| More

Il semble que la guerre en coulisses entre les mollahs Iraniens et la Central Intelligence Agency (CIA) est une guerre sans fin.

Les États-Unis ont réclamé la libération immédiate de l’Américain d’origine iranienne Amir Mirzaï Hekmati, présenté par Téhéran comme un agent de la CIA. L’Américain d’origine iranienne Amir Mirzaï Hekmati, arrêté en Iran et présenté par Téhéran comme un agent de la CIA, n’est pas un espion, a affirmé le département d’État .

Le gouvernement des États-Unis croit-il que M. Hekmati a été faussement accusé d’être un espion ? “Oui, nous le croyons”, a répondu la porte-parole Victoria Nuland interrogée par un journaliste.

La télévision d’État iranienne a diffusé des images montrant un jeune homme présenté comme un agent de la CIA, Américain d’origine iranienne, qui a été arrêté par Téhéran et confesse avoir eu pour “mission” d’infiltrer le ministère du Renseignement.

Ali Hekmati, le père de l’Américain d’origine iranienne soupçonné par Téhéran d’espionnage, a nié que son fils soit un agent à la solde de la CIA. Il a indiqué que son fils a été arrêté en Iran alors qu’il était venu rendre visite à sa grand-mère.

15 personnes ont été accusées la semaine dernière par la justice iranienne de réaliser des actions d’espionnage pour les États-Unis et Israël. Le procureur général de Téhéran, Abbas Jafari Dolatabadi avait déclaré qu’”un acte d’accusation a été émis par le parquet contre ces quinze personnes, qui espionnaient pour les États-Unis et Israël”, cité par l’agence Fars.

En mai dernier, un réseau de 30 agents de la CIA impliqués dans des actes de sabotage et recherche d’information secrète, ont été arrêté en Iran. Le ministère iranien du Renseignement avait annoncé le 21 mai 2011 le démantèlement d’un réseau “d’espionnage et de sabotage” ainsi que l’arrestation de “30 espions” accusés de travailler pour les États-Unis, sans donner d’indications sur leur identité ou les circonstances de leur arrestation. Selon le ministère, ce réseau “tentait de piéger les citoyens iraniens en offrant des visas, la promesse de permis de résidence du travail et des visas d’études aux États-Unis “.

Tout semble indiquer que les USA sont en période de guerre de renseignement contre le régime intégriste des mollahs. Il y’a un haut degré de détermination à ne pas laisser les ayatollahs fabriquer la Bombe.Ces mêmes hommes de la CIA font de leur mieux pour s’infiltrer en Iran pour saper les activités nucléaires du pays.

A ce propos, l’on se souvient des opérations récentes de sabotage contre le nucléaire offensif iranien, dont certaines, comme les assassinats de scientifiques iraniens, les pannes sur les sites nucléaires iraniens et les explosions dans des bases des Gardiens de la Révolution iranienne, sont généralement attribuées aux services de Renseignements occidentaux.

Le régime, qui est en train de se donner un système nucléaire et balistique, estime que l’explosion en novembre 2011 d’un dépôt d’armes sur une base militaire près de Téhéran est due à une opération menée par les États-Unis et Israël contre le programme nucléaire iranien, selon le Los Angeles Times.

Le 12 novembre, cette énorme explosion sur une base des Gardiens de la révolution, a rasé la plupart des bâtiments et tué trente-six personnes, dont le général Hassan Moghadam, responsable des programmes d’armement de ce corps d’élite du régime et fondateur de leurs forces balistiques.

Un des moyens de pression de Washington sur les mollahs est le survol des avions sans pilote de renseignements. Néanmoins la méfiance est déjà profonde. Un drone espion américain a été capturé le 4 décembre par l’Iran au dessus de son territoire. Le ministre iranien de la Défense, Ahmad Vahidi, a exclu en toute restitution du drone espion américain ultra-secret.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*