| More

Neuf activistes pro-palestiniens ont été interpellés ce dimanche matin .Trois ont été renvoyés vers leur pays, dont l’un vers la Jordanie. Cinq ont été autorisés à entrer en Israël et un est interrogé par les forces de sécurité.

Les organisateurs de la Flytilla ont indiqué sur le réseau social Twitter que plusieurs activistes pro-palestiniens ont déjà réussi à embarquer pour Israël malgré les contrôples de sécurité pointilleux exercés dans plusieurs aéroports européens.

Plusieurs compagnies aériennes étrangères ont empêché samedi ces militants d’embarquer pour Tel-Aviv. Ils ont reçus un e-mail de leur compagnie aérienne (Air France, Lufthansa, easyJet ou Jet2.com) leur annonçant leur refus de les embarquer à la demande d’Israël :

La majeure partie des activistes pro-palestiniens qui devaient affluer massivement à l’aéroport Ben Gourion pour dénoncer la politique d’Israël à l’égard des Palestiniens ont été cloués au sol, et empêchés d’embarquer. Ils ont reçu l’instruction de se rendre tout de même dans les aéroports étrangers pour protester contre ”la prison gigantesque en Palestine”.

Plusieurs dizaines de militants pro-palestiniens manifestent actuellement à l’aéroport Charles de Gaulle à Paris. Ils scandent : ”Aujourd’hui le barrage est à Paris”.
A Lod des lettres de bienvenue les attendent en leur recommandant de se préoccuper de la situation en Syrie.

A l’aéroport Ben Gourion de Lod, les services de sécurité sont prêts à accueillir comme il se doit les activistes censés atterrir massivement en Israël pour dénoncer la politique à l’égard des Palestiniens. Ils devaient être 1 500 et se retrouver ce dimanche à Bethléem pour manifester contre la politique d’Israël en Judée-Smarie.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a conseillé, le 14 avril 2012, aux militants pro-palestiniens qui veulent participer à l’opération “Bienvenue en Palestine” de “résoudre d’abord les problèmes” en Syrie, en Iran et dans la bande de Gaza.

“Nous vous suggérons de régler d’abord les problèmes réels de la région, puis de revenir et de partager avec nous votre expérience”, a écrit le Premier ministre dans une lettre publique au ton ironique diffusée par son bureau.

L’an passé, en juillet 2011, Israël avait aussi donné des consignes aux compagnies aériennes pour empêcher l’embarquement de militants pro-palestiens. 124 militants, la plupart français, avaient malgré tout réussi à se rendre à Tel Aviv. Ils avaient alors été arrêtés et expulsés.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*