De Jérusalem à Tel Aviv en 21 minutes seulement en TGV

 

Le nouveau train électrique à grande vitesse reliant Jérusalem à Tel Aviv et l’aéroport Ben Gurion – est entré en fonction la semaine dernière , avec un premier départ à 7 heures du matin.

Soixante-dix ans après le lancement du projet de construction de cette ligne ferroviaire, les tous premiers passagers ont emprunté ce nouvel itinéraire en partance de la nouvelle gare Yitzhak Navon (aux abords de la gare routière) qui permet de se rendre de Jérusalem à l’aéroport en 21 minutes seulement. Il y a un départ toutes les trente minutes.

La première ligne grande vitesse au Proche-Orient permettra de relier la capitale économique  et la  capitale administrative Jérusalem. Les chemins de fer israéliens tablent sur cinq millions de passagers après trois ans d’exploitation.

Les Chemins de fer israéliens, Rakevet Yisra’el, est l’entreprise publique qui exploite les lignes de voyageurs et de fret interurbaines et suburbaines en Israël. Le réseau à voie normale est essentiellement développé le long de la côte méditerranéenne et est centrée sur la ville de Tel Aviv-Jaffa.

La nouvelle ligne, dont le chantier est chiffré à 6,5 milliards de shekels (2,3 milliards canadiens), est présentée par ses promoteurs comme une prouesse d’ingénierie. Coupant en plein dans le relief semi-montagneux qui entoure Jérusalem, elle comprendra à terme 40 kilomètres de tunnels et 8 ponts.

Et la bonne nouvelle, c’est que le voyage est actuellement gratuit.

Trajet gratuit de Jérusalem à l’aéroport Ben-Gurion pendant 90 jours

Le site de la compagnie ferroviaire israélienne promet ainsi que « du jour de l’inauguration et pendant une période de 90 jours, le voyage depuis la gare Yitzchak Navon sera gratuit vers n’importe quelle destination, aller et retour – seulement pour ceux qui achèteront un contrat de voyage (billet de train) avec une carte personnelle Rav Kav ou semi-anonyme à la gare Yitzhak Navon de Jérusalem ».

Les billets achetés en ligne ou dans n’importe quelle gare autre que Yitzhak Navon seront payants. Et pour être sûr d’avoir une place dans le train, les passagers devront avoir un billet. Il pourra être obtenu sur Internet ou trouvé à la gare Yitzhak Navon.

Les trains au départ de la gare n’atteignent pour le moment qu’une seule destination, l’aéroport Ben Gurion. Les passagers devront prendre un autre train à l’aéroport pour continuer leur voyage.

En prenant en compte ce changement – ainsi que les 10 minutes nécessaires pour faire le trajet entre l’entrée en surface de la gare massive de pierre et de granit de Jérusalem et la plate-forme, via trois escalators et des escaliers – le voyage jusqu’à la gare HaShalom dans le centre de Tel Aviv prendra dorénavant 45 minutes.

La ligne va se prolonger dans les mois à venir, d’abord jusqu’aux gares de Tel Aviv puis finalement jusqu’à la gare de Herzliya. Jusqu’à quatre trains prendront le départ par heure dans chacune des directions (selon l’heure de la journée) avec des pointes allant jusqu’à 160 kilomètres par heure.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Transports Israel Katz ont participé la semaine dernière au voyage inaugural du train.

Le train, qui doit relier Jérusalem et Tel Aviv en moins d’une demi-heure, est attendu depuis longtemps par les usagers qui font actuellement un parcours de plus d’une heure empruntant les collines de Jérusalem sur une ligne datant de l’ère ottomane.

Empruntant des escaliers mécaniques descendant 80 mètres sous terre, une partie des passagers de la nouvelle gare de Jérusalem étaient présents uniquement pour profiter de cette nouvelle expérience, effectuant l’aller-retour — 21 minutes par trajet — vers l’aéroport international Ben Gourion, près de Tel-Aviv.

Les plateformes de Jérusalem – comme celles des fameuses gares souterraines à Moscou – se trouvent à 80 mètres sous la terre, ce qui en fait les plus profondes au monde.Il y a une connexion wifi dans ces tunnels.

La nouvelle ligne ferroviaire n’est pas encore opérationnelle dans sa totalité, mais, à terme, Jérusalem et Tel-Aviv devraient être à une demi-heure l’une de l’autre, avec des trains glissant à 160 km/h.

Le projet avait été conçu en 2001 à un coût estimé à environ 3,5 milliards de shekels. Les travaux avaient commencé en 2005, s’arrêtant sous la pression de l’opposition écologiste jusqu’en 2009. Les travaux de perçage de tunnels avaient recommencé en 2012. Le prix final de la ligne s’élève à environ 6,5 milliards de shekels. Les groupes Bombardier, du Canada, Semi, d’Espagne, et Alstom, de France, ont également pris part au projet.

Un point de vue sur la Route 1 depuis la nouvelle ligne ferroviaire à grande vitesse reliant Jérusalem à l’aéroport Ben Gurion

Une aubaine pour les nombreux Israéliens qui parcourent régulièrement les 70 km séparant ces deux villes, où se concentre l’essentiel de l’activité économique et politique du pays. Jérusalem et Tel-Aviv n’étaient jusqu’alors desservies que par une ligne sinueuse qui suivait le tracé de l’ancienne ligne du mandat britannique et il fallait compter au moins une heure et demie pour faire le trajet par rail.

 

La section traversant les collines de Jérusalem jusqu’à Latrun comporte cinq tunnels et plusieurs kilomètres de pont qui offrent des points de vue spectaculaires sur les paysages.

Pour optimiser la sécurité, toute la ligne est clôturée et contrôlée via des caméras de surveillance et autres dispositifs. Tous les ouvriers doivent obtenir une autorisation sécuritaire pour pénétrer sur le site.

La compagnie israélienne des trains construit actuellement une branche qui reliera la nouvelle ligne à grande vitesse à la ville de Modiin, entre Jérusalem et l’aéroport, en transitant par la gare de Paatei Modiin station.

Katz a précisé qu’il voulait prolonger la ligne dans Jérusalem jusqu’à la Vieille Ville et donner le nom du président américain Donald Trump au terminus.

Souhail Ftouh