| More

La chute brutale du commerce des diamants, de plus de 70% en un mois, inquiète les industriels du secteur en Israel. A la suite d’investigations de la police israélienne, une banque qui travaillait de manière illégale à la Bourse du Diamant de Ramat Gan a été obligée de fermer ses portes.

D’autres enquêtes ont eu lieu. Par effet domino (les diamantaires craignent de se faire arrêter à leur arrivée sur le territoire israélien et n’importent plus de diamant en Israël) de nombreuses firmes israéliennes cessent leurs activités officielles et sont en train, pour certaines d’entre elles, de tomber en faillite.

. Le commerce du diamant s’est effondré durant les deux premiers mois de l’année, en Israel l’une des principales places diamantaires mondiales. Le contrôleur du flux financier lié aux diamants en Israël anoncé que les exportations nettes de diamants polis ont baissé de plus de 70% en un mois. En janvier et février 2012, par rapport à la même période de 2011 les exportations de diamants bruts ont chuté de 69,6% à 9,33 millions de carats, soit en termes financiers un recul de 69,9% à 611,1 millions de dollars.

Les États-Unis représentent le principal marché d’exportation des diamants polis d’Israël : 47%. Hong Kong occupe la deuxième place avec 27%, suivie par la Suisse avec 8%.

Du côté des diamants taillés transitant par Israel (environ ¼ du commerce mondial), le début de l’année n’est pas plus réjouissant.

Par auilleurs n, une bonne nouvelle : L’entreprise israélienne Sarin développe une machine qui scanne le diamant brut Sarin Technologies est le leader mondial pour le développement et la fabrication de systèmes de mesure pour le triage de diamants et la production de pierres précieuses. Elle est l’unique compagnie israélienne côté à la Bourse de Singapour. Les produits de Sarin incluent notamment des outils pour couper les diamants, des systèmes d’optimisation de diamant brut, des outils de gemmologie et de classement colorimétrique des pierres.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*