Dernier exemple de haine Libanaise envers l’Etat hébreu

Miss Earth Liban, Salwa Akar, candidate à cette compétition aux Philippines qui mêle concours de beauté et défense de l’environnement s’est vue disqualifiée par son pays suite à une photo la montrant en compagnie de la candidate israélienne, le Liban et Israël étant techniquement en état de guerre.

L’information a commencé à circuler mardi dans la presse arabe et israélienne. Sur les réseaux sociaux, une photo montre Salwa Akar faire le “V” de la victoire aux côtés de Dana Zreik, Arabe israélienne, alors que les candidates qui représentent 89 pays se trouvent actuellement aux Philippines en attendant la finale de la 18e édition du concours Miss Earth 2018, le 3 novembre 2018.

Salwa Akar, qui participait à Miss Earth 2018 aux Philippines, assure avoir cru que la candidate israélienne était palestinienne. Sawsan el Sayed, organisatrice de la compétition au Moyen-Orient, qualifie la photo d’inacceptable”.

En réaction à cette photo, la société “Al-Sawsan”, dirigée par Sawsan el Sayed, (Miss Liban 1984 et ancienne sportive professionnelle), qui détient les droits de la compétition dans le monde arabe et a organisé le voyage de Salwa Akar, a décidé de disqualifier la candidate libanaise de Miss Earth 2018.

Contactée par L’Orient-Le Jour jeudi, Mme el-Sayyed a expliqué que la décision a été prise mardi. “Ma société organise des concours de beauté depuis 25 ans, et je n’accepte pas ce genre de comportements. La photo où les deux candidates font le “V” de la victoire est inacceptable”, s’insurge Sawsan el Sayed.

“J’ai contacté Salwa Akar, elle m’a assuré avoir cru que la candidate israélienne était palestinienne. Je ne sais pas pourquoi elle s’est comportée de la sorte, c’est choquant. Cela n’est jamais arrivé depuis que j’organise ce concours au Moyen-Orient. Nous ne cherchons pas à faire un scoop. Il y a une hostilité historique entre le Liban et Israël, non seulement au niveau militaire, mais également au niveau culturel et dans les concours de beauté”.

La société “Al-Sawsan” a également publié un communiqué rapporté par la presse, dans lequel elle souligne qu’elle “s’oppose à toute relation avec Israël et refuse la normalisation” avec l’Etat hébreu.

Selon certains médias, Salwa Akar a expliqué que la candidate arabe israélienne, descendante des Palestiniens restés en Israël après 1948, l’a abordée en lui parlant en arabe. Dans un entretien au site d’information Khabar 3ajel, Salwa Akar explique aussi n’avoir pas vu la banderole Miss Israël que la candidate portait.

Des explications qui n’ont clairement pas convaincu Mme. el-Sayyed. “Le Liban ne participe donc plus à l’édition 2018 de Miss Earth”, a-t-elle expliqué, soulignant toutefois que la candidate libanaise se trouvait toujours aux Philippines, sans toutefois participer aux activités de la compétition. “Elle est encore sous le choc et ne comprends pas pourquoi nous avons décidé de la disqualifier”.

“Je n’ai pas besoin d’un titre pour être moi-même. Je suis la paix, et je terminerai ce que j’ai commencé, avec ou sans votre soutien et votre amour… Dieu est toujours à mes côtés, il me connaît mieux que quiconque et sait ce que j’ai dans le cœur”, a écrit Salwa Akar sur sa page Facebook.

L’apartheid libanais

Des responsables israéliens se sont invités dans cette polémique. Ofir Gendelman, porte-parole arabophone du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a ainsi appelé à “condamner l’apartheid libanais“.

“Miss Liban Salwa Akar, qui participe au concours Miss Earth 2018, s’est vue retirer son titre (…) au Liban, car elle a osé prendre une photo en compagnie de Miss Israël (…), Dana Zreik, une Arabe israélienne qui représente fièrement notre pays. L’apartheid libanais doit être condamné”, a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Le porte-parole arabophone de l’armée israélienne, Avichay Adraee, a également commenté la polémique.”La vraie peur des partisans du Hezbollah, qui sont responsables de cette polémique, est que l’on évoque publiquement leurs sites (de missiles présumés) près de l’aéroport de Beyrouth qui constituent un danger au tourisme et aux compétitions internationales au pays du Cèdre”, a écrit le responsable israélien sur son compte Twitter.

En 2015, une polémique avait éclaté après une photo sur laquelle apparaissaient plusieurs candidates du concours de Miss Univers, notamment Miss Liban 2015 Sally Jreige, et Miss Israël Doron Matalon. En osant s’inviter sur un selfie, cette dernière avait déclenché la fureur de sa concurrente libanaise, donnant à la guerre pour la couronne de Miss Univers d’étonnants accents diplomatiques. Sally Jreige avait ensuite obtenu le soutien des autorités libanaises, qui ne lui ont pas retiré sa couronne après cette polémique.

Souhail Ftouh