| More

israelseal_stylized

Le directeur général du ministère des Affaires étrangères, Rafael Barak, a annoncé à Jérusalem la création très prochaines d’ambassades virtuelles d’Israël au Moyen-Orient. 

Lors de l’inauguration de la 13e Conférence annuelle d’Herzliya, le 11 Mars dernier, Barak a fait remarquer qu’Israël doit non seulement être au courant des menaces qui existent dans la région, mais aussi de certains secteurs de la population qui cherchent à tisser des relation avec l’État Juif.

Répondant aux tendances régionales qui impactent son pays , Barak a raconté que « nous vivons dans une région qui est dans un état d’instabilité constante, et notre analyse est que cette instabilité se poursuivra encore pendant de nombreuses années ». Malgré cela, le ministère israélien des Affaires étrangères continue de chercher à se faire des amis potentiels dans la région, tout en essayant de localiser des «frères ennemis» parmi les ennemis d’Israël, et d’explorer la façon dont les différents gouvernements se comportent les uns aux autres.

Barak a fait savoir que  « Nous devons composer avec les gens autour de nous, en regardant les nouvelles menaces stratégiques, y compris la grande concentration d’armes chimiques en Syrie, les activités du Hezbollah et du Hamas, ainsi que les populations kurdes et d’autres minorités qui recherchent notre amitié et tentent de se rapprocher d’Israël », a-t-il déclaré.

Il a précisé qu’en utilisant les nouveaux médias, Israël va développé des moyens novateurs pour tisser des liens d’amitié avec des pays d’un Moyen-Orient très instable.

« Nous rencontrons des gouvernements, des personnes et des sociétés … en essayant de sauter par-dessus les frontières et d’utiliser les nouveaux médias pour créer des ambassades virtuelles, qui s’adressent directement au monde arabe » a déclaré le directeur général du ministère des Affaires étrangères.

« Nous cherchons toujours des opportunités [dans la région] … Nous espérons que l’occasion viendra de la Syrie … [et] nous essayons d’ouvrir des portes chaque fois que possible et de fournir une aide humanitaire chaque fois que possible. » a t-il ajouté.

Au niveau régional, «les caractéristiques de la paix ont presque disparu», a déclaré Barak. Toutefois, il a souligné que la situation était meilleure avec la Jordanie, notant qu’Israël a une ambassade là-bas qui « fait beaucoup de choses visibles … et d’autres sous le radar. »

En ce qui concerne la situation en Égypte, le plus grand pays arabe, Barak a souligné la nécessité pour Israël de «maintenir les accords de paix avec l’Égypte à la lumière de l’instabilité et de la situation interne ». Il a dit que le ministère des Affaires étrangères a maintenu un «ministère mobile »  qui fait la navette entre l’Égypte et Israël, plutôt que de maintenir une ambassade permanente dans une région instable et dangereuse.

Il a ajouté que le ministère était « actif dans les forums internationaux afin que le monde reçoive nos activités avec compréhension … nous essayons de prévenir les flottilles et flightillas ».

Les ambassades virtuelles vont être accessibles en ligne offrant des déclarations politiques israéliennes en anglais et en arabes, des informations sur les visas israéliens, des nouvelles de la radio israélienne , ainsi que des outils pour échanger via les médias sociaux.

Israël qui est victime de la haine de ses voisins veut tisser des relations surtout avec des personnes ou des associations mais non des gouvernements. En 2004 Israël s’est lancé dans la mise en disposition d’un site Internet du Ministère des Affaires Étrangères (MAE). Face à la constante désinformation, les ambassades israéliennes à travers le monde ont lancé en 2010 une des plus vastes campagne de relations publiques. L’objectif était de restaurer une image positive d’Israël.

Le problème est aujourd’hui que même en dehors des pays arabes, et Grâce à l’argent, les ennemis d’Israël règnent sur les médias, les agences d’informations, la presse, les maisons d’édition et les radios. Dans plusieurs pays les médias sont devenus le relais de la propagande palestinienne subtile, mais dangereusement efficace. En matière de communication, les Palestiniens sont devenus malheureusement les maîtres. Résultat ; nous assistons depuis des années à la diabolisation d’Israël avec le concours volontaire et enthousiaste de plusieurs organes de communication occidentaux (1).

Israël déploie aujourd’hui une équipe de cybernautes pour diffuser de la désinformation positive. Le ministère des Affaires étrangères israélien avait mis sur pied, depuis trois ans, une équipe clandestine spéciale de travailleurs rémunérés dont le travail consiste à surfer sur l’Internet 24 heures sur 24 pour propager des informations positives sur Israël.

De jeunes Israéliens férus de l’Internet, surtout des soldats fraîchement diplômés et démobilisés dotés de compétences linguistiques, sont recrutés pour jouer le rôle de surfeurs ordinaires, tout en propageant la ligne gouvernementale sur le conflit du Moyen-Orient. Une nouvelle unité a été formée pour engager la guerre virtuelle d’Israël : celle des relations publiques. Ligne de front : Facebook, You Tube et Twitter. Aujourd’hui les réseaux sociaux, particulièrement et les blogs, gagnent en influence.

Le ministère des Affaires étrangères israéliens a lancé, déjà depuis trois ans, sa chaîne de vidéos sur le site Internet YouTube qui permet d’avoir “une autre image” de la réalité israélienne.Une site arabe sur Israël existe aussi : http://www.yahoodi1.com
Face au déchaînement des médias à son encontre, Israël veut aujourd’hui renforcer les moyens de se faire comprendre au Moyen Orient .Le budget annuel de la communication de l’État d’Israël (Hasbara) se monte à 3,6 millions de dollars.

Le secteur privé israélien veut aussi investir dans le domaine de la communication. Patrick Drahi ( le premier actionnaire de Numéricâble à travers le fonds Altice et le propriétaire de Hot, premier câblo-opérateur israélien ) va lancé cette année une chaîne d’information internationale qui a pour ambition de changer l’image d’Israël.

Il faut espérer que les israéliens puisent développer des relations avec le élites arabes qui sont eux aussi mal informés et désabusés par la propagande antisémite. Tout message antisémite ou désinformant doit trouver une réponse éclairée d’Israël. Cette désinformation, systématique et ciblée, a créé dans le monde arabe des sentiments de haine gratuite contre Israël, extrêmement préjudiciables à ce petit pays entouré de tant d’ennemis, et qui se fait critiquer même quand il se défend légitimement, ce qui est le comble du traitement pervers qui lui est appliqué par pure malveillance.

Pourquoi n’entend-on pas parler par exemple de ces hôpitaux Israéliens où chaque jour des enfants palestiniens sont soignés en exclusivité et gratuitement ? Comment se fait-il que les médias ne mentionnent jamais les quelque 50 mouvements de paix en Israël, minuscule pays d’à peine 6 Millions d’habitants, alors que dans 52 états musulmans avec 1,3 milliards d’habitants, il n’y en ait aucun ?

Ftouh Souhail

(1) L’image du petit Mohamed al-Dura, tué en 2000 dans les bras de son père par des tirs attribués aux israéliens par Charles Enderlin, correspondant de France 2, témoigne aussi de ce climat médiatique hostile .La partialité de certains nombres de médias occidentaux encourage en fait l’agitation médiatique dans les pays arabes. Cette affaire illustre bien le problème posé par les médias, qui refusent trop souvent, par idéologie ou conformisme, de se confronter aux réalités.

loc israel4

Leave a Reply

*