| More

Des responsables sécuritaires israéliens ont dénoncé l’interview de Guilad aux médias égyptiens, qui selon eux, n’était pas prévue dans l’accord avec le Hamas, et a retardé sa libération.

La chaîne de télévision égyptienne Nile a diffusé ce Mardi 18 octobre 2011 une interview de Guilad Shalit en anglais.

C’est un Guilad Shalit fatigué, maigre, hésitant, ayant des difficultés à répondre, qui est apparu à la télévision devant Shahira Amin, une journaliste égyptienne

Durant l’interview Guilad Shalit semblait inconfortables, confus et épuisé.

Dans son interview, Guilad Shalit enfin libre, a du mal à répondre aux questions. Il parle succintement, et affirme n’avoir vu personne depuis des années. Guilad a dit avoir ”langui sa famille”. ”Cela m’a manqué de rencontrer des gens et de leur parler”, a-t-il ajouté.

Au début de l’interview une question sur la condition physique de Guilad a été posée. Il a répondu en hébreu : « Je ne me sens pas trop bien par rapport à toute cette affaire ». Cependant, la traduction en arabe explique qu’il « se sent bien ». Il avait également déclaré qu’il pensait que la médiation égyptienne avait réussi grâce aux « bonnes relations

« Vous avez vécu la captivité », dit-elle à Shalit en Anglais, « il y a plus de quatre mille palestiniens dans les prisons israéliennes. Ferez-vous campagne pour qu’ils soient relâchés ? », demande t-elle sans même se soucier du fait que les prisonniers palestiniens sont des criminels et des délinquants, jugés par une justice indépendante d’un pays démocratique, tandis que la captivité de Shalit était une prise d’otage condamnée par toutes les instances internationales.

La version du site d’Al Jazeera en anglais a publié l’intégralité de l’interview du citoyen franco-israélien Guilad Shalit alors que le site en arabe ne le fait pas.

Le site d’Al Jazeera publie sur la version anglophone de son site que Guilad Shalit aurait dit: « Je serais très heureux que la totalité des prisonniers soient libérés afin qu’ils reviennent chez eux »

Guilad Shalit a affirmé aux médias égyptiens qu’il ”espère que l’accord promouvra la paix”. Certaines réponses semblaient lui avoir été imposées par le Hamas. Le soldat captif du Hamas depuis près de 5 ans et demi s’est dit ”très ému de cet instant”, dans une interview à des journalistes égyptiens. “Je remercie tout le monde. Je pensais que je pourrais rester dans cette situation encore de nombreuses années”, a-t-il ajouté

Selon la radio publique Kol Israël, l’interview aux médias égyptiens a été semble-t-il imposée à Guilad Shalit, dans la demi-heure qui a précédé sa libération. Les journalistes lui demandent notamment s’il contribuera à la libération des autres détenus palestiniens en Israël. Il répond qu’il ”se réjouira de leur libération s’ils ne reprennent pas des activités anti-israéliennes”. Il a semblé comprendre couramment l’arabe.

Un haut responsable israélien a dénoncé l’interview “forcée” imposée par la télévision d’Etat égyptienne à Guilad Shalit peu après sa libération. “Il s’agissait d’une interview forcée d’un otage affaibli qui vient de sortir du cachot et qui est encore sous le choc. Ce genre de pratique viole toutes les règles déontologiques élémentaires du journalisme”, a affirmé ce haut responsable qui a requis l’anonymat.

La journaliste égyptienne Shaira Amin qui a interviewé Guilad Shalit quelques instants seulement après sa libération, s’est défendue devant la BBC face à ceux qui ont dénoncé l’interview “cruelle” imposée à Shalit. Elle a déclaré ignorer le fait que Guilad avait été contraint d’accorder cette interview.

La journaliste arabe a juré à une chaîne de télé israélienne ce soir « je n’aurais pas contraint Shalit à accepter cette interview s’il n’avait pas voulu, et il avait l’air d’être d’accord ».

L’interview ne faisait pas partie du planning convenu avec les autorités égyptiennes et celle du Hamas. L’armée israélienne précise que cette interview a retardé tout le processus de libération.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*