| More

Le Conseil de sécurité s’est réuni ce jeudi pour étudier un projet de rapport sur l’adhésion pleine et entière des Palestiniens à l’ONU. Ce rapport sera formellement présenté le 11 novembre lors d’une ultime réunion au niveau des ambassadeurs sur le sujet.

Contrairement à l’Unesco, le vote, qui aura sans doute lieu d’ici à la fin de l’année, sera certainement négatif. Le rapport qui a été examiné sera formellement présenté le 11 novembre lors d’une ultime réunion au niveau des ambassadeurs sur le sujet.

Ensuite, il faudra qu’au moins un des quinze pays du Conseil demande le passage au vote, peut-être d’ici à la fin novembre, mais vraisemblablement avant la fin de l’année, selon des diplomates.

Paris s’abstiendra en cas de vote au Conseil de sécurité sur la demande d’adhésion des Palestiniens selon une déclaration du ministère français des Affaires étrangères. Romain Nadal, porte-parole adjoint du ministère des Affaires étrangères, a confirmé cette position française, dans une déclaration rendue publique vendredi.

La France avait pourtant créé la mauvaise surprise en votant lundi en faveur de l’admission de la Palestine à l’Unesco, une des principales agences de l’ONU.

La Grande-Bretagne et la Colombie ont annoncé aussi qu’elles comptaient s’abstenir lors d’un vote attendu sur la candidature de la Palestine à l’ONU

Il a rappelé que la démarche palestinienne n’aura aucune chance d’aboutir au Conseil de sécurité en raison notamment de l’opposition déclarée des États-Unis qui utiliseraient, le cas échéant, leur droit de veto.

La Ligue arabe a annoncé dimanche 30 octobre 2011 qu’elle étudierait « toutes les alternatives juridiques et politiques » en cas d’échec des démarches en cours pour une admission à l’ONU d’un État palestinien, qui se heurte au risque d’un veto américain. Au terme d’une réunion à Doha à laquelle assistait le président palestinien Mahmoud Abbas, le comité de suivi issu de la Ligue arabe a aussi appuyé les Palestiniens lors du vote lundi sur l’adhésion de la Palestine à l’Unesco.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a été ferme le 28 octobre dernier “Nous ne renoncerons pas à la demande d’adhésion de la Palestine où la bataille est très intense”, a-t-il déclaré, affirmant ne voir “aucune justification” à l’abandon de cette candidature.

Le président palestinien a soutenu qu’il maintiendrait sa demande d’adhésion des Palestiniens à l’ONU même en cas de reprise des négociations avec Israël.

Le chef de la diplomatie palestinienne, Riyad al-Maliki, a soutenu que les Palestiniens souhaitaient se focaliser sur l’obtention du statut d’Etat-membre à l’ONU. Mansour, a déclaré ce jeudi qu’ “il était temps pour le Conseil (de Sécurité de l’ONU) d’agir”, au moment où ce même Conseil a commencé à étudier la demande d’adhésion des Palestiniens. “Les Palestiniens veulent être membre de l’Onu, rien d’autre” a t-il ajouté.

Selon le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, la volonté des Palestiniens d’intégrer d’autres agences de l’ONU “n’est bénéfique ni pour la Palestine ni pour personne”.

La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a affirmé que la demande palestinienne d’adhésion à l’Onu en tant qu’Etat membre à part entière, ne progresse pas pour l’instant.

”Cette demande ne mène nulle part dans un avenir proche. Même s’il y avait des progrès, un Etat (palestinien) ne verrait pas le jour grâce à l’Onu. Cela n’arriverea pas”, a-t-elle déclaré. ”Maintenant il faut revenir aux négociations pour commencer à discuter effectivement des frontières”, a-t-elle ajouté.

L’ambassadrice des États-Unis à l’Onu, Susan Rice, a déclaré à New York, que l’initiative palestinienne pour la reconnaissance d’un État ne va pas faciliter le processus de paix, mais aurait plutôt tendance à le compliquer, et même à empêcher d’aboutir à un accord par la négociation”.

Néanmoins à Moscou , qui soutien classiquement les dictatures arabes, on est d’un autre avis.

“L’État de Palestine”, qui a déposé une demande d’admission à l’ONU en septembre dernier, “remplit tous les critères” pour y adhérer, a déclaré mardi à New York le représentant permanent de la Russie auprès de l’ONU Vitali Tchourkine.

“Nous avons reconnu l’État palestinien en 1988, et nous sommes prêts à appuyer cette nouvelle demande des Palestiniens. Nous considérons que leur État remplit tous les critères d’adhésion prévus par la Charte des Nations unies”, a indiqué M.Tchourkine. L’intention des Palestiniens de faire partie de l’ONU est “logique et légitime”, et “la demande palestinienne ne nuit aucunement aux négociations avec Israël, et n’influence en rien son avenir. Au contraire, elle ne fait que le conforter”, a ajouté le diplomate russe.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*