Dix athlètes israéliens au Grand Prix de judo de Marrakech, au Maroc

 


Comme il y a trois ans, le Maroc accueille le Grand Prix de judo de Marrakech où cette édition encore, des athlètes israéliens pourraient faire retentir l’hymne national au grand dam des militants anti-normalisation et pro-palestiniens.La Fédération israélienne de judo a engagé un total de 10 athlètes dans cette compétition.

Une dizaine de judokates israéliennes prennent part depuis hier (et jusqu’à demain dimanche) à ce grand prix, rapporte la presse marocaine, qui rappelle que la fédération internationale de Judo prévoit des sanctions pour les pays ne respectant par la charte, à l’image de la Tunisie qui avait été privée d’organisation pour avoir refusé de diffuser l’hymne national israélien.

Conscients de ces menaces, les responsables marocains auraient ainsi soufflé l’idée aux athlètes israéliens de ne pas brandir le drapeau israélien en cas de victoire, mais est-ce que la consigne sera-t-elle respectée ?

Il y a 3 ans, alors que plusieurs judokas israéliens avaient pris part à l’Open international de judo de Rabat, les organisateurs marocains avaient « oublié » le drapeau israélien alors que ceux des autres pays étaient bien présents. Une façon pour les Marocains de contourner le règlement de la Fédération internationale de judo.

De plus, les autorités marocaines avaient refusé de délivrer des visas aux services de sécurité et aux gardes du corps des athlètes, promettant d’assurer eux-mêmes la sécurité des judokas présents sur place.

Au total 443 jodokas (259 messieurs et 184 dames), représentant 67 nations, prennent part à cette compétition qui met en jeu un grand nombre de points en vue d’une qualification aux prochains Jeux olympiques d’été, prévus en 2020 à Tokyo (Japon).

La sélection israélienne participe d’ailleurs à ce tournoi avec l’objectif d’en récolter un maximum, pour qualifier ses athlètes aux prochaines olympiades.

D’origine marocaine, Miri Sagev la ministre israélienne de la culture considère cette participation comme une preuve du rapprochement avec les pays arabes que le premier ministre revendique.

Des journaux arabophones, citant des sources concordantes, ont révélé aussi des tractations autour d’une visite que devrait effectuer le Premier israélien, Benjamin Netanyahu indiquant que des contacts ont lieu entre le cabinet de chef du gouvernement hébreux et de nombreux responsables marocains.

Cette rencontre entre le roi du Maroc, Mohammed VI, et le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, serait encouragée par les Américains. Pour le moment, aucune note officielle autour de cette visite.

Souhail Ftouh

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.