| More

EDUCATION SIONISTE

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié, mardi 3 décembre 2013, les résultats de l’enquête triennale du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA). Cette enquête concerne 65 pays , soit quelque 510.000 élèves, dont l’âge est compris entre 15 ans et 3 mois et 16 ans et 2 mois, et qui sont représentatifs des quelque 28 millions d’élèves âgés de 15 ans scolarisés dans ces pays.

L’évaluation PISA 2012 démontre que les pays asiatiques sont loin devant les autres, prenant les sept premières places du classement mondial : Shanghai (avec un score 613), Singapour (avec un score 573), Hongkong (avec un score 561), Taipei (avec un score 560), Corée (avec un score 554), Macao (Chine) (avec un score 538) et Japon (avec un score 536).

Avec un score de 466 en mathématiques, Israël est bien placé le classement PISA 2012.
La rapport indique qu’Israël a réussi à accroître son pourcentage d’élèves très performants en mathématiques et à réduire leur pourcentage d’élèves peu performants dans ce domaine.Selon le sexe, les garçons ont continué de surpasser les filles en mathématiques dans la plupart des pays participants, dont Israël.

Les résultats de l’enquête PISA montrent aussi que les systèmes d’éducation, comme en Israël, qui ont obtenu de bons scores en mathématiques tendent aussi à compter parmi ceux qui répartissent les ressources de manière plus équitable entre les établissements favorisés et les établissements défavorisés.

En sciences, le pourcentage d’élèves très performants a progressé et le pourcentage d’élèves peu performants a régressé en Israël, en Estonie, et à Singapour entre 2009 et 2012.

Entre les évaluations PISA 2000 et PISA 2012, Israël et la Pologne ont réussi à la fois à accroître leur pourcentage d’élèves très performants et à réduire leur pourcentage d’élèves peu performants en compréhension de l’écrit.

La rapport montre que les gouvernements en Israël ( mais aussi le Brésil, l’Allemagne, le Mexique et la Turquie) ont récemment adopté des mesures ciblées pour améliorer la performance des établissements ou des élèves peu performants, ou encore ont attribué davantage de ressources aux régions et aux établissements qui en avaient le plus besoin.

Consciente de l’importance de l’équité dans la répartition des ressources, l’OCDE a lancé un nouveau projet sur ce sujet, « l’OECD Review of Policies to Improve the Effectiveness of Resource Use in Schools » (l’Examen de l’OCDE des politiques pour améliorer l’efficacité de l’utilisation des ressources dans les établissements d’enseignement) ; des informations plus précises sur la façon dont certains des pays très performants répartissent les ressources seront disponibles dès 2015.

Israël est membre à part entière dans l’OCDE depuis le 27 mai 2010. Dans cette organisation internationale les pays membres sont tous des États développés pour la plupart et ont en commun un système de gouvernement démocratique et une économie de marché.

En moyenne, dans les pays de l’OCDE, 13 % des élèves sont très performants (niveau 5 ou 6). Ils sont capables d’élaborer des modèles et de les utiliser dans des situations complexes, et d’adopter une démarche stratégique grâce à leurs grandes compétences de raisonnement et de réflexion.

En moyenne, dans les pays de l’OCDE, 8 % des élèves sont très performants en compréhension de l’écrit (niveau 5 ou 6). Ces élèves sont capables d’aborder des textes dont la forme ou le fond ne leur sont pas familiers, et de soumettre des textes à des analyses nuancées

En moyenne, dans les pays de l’OCDE, 8 % des élèves sont très performants en sciences (niveau 5 ou 6). Ces élèves sont capables d’identifier, d’expliquer et d’appliquer des connaissances en sciences et des connaissances à propos de la science dans des situations complexes de la vie.

Les résultats de l’enquête PISA indiquent que le dynamisme, la motivation et la confiance en soi sont essentiels pour permettre aux élèves d’exploiter tout leur potentiel. Les écarts qui s’observent entre les sexes dans des indicateurs tels que le dynamisme, la motivation et l’image de soi sont particulièrement préoccupants, car ces facteurs sont essentiels pour amener les élèves à atteindre les niveaux les plus élevés ; de plus, la relation entre la performance en mathématiques et le dynamisme, la motivation et l’image de soi est particulièrement forte parmi les élèves très performants.

Notons que l’enquête PISA ne cherche pas simplement à évaluer la faculté des élèves à reproduire ce qu’ils ont appris, mais vise aussi à déterminer dans quelle mesure ils sont capables de se livrer à des extrapolations à partir de ce qu’ils ont appris et d’utiliser leurs connaissances dans des situations qui ne leur sont pas familières, qu’elles soient ou non en rapport avec l’école. Cette approche reflète le fait que les sociétés modernes apprécient les individus moins pour leurs connaissances que pour leur capacité à utiliser ces dernières.

Les résultats de l’enquête PISA identifient les compétences des élèves dans les pays et économies les plus performants et dans les systèmes d’éducation qui progressent le plus rapidement pour révéler tout le potentiel de l’éducation. Les décideurs du monde entier utilisent ces résultats pour comparer les connaissances et compétences de leurs élèves à celles des élèves des autres pays et économies participants, pour fixer des objectifs chiffrés d’amélioration en fonction des accomplissements mesurables d’autres systèmes d’éducation et pour s’inspirer des politiques et pratiques en vigueur ailleurs.

L’éducation est l’un des plus grands succès de l’État d’Israël

Ce n’est pas la première fois que l’État Juif est bien coté dans l’OCDE.

Israël est arrivé à la seconde place dans la lise des 10 pays les plus instruits dans le monde juste après le Canada . Basé sur une étude menée par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le Wall Street Journal a compilé en avril 2013 une liste des 10 pays avec la plus forte proportion de résidents adultes ayant fait des études universitaires. Au sommet du classement, on retrouve le Canada. Suivi de très près par Israël.

En mai 2012 Israël se classe 8e de l’indicateur du ”bien-être” de l’Organisation pour la Coopération Economique et du Développement qui mesure le taux de satisfaction de la population dans son pays.

L’État juif est aussi bien placé en matière d’éducation selon le dernier rapport du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) qui a été publié le mois dernier. Selon les résultats de l’indice de développement humain (IDH) pour 2012 Israël s’est classé 17e sur 187 nations. L’indice de développement humain (IDH) est un indice statistique composite, créé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en 1990 pour évaluer le niveau de développement humain des pays du monde. L’IDH se fonde sur trois critères majeurs : l’espérance de vie, le niveau d’éducation et le niveau de vie.

En Israël la performance des résultats scolaires est une référence de qualité mondial. Des examens continuels sont stimulés pour améliorer la qualité et l’efficacité du système d’éducation et de formation. Dans ce pays l’évaluation des résultats, des élèves comme des établissements, est nécessaire pour faire progresser l’école et que la bonne gouvernance permet d’accroître les performances des établissements scolaires et du système éducatif tout entier.

En 2013 les israéliens sont classés à la 13eme place mondiale aux olympiades de mathématiques.

scholl

Les dirigeants israéliens encouragent l’éducation

En Avril 2009 le Premier ministre Binyamin Netanyahu avait promis une révolution dans le domaine de l’éducation avec comme objectif de classer Israël dans les 10 premiers pays du monde, dans les 10 années à venir.

« Nous investissons des ressources considérables dans l’éducation obligatoire gratuite à partir de l’âge de trois ans. Les parents doivent comprendre que le système éducatif est en mutation et que nous sommes tous impatients de voir les résultats ».

Lors de la séance d’ouverture de la Conférence de Holon sur l’éducation, le 25 Août 2013, le Président Shimon Peres a proposé que les revenus que l’État recevra des champs de gaz existants et de son exploration soient investis non pas dans les banques, mais dans les enfants de la nation.

« Si Israël n’investit pas dans l’éducation aujourd’hui, Israël ne sera pas en mesure de rivaliser à l’échelle mondiale demain », a t-il averti.

Pères a souligné la nécessité de commencer l’enseignement de l’anglais dès la maternelle et à l’utiliser fréquemment comme seconde langue , parce que l’anglais est devenu la langue la plus universelle et est également la plus utilisée dans le monde numérique. Il a déclaré que le pays est en concurrence avec des géants comme l’Inde, la Chine et la Corée du Sud. En Inde, seulement, dit-il, il y a 400.000 diplômés en génie par an.

Selon l’OCDE, 45% des israéliens ont un diplôme supérieur au bac, ce qui place le pays en 2ème position mondiale après le Canada.

Souhail Ftouh

Voir le rapport http://www.oecd.org/pisa/keyfindings/PISA-2012-results-overview-FR.pdf

Leave a Reply

*