| More

Israël serait au 27ème rang sur 36 des pays où l’immobilier est le plus cher, selon une étude réalisée et publiée par le magazine spécialisé “Global Property Guide” qui précise que le prix de l’immobilier a baissé de 3,2% en 2011 et, en prenant en compte l’inflation, la baisse s’établit à 5%.

La raison de cette baisse, selon le magazine, serait l’incertitude qui règne dans le monde, la colère sociale de l’été dernier, ainsi que les mesures prises par le gouvernement et la Banque d’Israël.

Selon l’étude réalisée de “Global Property Guide” les mesures prises par le gouvernement et la Banque d’Israël afin de forcer la baisse des prix ont eu leurs effets.

Malgré les informations signalant le retour des acquéreurs sur le marché de l’immobilier israélien, les données du Bureau central de la statistique du premier trimestre 2012, révèlent plutôt que le public attend encore des baisses de prix plus significatives. Le Bureau a recensé une hausse de 35% des logements neufs invendus fin avril, en année glissante. Au premier trimestre 2012, la demande pour des logements à l’achat a chuté de 12% par rapport à l’an dernier.

Les données du ministère du logement se fondent sur 80% des transactions enregistrées auprès de l’administration fiscale en Israël. Le prix moyen des maisons était de 1.110.000 shekels en Janvier 2012, c’est 2% de moins qu’en Décembre 2011 et de même 2% de moins qu’en Janvier 2010, a annoncé le ministère du Logement et de la Construction. Le prix moyen des maisons a en revanche chuté de 8% par rapport à son point culminant en Avril 2011.

Le ministère a également fait état des prix pour les logements neufs et les logements de seconde main. Pour les logements neufs, le prix moyen est de 1,36 million de shekels en Janvier, soit 11% de moins que le sommet du mois de Juin 2011. Pour les logements de seconde main, le prix moyen était 1.020.000 shekels, en baisse de 6% par rapport au sommet atteint en Avril 2011.

Le ministre du Logement et de la Construction Ariel Atias a déclaré: « Je me réjouis de la baisse constante du prix des logements. Il s’agit d’une conséquence directe de ma politique visant à accroître l’offre de terrains depuis que j’ai pris mes fonctions, afin de remédier à la pénurie de logements, provoquer la baisse des prix , et influencer le marché de l’ immobilier. L’augmentation de l’offre de terrains destinés aux résidences a donné lieu à un pic des mises en chantier et on compte 80.000 logements en construction active, le plus grand nombre depuis 12,5 ans (Juin 1999). L’offre est donc supérieure à la demande et faire baisser les prix. » L’objectif immobilier pour un marché pus abordable. Il est temps d’acheter…

Ftouh Souhail



Leave a Reply

*