| More

1

Chypre et Israël sont sur le point de conclure un accord sur la construction d’un gazoduc commun entre les deux pays.

 

Le Président chypriote Nikos Anastasiadis était en Israël la semaine dernière et il  a rencontré le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu. Lors de cette entrevue ( en photo)  les deux pays sont arrivés à un accord  autour du champ gazier d’Aphrodite, car  tous les différends ont été dépassés lors des négociations entre les deux pays.

 

Après avoir refusé l’offre de Moscou, qui lui propose son aide pour réaliser son exploitation, Chypre a accepté  qu’Israël investisse dans le développement  d’Aphrodite, le plus gros des gisements de gaz découverts au cours de ces dix dernières années et estimé à quelque 600 milliards d’euros.

Selon le très sérieux blog américain spécialisé dans la finance Zero Hedge, la République de Chypre a levé aux Israéliens la restriction de l’accès, où se trouve le gisement de gaz d’Aphrodite, car une partie du gisement se situe sur le territoire israélien  et de ce fait, Jérusalem exige l’attribution d’un droit sur les revenus générés par son exploitation.

Le forage d’exploration entamé en juin 2013 par le groupe américain Noble Energy sur le gisement  baptisé Aphrodite 1   est situé au sud de Chypre, à proximité des champs de Tamar et Leviathan situés aux larges des côtes d’Israël.

 

chypre-aphrodite-tamar-leviathan

Le gouvernement israélien avait estimé que les actes unilatéraux de Chypre remettaient en question la coopération entre les deux États. Plus précisément, le ministère israélien des Affaires étrangères, avait adressé l’an dernier,  un message à la partie chypriote, en indiquant que dans le cas où les deux pays n’arrivaient pas à un accord sur le gisement d’Aphrodite, Israël refusera d’investir dans son développement.

De surcroît, les deux parties ont convenu que d’ici le mois de septembre 2016, les ministres israélien et chypriote de l’Énergie se rencontreront afin de conclure un accord concernant le champ gazier Aphrodite au large de Chypre.

Nicosie, qui est incapable de construire  sa propre usine de liquéfaction, compte sur l’Etat hébreu pour faire transiter son gaz  via pipeline.

 

 

2

Les deux dirigeants pour leur part, devrait s’entretenir à nouveau d’ici la fin de l’année tel qu’il a été convenu au sommet de Nicosie le 28 janvier 2016.

 

Lors la rencontre de la semaine dernière, Netanyahu a salué la coopération étroite entre les deux pays.

 

“Chypre et Israël sont deux petites démocraties méditerranéennes, et nous faisons face ensemble aux mêmes défis, grâce à notre coopération”, a-t-il déclaré.

La Turquie, qui ne reconnaît que la “République turque de Chypre-Nord”, revendique aussi sa souveraineté sur la quasi-totalité des parcelles du champ gazier d’Aphrodite (découvert à l’automne 2012) et attribuées par Nicosie à des compagnies pétrolières.

Ces dernières semaines, Israël s’est  aussi rapproché d’Ankara de manière assez inattendue.

Souhail Ftouh

Leave a Reply

*