| More

Ksenia Svetlova, une jeune députée de l’Union sioniste était dimanche dernier en Espagne en tant qu’observatrice du référendum sur l’indépendance de la Catalogne.La jeune femme a été choquée par le recours aux balles en caoutchouc par la police espagnole contre des manifestants non armés.

Svetlova faisait partie d’une délégation d’une trentaine de personnes d’autres pays invitées par le gouvernement catalan pour observer le processus de vote.

Elle  a vu comment des gens sont menottés, quasiment inconscients, des manifestants sont tabassés dans une ruelle par deux policiers espagnoles.  Elle raconte aussi comment  l’un après l’autre, les policiers se jettent sur des manifestants  et leurs assènent des coups de poings et de pieds alors qu’ils  semblent pas opposer de résistance.

“En général, la police frappe les manifestants aux jambes, l’idée étant de les immobiliser pour les arrêter. Mais hier, ils ont frappé pour frapper. ” a dit  la jeune députée choquée par les violences en Catalogne.

Elle dit aussi avoir vu des personnes blessées et qui saignaient sur place, et qu’elle ne s’attendait pas à voir de telles techniques utilisées en Europe.

« Nous nous attendions à un processus démocratique normal. Nous savions que beaucoup de policiers seraient là, mais quand même, il doit y avoir un respect pour la volonté du peuple de voter, quel que soit votre avis sur le référendum », a dit la députée.

“La population est très profondément indignée et déprimée “, a affirmé t-elle.

” Les gens ont l’impression qu’ils ne peuvent pas exprimer leur point de vue, ni ce qu’ils veulent. Pour exprimer ce qu’ils voulent, ils doivent se mettre en danger, comme on a pu l’observer au cours des derniers jours.”

“Il est clairement question d’une escalade, car ce qui est arrivé est impardonnable,” a-t-elle dit.

Nous voulons montrer aux gens à quel point cet police est anti-démocratique et dénoncer ses actions systématiques contre les catalans» ajoute t -elle.

“Personne n’ oubliera ce qui est arrivé “, affirme t -elle. “C’est lamentable, c’est insensé. On est Europe-et personne ne demande pourquoi ?”

Les violences de la police espagnole mises en cause

Selon un bilan fourni  232 personnes ont été blessées dans ces violences, dont six par des tirs à balles dans des heurts quand la police a voulu empêcher le déroulement d’un référendum sur l’indépendance en Catalogne, ont annoncé les services de santé de la région.

Les services de santé, a-t-elle précisé, classent les personnes traitées dans les hôpitaux en cinq catégories : les blessés légers (parmi lesquels des personnes choquées, souffrant de maux de tête ou de contusions), les blessés « moins graves », les blessés graves, les blessés en état critique et les morts.

Dès l’aube, des centaines de personnes s’étaient massées devant les bureaux de vote prévus par l’exécutif catalan pour le référendum que la justice a interdit. Mais la police nationale et la garde civile sont entrées de force dans différents bureaux, notamment à Barcelone et à Gérone, le fief du président séparatiste Carles Puigdemont.

Ces scènes de tensions ont été enregistrées par les militants séparatistes et rapidement diffusées sur les réseaux sociaux.On y voyait aussi comment certains, qui refusaient de partir, étaient bousculés par la police, parfois à coups de matraque, et des manifestants criant « assassins, assassins ! » et encerclant en levant les mains un groupe de policiers antiémeutes.

Plusieurs personnes ont été emmenées par la police, dont plusieurs ont des fractures [certains sont des mineurs]. On compte aussi plusieurs jambes et bras cassés chez les autres manifestants.

Souhail Ftouh 

 

One Response to “Courageusement, cette député israélienne témoigne de la répression policière de Madrid  ”
  1. jjames says:

    MADRID ENCORE FRANQUISTE
    ON SE LE DEMANDE

    BRUXELLES PAS D’ACCORD
    POUR ACCUEILLIR
    L’ETAT CATALAN EN EUROPE

  2.  
Leave a Reply

*