| More

A la demande du parti Kadima, qui a réuni le nombre de signatures nécessaires, la Knesset (qui se trouve encore dans la période de vacances parlementaires) se réunira le 24 octobre prochain en séance plénière, pour traiter de la contestation sociale et de « l’échec du gouvernement Netanyahu sur le plan politique et social ».

Le rapport Trajtenberg sur le changement social a été adopté le 9 octobre 2011 à forte majorité au conseil des ministres, à la grande satisfaction du Premier ministre Binyamin Netanyahou, qui voit dans ce rapport une occasion de réaliser de réels changements dans le domaine social. 21 ministres ont voté pour et 8 ministres s’y sont opposés.

Le parti orthodoxe séfarade Shass avait menacé de déstabiliser la coalition si le gouvernement persiste de se refuser à résoudre le problème des logements publics. Après l’adoption par les ministres du rapport Trajtenberg, censé apporter des solutions à la crise sociale qui agite Israël, le parti Shass estime qu’il n’y a eu qu’un ”aval déclaratif” et menace de reconsidérer les accords de coalition. Son chef, Eli Yishaï, a appelé à annuler le budget public pour l’année 2012.

Le ministre de l’Intérieur Eli Yishai a exigé du gouvernement le remplacement du budget 2012 de l’Etat par un nouveau “budget social”. Objectif : palier aux “distorsions” du Rapport de la commssionTrajtenberg, supposée trouver des solutions aux revendications sociales des Israéliens. Selon Yishai, le budget recommandé dans le rapport doit être révisé.

Le leader de l’Union des étudiants, Itsik Shmouli, un des dirigeants de la contestation sociale, s’est dit « très déçu » par le fait que le gouvernement ait approuvé les recommandations Trajtenberg dans leur ensemble, qualifiant cette mesure de « grave erreur ». Ce rapport comporte certes des affirmations importantes mais il n’apporte pas vraiment de solutions aux problèmes de fond, a-t-il affirmé.

Le leader de l’Union des étudiants, Itsik Shmouli, qui s’est vivement opposé aux recommandations du rapport Trajtenberg qui selon, lui, n’apportent aucune solution réelle aux problèmes de fond dans le domaine de la vie chère, des emplois temporaires et de la difficulté d’acquérir un logement, a assuré que le « combat continuera, aussi bien dans la rue que dans les couloirs de la Knesset ».

Selon les dirigeants de la protestation, la commission Trajtenberg ne répond pas à leur principale exigence : un agrandissement des dépenses budgétaires. De leur point de vue, il ne s’agit que de solutions partielles et provisoires qui n’offrent pas de réponse aux détresses profondes.

Manuel Trajtenberg reconnaît lui aussi que le rapport n’offre pas une solution complète. « Il est évident que nous n’avons pas pu offrir de réponse à toutes les détresses, ni même à la plupart d’entre elles. Mais l’accent mis sur plusieurs axes d’action peut alléger le coût de la vie, accroître l’accessibilité des services sociaux, contribuer à l’accès au logement, augmenter la concurrence en faveur du consommateur et réduire les inégalités. Tout cela annonce un nouvel horizon prometteur ».

Reste que les délais sont très brefs car la commission Trajtenberg parle de recommandations qui seraient appliquées dès 2012. A cela il faut ajouter que certaines des recommandations concernent des programmes à long terme.

Le ministre des Transports Israël Katz a décidé de mettre immédiatement en application une des recommandations de la commission Trajtenberg : dès le 1er novembre, les étudiants jouiront d’une réduction de 50% dans les transports publics.

Par ailleurs la compagnie israélienne d’électricité envisage de rehausser prochainement ses tarifs, après une récente augmentation de 9%. Ceci, en raison notamment de l’arrêt depuis 4 mois de l’approvisionnement en gaz naturel égyptien, qui oblige la compagnie à recourir au fuel pour alimenter ses centrales, une source d’énergie bien plus chère.

Des activistes qui dénoncent aussi la hausse des prix du pétrole ont installé il y’a qulques jours une tente de protestation devant la résidence du ministre des Finances, Youval Steinitz, à Mevaseret Zion, où ils ont passé les fêtes de Yom Kippour, rapporte la radio de l’armée.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*