| More

Cette semaine la tension sociale est montée d’un cran en Israel.

Le secrétaire-général de la Histadrout Ofer Eini a annoncé ce mardi 11 octobre 2011 un préavis de grève.

Le chef de la Histadrout (centrale syndicale), Ofer Eini, a annoncé un conflit du travail généralisé pour que le gouvernement arrête d’employer des travailleurs recrutés par l’intermédiaire d’agence de placement.

Il a qualifié ces méthodes d”’esclavage moderne”. Une grève générale pourra être décrétée dans les 2 semaines à venir dans tout le secteur public, y compris dans les ports, aéroports, gares et dans le système éducatif.

Quant à Dafni Leef, une des leaders de la contestation sociale, elle appelle à une nouvelle manifestation populaire géante le 29 octobre prochain à l’issue de laquelle, trois jours plus tard devrait se dérouler la première “grève du peuple”.

L’Union des Etudiants a indiqué qu’elle envisageait d’appeler aussi ses adhérents à une grève de soutien en faveur des internes de médecine actuellement en lutte. “Nous devons afficher notre solidarité en faveur de la lutte justifiée des internes” a déclaré le président du syndicat estudiantin.

Les étudiants en médecine israéliens menacent de leun coté de paralyser la rentrée universitaire dans une semaine, en solidarité avec la lutte des internes en médecine. Ces dernières heures, les étudiants ont entamé la mobilisation de leurs confrères, via les réseaux sociaux sur internet.

Le système de santé publique est sur le point de s’effondrer suite à la grève des internes. Un exemple, ce semaine : les urgences de l’hôpital Rambam de Haïfa fonctionnent avec un interne au lieu de quatre. Les autorités craignent un désastre. Le Premier ministre a enjoint, les négociateurs du Trésor à augmenter de plusieurs milliers de shekels le salaire mensuel des internes de médecine. Le salaire horaire d’un interne est actuellement de 27 shekels et il travaille 80 heures par semaine.

Les négociations entre les représentants du Trésor et les délégués des internes des hôpitaux ont echoué après que les médecins ont claqué la porte, affirmant que le Trésor « ne faisait aucun effort pour trouver des solutions ». Ils ont annoncé leur intention de demander au Premier ministre Binyamin Netanyahu d’intervenir en personne, dans les plus brefs délais.

Les hôpitaux israéliens font état d’une grave pénurie de personnel en raison de la démission collective des internes en médecine. Le vice-ministre de la Santé Yaakov Litzmann a appelé les internes à reprendre le travail et a révélé que son ministère envisage de faire appel à des médecins israéliens travaillant à l’étranger.

Des opérations ont été reportées, des femmes sur le point d’accoucher ont été transférées vers d’autres hôpitaux, et la crise ne risque que d’aller en s’amplifiant en Israël, alors que les internes en médecine ont rejeté la proposition de la juge Nili Arad de reprendre le dialogue avec le Trésor sur leurs conditions d’emploi et de salaire, et de reprendre le travail

Le rabbin Ovadia Yossef, leader charismatique du Shass, a déclaré que la crise dans le secteur hospitalier est arrivée à un point tel qu’il faut “tout faire pour satisfaire aux exigences des internes pour le sauvetage de vies” (pikouakh nefesh).

Le Premier ministre Binyamin Netanyahu a déjà donné des instructions aux responsables administratifs participant aux négociations avec les internes en médecine pour augmenter de “plusieurs milliers de shekels” les salaires mensuels de ces jeunes médecins “qui ne pourront progresser que dans le cadre de leur travail au sein du secteur public”.

Le Premier ministre a appelle à nouveau les internes des hôpitaux à faire preuve de responsabilité et à regagner leurs postes. Dans un communiqué publié par son cabinet, 11 octobre 2011 il rappelle avoir proposé des milliers de shekels supplémentaires par mois aux jeunes médecins pour leur exercice dans la santé publique. ”C’est une offre généreuse qui améliore significativement les conditions de travail”, a-t-il précisé.

Le tribunal national du Travail a indiqué ce mercredi matin que la démission des quelque 700 internes des hôpitaux israéliens est une ”démarche collective inacceptable”. Il les a appelés à reprendre le travail.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*