pas du dédain à la lecture de tels articles? Si vous voulez vraiment savoir comment s’est déroulée la guerre des 6 jours, visitez le lien suivant : La guerre des 6 jours.

Tags: , , , , , , , , , , ,

Comments No Comments »