| More

En réaction au complot terroriste iranien visant à assassiner l’ambassadeur saoudien aux États-Unis, le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, a annoncé de nouvelles sanctions contre l’Iran.

Otawa a annoncé de nouvelles sanctions contre l’Iran et plus précisément contre cinq complices présumés du complot pour assassiner l’ambassadeur saoudien aux Etats-Unis.

« En réponse à des allégations crédibles de l’implication du régime iranien dans un complot d’assassinat la semaine dernière, le Canada impose de nouvelles sanctions à cinq ressortissants iraniens que nous croyons être complices de sa planification », a déclaré le ministre Baird par voie de communiqué.

Le Canada impose des restrictions de voyage à ces personnes et interdit “à tout Canadien ou à toute entité canadienne d’engager des transactions financières avec elles”, a indiqué le ministre des Affaires étrangères .

Les sanctions imposées par le Canada visent spécifiquement Mansour Arbabsiar et Gholam Chakouri, tous deux accusés par les États-Unis d’avoir planifié des attentats contre les ambassades israélienne et saoudienne à Washington, ainsi que l’assassinat de l’ambassadeur saoudien.

Les mesures concernent également trois membres de l’unité Qods, les forces spéciales des Gardiens de la révolution, dont fait également partie Gholam Chakouri. Il s’agit du commandant Qasem Sleimani, de l’officier supérieur Hamed Abdollahi et d’un autre officier, Abdul Reza Shahlai.

Le Canada rejoint ainsi les États-Unis et à la Grande-Bretagne, qui ont déjà gelé les avoirs des cinq ressortissants iraniens.

Le département américain de la Justice a annoncé le 11 octobre dernier avoir déjoué un complot « conçu, organisé et dirigé » par l’Iran et visant à assassiner l’ambassadeur d’Arabie saoudite à Washington. Depuis, les États-Unis réfléchissent à l’idée de porter l’affaire devant le Conseil de sécurité de l’ONU.

« Ce complot déjoué est encore une preuve de plus de la menace posée par le régime iranien actuel. Le Canada continuera de travailler avec ses partenaires internationaux pour presser le régime de changer son comportement dangereux », a conclu le ministre John Baird.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*