| More

stretcher1

Michael Adda, à gauche, et Ro’ee Etyanash testant leur civière novatrice au Technion à Haïfa.

 

Chaque jour nous nous rendons compte que les mots ‘’Israël’’ et ‘’Humanitaire’’, sont indissociables.

 

 

Alors que dans les pays musulmans les gens continent de s’entre-tuer sans remords, voici la dernière innovation de sauvetage d’Israël. Un brancard à une roue pour des opérations de sauvetage difficiles.

 

Deux étudiants  israéliens en ingénierie mécanique du Technion à Haïfa ont déployé leur projet senior la semaine dernière. Unicycle  Adventure Stretcher  est conçu pour aider les services médicaux d’urgence et les équipes de recherche et de sauvetage à évacuer les victimes des zones lorsque les routes sont inaccessibles aux véhicules et aux hélicoptères.

 

stretcher3

Un gros plan de la civière d’aventure. Photo courtoisie de United Hatzalah

Construit en collaboration avec Segal Bikes et le réseau EMS (des volontaires israéliens d’United Hatzalah)  la plate-forme d’aventure pliable pèse uniquement 15 kilos et permet à deux personnes de transporter un patient sur de longues distances en concentrant la majeure partie du poids sur une grande roue de bicyclette.

 

Le prototype a été créé par les étudiants de Michael Adda, originaire de France, et Ro’ee Etyanash, originaire d’Éthiopie, en collaboration  avec Miki Fischler et Dan Shafry, les membres de United Hatzalah, l’Unité de recherche et de sauvetage d’Israël, sous les auspices de Israelife Foundation.

 

Shafry, un ingénieur chez Rafael Industries, a eu l’idée de la civière d’un fauteuil roulant à roues motrices que l’ONG israélienne Etgarim utilise pour prendre des personnes physiquement handicapées en randonnée dans un terrain difficile.

 

Shafry  affirme que le prototype de travail initial sera ajusté au cours de l’année prochaine pour être encore plus léger, plus facile à plier et à se déployer, et peut être transmis par un seul secouriste.

stretcher2

De gauche à gauche avec le prototype de Stretcher d’aventure: Roe’e Etyanash, Dan Shafry, Prof. Tzvi Fruchter (conseiller étudiant), Michael Adda et David Krispel, responsable du développement technologique de United Hatzalah.

 

 

Parce que la plupart des accidents sur les pistes difficiles à atteindre en Israël impliquent le cyclisme, la civière pourrait, en théorie, être attachée à une roue du vélo du cycliste, ce qui rend le brancard plus léger et plus rapide à déployer. Cependant, compte tenu du terrain accidenté où le produit serait utilisé, Segal Bikes travaille pour fournir une roue spéciale anti-crevaison. La version définitive pourrait être faite de magnésium ultra léger.

Le modèle actuel en aluminium  peut supporter  jusqu’à 300 kilos.

 

“J’espère que l’année prochaine nous aurons un produit qui fonctionne pleinement”, explique Fischler.

 

Israël a une longue tradition de volontariat

 

 

Israël a par ailleurs une longue tradition de volontariat faisant partie du cursus obligatoire dès le collège et qui s’inscrit dans une démarche patriotique. L’action humanitaire israélienne est profondément imprégnée de la conception juive de la ‘’réparation du monde’’, le Tikkun Olam dont il est question dans la Mishnah.

 

Fort de son expérience, la mise en place lors de catastrophes naturelles, d’hôpitaux de campagne les plus modernes, est souvent citée en exemple. Depuis quelques années, des équipes civiles accompagnent les unités militaires spécialisées, amenant les ONG israéliennes à se professionnaliser et à s’organiser.

 

En exemple,United Hatzalah aussi est une organisation mondiale de secouristes, d’urgentistes, d’ambulanciers et de médecins fondée en 2006 à Jérusalem. Elle est présente dans quelques autres pays, comme le Canada, les États-Unis, le Panama, le Brésil, la Lituanie, l’Australie,l’Argentine et l’Inde. Sa mission  est d’assister médicalement les victimes dans la période critique entre la survenance d’une urgence et l’arrivée d’une ambulance.

Encore IsraAID qui met en place des missions d’urgence en se basant sur un personnel de volontaires professionnalisés pouvant être rapidement déployés. Son directeur des opérations avait reçu l’an dernier le Prix Mondial de l’Humanitaire de la Fondation Mohammed Ali.

Les ONG israéliennes participent à des missions humanitaires du Kurdistan irakien aux confins du Pacifique : ce sont aujourd’hui les meilleurs ambassadeurs. A l’heure où l’image d’Israël est malmenée, il est temps de présenter ce pays autrement.

 

Souffrant d’une sous exposition médiatique, ces ONG méritent un réel soutien. D’une part, la presse  mondiale devrait leur faire plus de place pour organiser des levés de fond.

 

Cette attention pourrait aussi se matérialiser par la création de partenariats avec les mouvements de jeunesse, toutes religions confondues, et l’envoi de volontaires. Une jeunesse main dans la main, œuvrant pour la réparation de ce monde.

 

 

Les Israéliens s’empressent d’aller sauver l’humanité partout où la terre tremble, ou les vagues se détachent de la mer vont exporter cette innovation. Les gens  du monde peuvent dire merci tous les jours à vous israéliens grâce à qui ce pays existe.

 

 

Souhail Ftouh

 

Leave a Reply

*