| More

Le Premier ministre Benyamin Netanyahu, qui prend part au 48e Forum économique mondial, s’est entretenu hier matin à Davos avec le PDG de Mitsubishi Japan, M. Ken Kobayashi, et a passé en revue les opportunités qui se présentent dans l’économie israélienne, soulignant que l’investissement dans l’économie israélienne est un investissement gagnant.

Le président du conglomérat industriel japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) a déclaré que le résultat de la réunion du Premier ministre Netanyahu avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe a fait d’Israël un acteur majeur pour Mitsubishi et a ajouté que sa société envisageait d’investir dans des sociétés israéliennes dans le domaine Cyber et autres.

Le président  de MHI a déclaré qu’il prévoyait d’envoyer prochainement une mission en Israël pour étudier les opportunités d’investissement.

Au cours des derniers mois, les représentants de Mitsubishi ont étudié la possibilité d’étendre les activités de l’entreprise en Israël, en particulier dans le domaine de la coopération technologique, y compris l’externalisation.

Des investissements futurs dans la cyber-sécurité israélienne 

Une étude publiée récemment démontre que les cyber-risques et les cyber-attaques accélèrent l’investissement dans ce domaine. Il existe un besoin significatif de solutions de sécurité alors que les risques sont majeurs avec la numérisation intense de l’économie, des outils industriels et l’Internet des objets.

Le conglomérat industriel japonais compte lancer des négociations pour acheter des startups technologiques israéliennes, car  la demande des clients qui incitent les professionnels de la gestion des risques de disposer d’un éventail plus vaste de compétences dans ce domaine. 500 millions souscrits par MHI sont destinés aux startups spécialistes du cyber-risque.

La filière de sécurité IT est très développé en Israel.Il existe un écosystème actif de fournisseurs de solutions de sécurité. Ici la cybersécurité fait l’objet de transactions énormes et de levées de fonds impressionnants. Une vingtaine de fonds israéliens sont engagés dans la cyber-sécurité. Le conglomérat industriel japonais Mitsubishi Heavy Industries semble donc intéressé de la filière cybersécurité israélienne.

Des experts japonais de Mitsubishi Heavy Industries vont visiter, dans les prochaines jours, la société privée israélienne CyberGym qui a établi son quartier général à Hadera, à 50 km au nord de Tel-Aviv, près d’une centrale électrique bâtie sur le front de mer.

CyberGym, créé il y a 5 ans, propose des formations  grandeur nature pour responsables informatiques, cadres d’entreprise et même agents de l’État, inquiets de la vulnérabilité grandissante des systèmes interconnectés.

Depuis son QG, une reproduction de la salle de contrôle d’une centrale thermique, l’équipe des «bleus» doit protéger son système informatique des attaques conduites par les «rouges». Ces derniers, «the bad guys», (les «méchants»), oeuvrent depuis leurs claviers, dans un autre bungalow.

«C’est comme à la boxe, lance Ofir Hason, le cofondateur de l’entreprise. Avant de vous lancer dans un match, vous avez envie d’évaluer l’effet d’un coup de poing. Ici, vous avez l’opportunité de le faire sans risque.» Mais se former à l’art de la guerre informatique a un coût : de 100 000 à 300 000 $ (entre 87 000 et 262 000 €) la semaine…

En Israël, la cybersécurité est une priorité nationale 

Israël est parmi les rares pays qui ont une stratégie nationale pour la sécurité du numérique. Jérusalem considère la cyber-sécurité comme l’une des priorités pour pénétrer  le marché mondial du numérique.

Selon les estimations les plus basses, Israël compte entre 450 et 500 entreprises spécialisées dans le domaine de la cybersécurité, la majeure partie étant des start-up. Certaines, devenues poids lourds du secteur, comme Check Point ou CyberArk, ont désormais acquis une réputation mondiale.

Le gouvernement israélien ne le cache pas : il entend faire de ce pays de 8,5 millions d’habitants une «cyber nation». Ce slogan, répété à l’envi, est même devenu pour Benyamin Netanyahu un moyen de promotion de la diplomatie israélienne au niveau  internationale. Le Premier ministre a eu l’occasion de rappeler ses ambitions au Forum économique mondial (WEF) à Davos, cette semaine.

Israël organise chaque année la Cyber Week de Tel-Aviv, vitrine du savoir-faire israélien et miroir des ambitions du pays en la matière.

«Il y a quelques années, j’ai décidé de faire d’Israël l’un des pays leadeurs en (la) matière et, au dire de tous, nous y sommes», s’est félicité Netanyahu, avant de lancer un appel aux investisseurs du monde lors  de son allocution devant les dirigeants politiques et chefs d’entreprises qui ont convergé dans les Alpes suisses.

Souhail Ftouh 

 

 

 

 

Leave a Reply

*