| More

L’escrimeuse tunisienne Sarra Besbes incapable d’affronter son adversaire israélienne

C’est pitoyable ! On se croirait en Iran pourtant il s’agit de la Tunisie.

L’information est passée inaperçue et pourtant, elle témoigne d’un changement majeur en Tunisie post-révolutionnaire. Le 10 octobre dernier , lors des championnats du monde d’escrime à Catane en Italie, la sportive tunisienne Sarra Besbes devait se frotter au sabre d’une concurrente israélienne. Mais la fédération tunisienne, directement chapeauté par le Ministère des Sports, a demandé formellement à ses athlètes de ne pas affronter des adversaires israéliens

La sportive tunisienne Sarra Besbes a alors eu l’obligation de se présenter sur la scène et s’est tenue immobile, attendant que son adversaire israélienne gagne la partie par 5 touches à 0.

Les journalistes italiens qui décrivent la scène affirment que la jeune sportive tunisienne avait l’air terriblement déçue de ne pas pouvoir pratiquer son sport, peu importe l’adversaire (1). D’ailleurs, cette défaite l’a fait chuter de plusieurs places au classement mondial.

C’est la tête basse, honteuse, qu’elle a quitté l’estrade. Refusant de parler aux médias. Puis, en partant aux vestiaires, elle a éclaté en sanglots.

Sarra Besbes, 22 ans, escrimeuse qui s’entraîne à Paris dans un club de sport non-musulman, a déjà rencontré son adversaire israélienne l’année dernière lors de la Coupe du Monde. A l’époque, le Printemps Islamiste n’était pas encore passé par là et elle était libre de ses faits et gestes.

Des faits très graves et inquiétants d’autant que lors de ces mêmes championnats du monde de Catane, le 10 octobre également, une autre Israélienne a également remporté son match par forfait. Mais cette fois, c’était face à une iranienne : Sayyad Ghambari Hamad.

Notre ami Jonathan-Simon Sellem (de JSSNews) a estime que « Jusqu’à présent, nous connaissions la Tunisie, ses habitants et ses sportifs comme relativement ouverts et sympathiques. A partir d’aujourd’hui, les choses changent petit à petit et l’islamisme semble prendre le pas sur la loi du sport et de la convivialité. La Tunisie prend le même chemin (sportivement parlant en tout cas), que la République Islamique d’Iran. De quoi avoir peur ! »

Voilà une belle démonstration de l’intolérance tunisienne .Quel dommage… Le Jasmin s’est fané et les espoirs d’un printemps tunisien partent en fumer dans cet automne islamique.

Refuser de se présenter face à un adversaire pour la seule raison qu’il est juif israélien… C’est de l’antisémitisme pur et simple. Ce n’est pas dans la culture des tunisiens. C’est quelque chose de très grave et un mauvais signe après la révolution du 14 janvier 2011 qui est sensée donner l’exemple.

C’est aux tunisiens eux mêmes de dire non à cet antisémitisme islamofasciste. Ce refus catégorique de se frotter à une Israélienne, a montré malheureusement que l’athlète tunisienne était trop lâche et la sportive Israélienne a amplement mérité sa médaille.

Dans le bénéfice du doute, je veux bien croire que l’escrimeuse tunisienne Sarra Besbes l’a fait contre son gré…enfin, j’espère qu’elle l’a fait de mauvais cœur…

Elle a été soumise à la pression de la fédération tunisienne d’escrime qu’il a obligé de rester immobile devant la sportive juive malgré ses conventions, car elle est même n’est pas convaincue par le fait de ne pas pouvoir pratiquer son sport.

Les dirigeants de la fédération tunisienne, et les responsables du Ministère des Sports, qui vivent au Moyen Age, n’ont pas une vocation ni pour le sport ni pour l’esprit sportif.

Face à des Israéliens qui raflent quasiment tous les prix Nobel ( dix prix Nobel pour un si petit pays si récent, un score insolent), face à un pays qui domine largement le monde de la High Tech (il y a plus d’entreprises israéliennes cotées au Nasdaq que n’importe quel autre pays), et face à des sportifs israéliens bien préparés (et qui se seraient peut-être même mis en tête de gagner ) déclarer forfait peut constituer un aveu d’infériorité équivalant à une reconnaissance de facto de la supériorité israélienne !

Ftouh Souhail

(1) Source : http://www3.lastampa.it/sport/sezioni/scherma/lstp/424276/

One Response to “Tunisie – Israël : Comportement scandaleux de la fédération tunisienne d’escrime”
  1. Moi says:

    Je suis musulman et je trouve ça pitoyable. Le sport n’a rien à voir avec la politique.
    Toutefois, cela ne témoigne pas d’un antisémitisme. De nombreux juifs ont vécu, et continue de vivre en paix en Tunisie. C’est indéniable. Accepter une confrontation sportive contre Israel, c’est reconnaître de facto, ce pays, et c’est à cause de ça que la fédération tunisienne a fait pression, ce que je ne cautionne absolument pas.
    Il reste une remarque du texte qui me laisse coit : “déclarer forfait peut constituer un aveu d’infériorité équivalant à une reconnaissance de facto de la supériorité israélienne !”. Votre manque de neutralité en tant que journaliste, est, hélas, manifeste. Cette remarque est ridicule.

  2.  
Leave a Reply

*