| More

Le porte-parole du bureau du Premier ministre israélien Mark Regev a soutenu hier soir que “le seul moyen de parvenir à la paix, à la réconciliation et à la formation d’un Etat palestinien indépendant est d’opter pour les négociations”.

La paix ne s’obtiendra pas par une démarche unilatérale à l’ONU, est-il indiqué ce vendredi dans un communiqué du bureau du Premier ministre Binyamin Netanyahu.

Le négociateur palestinien Saeb Erekat a déclaré que les Palestiniens continueront de travailler en vue de l’établissement d’un État de Palestine et tenu Israël pour responsable des tensions entre l’Autorité palestinienne et l’État juif.

Au cours d’un discours hier soir à Ramallah, le président palestinien a déclaré que les Palestiniens allaient à l’ONU car le président américain avait indiqué qu’il souhaitait voir la création d’un Etat palestinien.

Le président de l’Autorité s’est entretenu cette semaine avec les émissaires américains Dennis Ross et David Hale. Il a souligné qu’il est prêt à revenir à la table des négociations si Israël s’engage à respecter le principe de deux États sur les frontières de 67 et à cesser la construction dans les implantations. L’émissaire palestinien à l’Onu Riyad Mansour a pour sa part indiqué que les Palestiniens n’ont pas encore décidé s’ils demanderont le titre de membre à part entière de l’Onu ou uniquement la reconnaissance de leur État.

L’ambassadrice américaine à l’Onu, Susan Rice, a affirmé à des journalistes juifs que les États-Unis ”ne négocient sur aucune version” de proclamation palestinienne unilatérale. ”Nous ne sommes pas impliqués dans les efforts déployés pour assouplir le texte palestinien. Nous essayons d’expliquer pourquoi cette déclaration unilatérale s’inscrit dans un cursus inutile”, a-t-elle ajouté.

La tentative des Palestiniens d’obtenir la reconnaissance de leur État aux Nations unies la semaine prochaine constitue une “diversion” qui ne résoudra pas le problème du conflit au Proche-Orient, a affirmé le président américain Barack Obama.

Le président américain Barack Obama a répété qu’il s’opposerait vivement à la proclamation unilatérale d’un État palestinien. ”C’est très différent d’aller au Conseil de sécurité (…) j’ai déjà dit en public que si (cette question) était présentée au Conseil de sécurité, nous nous y opposerions avec force”, a-t-il rappelé lors d’une interview à plusieurs journalistes hispanophones. Parallèlement, il a mis en garde Israël contre des représailles anti-palestiniennes, comme l’arrêt du transfert de fonds aux Palestiniens, en cas de saisine palestinienne à l’Onu. ”Israël se porterait lui-même atteinte”, a-t-il précisé.

La Secrétaire d’État américaine Hillary Clinton a déclaré mardi que la voie vers la création d’un État palestinien à côté d’Israël passe par Jérusalem et Ramallah, et non pas par New York. S’exprimant lors d’une conférence de presse, Clinton a réaffirmer l’opposition américaine aux projets unilatéraux palestiniens de faire reconnaitre leur État à l’assemblée générale des Nations unies en septembre.

Hillary Clinton a ordonné le retour des émissaires de l’administration Obama au Proche-Orient dans le cadre des efforts américains pour dissuader les Palestiniens de présenter la demande d’adhésion de leur Etat à l’ONU. David Hale, émissaire américain pour le Proche-Orient, et Dennis Ross, conseiller spécial du président américain Barack Obama, ont rendu visite dans la région pour rencontrer le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas.

Le Premier ministre Binyamin Netanyahu et le ministre de la Défense Ehoud Barak ont rencontré à Jérusalem la chef de la diplomatie de l’Union européenne Catherine Ashton. A quelques jours de la proclamation de l’État palestinien à l’ONU les responsables israéliens et C. Ashton ont discuté des relations avec les Palestiniens et de la situation régionale.

La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a décidé de prolonger sa visite au Proche-Orient afin de rencontrer d’autres responsables régionaux dans le but d’éviter à la dernière minute l’initiative unilatérale palestinienne devant les instances de l’Onu. Des diplomates américains doivent également se rendre dans la région cette semaine afin de prendre part aux efforts pour tenter de dissuader les Palestiniens d’effectuer cette requête.

“L’Union européenne soutient la solution à deux États via les négociations directes entre Israël et les Palestiniens”, a répété lundi la chef de la diplomatie de l’UE, Catherine Ashton, à l’issue de sa rencontre au Caire avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. ”L’UE va déployer de nombreux efforts pour faire revenir Israéliens et Palestiniens à la table des négociations”, a-t-elle ajouté.

L’émissaire du Quartette, Tony Blair, redouble d’efforts pour tenter de relancer le processus de paix israélo-palestinien, afin d’éviter un recours unilatéral à l’Onu. De concert avec les Américains, il a tenté de trouver un texte de consensus à la réunion du Quartette cette semaine, à quelques jours seulement de la date-butoir de l’Assemblée générale de l’Onu.. A Jérusalem, on affiche son pessimisme, sachant que jusqu’à présent toutes les tentatives pour ébaucher un texte de principes approuvés par Israël et les Palestiniens ont échoué.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*