| More

Pour sa première exposition, la nouvelle galerie ChipChop à Paris a choisi de présenter une sélection exigeante et abordable de jeunes photographes avec des tirages en séries limitées et numérotées.

Parmi eux on trouvera Neta Dror, une jeune photographe, diplômée de la prestigieuse académie de beaux-arts « Bezalel » à Jérusalem. Elle présentera des œuvres de son projet récent « Smiles » qui aborde le sujet de la mémoire et son histoire personnel.

« Le projet « Smiles » est le résultat de mes recherches sur les nouvelles manières de décrire et d’analyser la réalité qui m’entoure. J’ai senti la nécessité de réagir et de présenter mon monde d’une nouvelle manière. J’ai commencé à expérimenter avec le matériel réel de la photo imprimée dans le cadre d’un processus qui débute avec la création de l’image et se termine avec l’élimination de certains de ses parties. La manipulation chimique de l’image photographique m’a permis de créer un univers nouveau ou les parties absentes laissent un point d’interrogation et permettent au spectateur d’offrir sa propre interprétation à lui. Dans un pays tel que le mien, où tout se photographie, je ressenti le besoin d’effacer plutôt que d’illustrer. Par fois le calme est en fait très bruyant ».

Dror avait déjà présenté ses œuvres au musée de la photographie de Tel-Chai et au Centre d’Art Contemporain de Tel-Aviv, à coté des artistes renommés tels que Michal Chelbin et Pesi Girsch.

Née en 1986, elle vit et travaille à Jérusalem. Après des études à l’Université de Betzalel, elle est aujourd’hui photographe freelance.

Sa série «Smiles» est «le résultat d’un travail cherchant à décrire la réalité qui m’entoure. J’ai commencé par expérimenter avec les matériaux qui étaient directement disponibles. J’ai éliminé des parties de ces images. La manipulation de la photo avec des produits chimiques m’a permis de recréer un monde où les parties effacées, les parties manquantes laissent des points d’interrogation et donnent toutes sortes d’interprétations au spectateur. Dans mon pays, où tout est sans cesse photographié, et où tout le monde pense tout savoir, j’ai ressenti le besoin d’effacer plutôt que d’illustrer. Parfois la tranquillité peut être assourdissante

L’exposition galerie ChipChop qui se tient du 10 au 21 février à la Galerie Alexandre Cadain- 76 rue Quincampoix 75003 Paris, est l’occasion de découvrir en avant-première, une dizaine de photographes et d’acquérir une de leurs photographies d’art à prix accessible. Elle sera suivie chaque mois, d’une exposition éphémère dédiée à un artiste.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*