| More

Il serait difficile à toute personne résidant en Israël d’ignorer deux événements d’envergure internationale qui ont marqué Israël en mai 2014.

Le premier est  le Maccabi Tel Aviv qui vient de gagner de façon magistrale la finale de l’Euroligue de basket, écrasant le Real Madrid 98 à 86.

Face à un Real donné grand favori, Tel-Aviv, qualifié miraculeusement après un retour canon, et profitant d’une perte de balle improbable de Khryapa à 10 secondes de la fin, a réussi un grand match en défense, et a surfé sur l’adresse offensive de Rice et Smith pour remporter sa 6e couronne européenne.

a
Le Président israélien en compagnie de l’équipe du Maccabi, championne de l’Euroligue de basket 2014

A la fin du temps réglementaire, les 2 équipes étaient à égalité à 73 points, Rice ratant de peu le tir de la gagne à la toute dernière minute. Durant les prolongations, le Real, qui avait pourtant mené d’une courte tête pendant les 3 premiers quart temps, verra le Maccabe s’envoler au score, finissant le match avec un écart de 13 points.

11.000 Israéliens avaient fait le déplacement pour soutenir le Maccabi à Milan.

Le second événement est celui de la visite du Pape François le 26 mai.

Il a été accueilli par le Président israélien Shimon Peres et le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Étaient également présentes les autorités politiques, civiles et religieuses du pays, ainsi que les Ordinaires catholiques de Terre Sainte. 

Shimon Peres et Benjamin Netanyahu, qui l’avaient déjà rencontré au Vatican, lui ont souhaité tour à tour la bienvenue en Israël.

Le Président israélien s’est attaché, devant le Pape, à rappeler que l’État hébreu était un État démocratique, respectueux de la liberté religieuse.

« Nous ne permettrons à quiconque de mettre en question ces valeurs », a-t-il assuré, avant d’affirmer que les Israéliens étaient heureux de la venue du Pape, y voyant un signe d’espoir et de paix pour le futur. « Vous êtes notre frère, bienvenue! », a-t-il conclu. 

b
Le Pape accueilli le Premier ministre, Benjamin Netanyahu

Le Premier ministre est quant à lui revenu sur la rencontre qu’il avait eue avec le Pape, récemment, au Vatican. « Je suis resté impressionné par votre personnalité spirituelle, votre relation sincère au peuple juif. Nous avions parlé de votre volonté de nous réconcilier avec les Palestiniens : notre main est tendue vers tous ceux qui veulent cohabiter avec nous, en paix», a-t-il encore déclaré.

Le Pape s’est ensuite adressé à ses hôtes, se présentant en pèlerin, exprimant sa joie de fouler la Terre Sainte, berceau d’une histoire plurimillénaire et creuset des grands monothéismes

Le Pape a visité le mémorial Yad Vashem et  le Kotel ( mur des lamentations). Lors de sa visite à Yad Vashem à Jérusalem, le pontife a imploré Dieu de « nous accorder la grâce et d’avoir honte de ce que nous, les Hommes, avons fait ».

« Nous sommes ici Seigneur, honteux de ce que l’Homme créé à ton image a pu faire », a-t-il déclaré solennellement avant de noter que le génocide nazi était une idolâtrie massive qui ne doit jamais se reproduire.

Auparavant, François a fait un détour imprévu par le mémorial des victimes israéliennes d’attentats, écrivant un message pour « que cesse le terrorisme », a précisé son porte-parole. Selon la radio militaire israélienne, il répondait ainsi à la demande du Premier ministre Benyamin Netanyahu, qui l’accompagnait.

Le pape François a terminé son pèlerinage en Terre saine en célébrant lundi après-midi une messe avec les religieux de Terre sainte au Cénacle à Jérusalem. Il a rencontré également de nouveau des religieux de différentes confessions chrétiennes, en particulier orthodoxes, dans un rapprochement historique qui a justifié ce pèlerinage, 50 ans après le sommet à Jérusalem entre le pape Paul VI et le chef de l’Eglise orthodoxe de l’époque, Athénagoras

Souhail Ftouh

Leave a Reply

*