| More

Notre confère Jonathan-Simon Sellem, leader de la blogosphère juive et créateur du premier média israélien francophone (JSSnews.com) vient d’annoncer sa candidature à l’Assemblée nationale pour la 8e circonscription des Français établis hors de France (Israël ,Italie, Malte, Saint-Marin, Saint-Siège, Chypre, Grèce et la Turquie ) avec comme suppléante Madame Véronique Genest, de son vrai nom Véronique Raymonde Marie Combouilhaud, comédienne française.

Ils se présenteront lors de la prochaine législative partielle organisée à la suite de l’annulation par le Conseil constitutionnel de l’élection de la députée PS Daphna Poznanski-Benhamou (PS), pour violation des règles sur le financement des campagnes électorales.

Au lendemain de l’annonce officielle de l’arrivée de Véronique Genest dans la campagne électorale au côté de Jonathan-Simon Sellem, ce dernier a accepté de répondre à quelques unes de nos questions.

jss

veronique-genest

JSSNews: Jonathan, tu as décidé de te présenter au poste de député de la 8e circonscription des français de l’étranger. Pourquoi cette décision ?

Jonathan-Simon Sellem : Après deux ans à évoluer dans la diplomatie israélienne et sept ans dans la presse, j’ai décidé de porter mon combat dans le domaine politique.

Ma décision est la suite naturelle et logique d’un combat que j’ai mené dans les médias. Je partage avec les Français d’Italie, de Grèce de Turquie, avec la communauté franco-israélienne qui se sent mal-aimée par la France, et avec les autres pays de la 8e circonscription, des préoccupations communes, étant expatrié moi-même.

Pourquoi penses-tu que les français de l’étranger devraient voter pour vous ?

Le rôle d’un député de l’étranger est de défendre les sujets chers aux expatriés, et personne ne peut être mieux placé qu’un expat, qui plus est jeune papa, pour les comprendre. Par rapport à un candidat parachuté de Paris, c’est un avantage essentiel. Le plus grand nombre de français de la 8e circonscription se trouve en Israël, pays où je vis et qui me place naturellement au cœur des sujets qui les préoccupent – qui me préoccupent.

C’est à dire ?

Parmi ces sujets, on peut citer au hasard l’épineux problème de la reconnaissance des diplômes : la France délivre des diplômes et le moins qu’elle doit faire c’est d’en défendre la valeur.

La député PS sortante dont les comptes ont été invalidés était également une franco-israélienne. Elle avait entamé un travail de fond important qui dépasse bien entendu les clivages politiques, et le travail est à continuer. Cela concerne les sujets sociaux : la sécurité sociale, les retraites, les pensions, la simplification des formalités administratives et bien entendu la francophonie et la culture.

Et concernant les ressortissants français d’Israël, je souhaite corriger quelques injustices: Lorsqu’un enfant nait à Jérusalem, le consulat refuse d’écrire le pays Israël sur son passeport pour des raisons de politique étrangère. Les gens n’ont pas à subir la politique et ils ne doivent pas naître « apatrides » avec un vide sur leur pays de naissance.

Les français d’Israël soutiennent l’intervention de la France au Mali, et ils trouvent normal que le gouvernement ait voulu protéger les 6 000 ressortissants qui vivent à Bamako du danger que représentent les islamistes. Ils ne comprennent pas, en revanche, pourquoi la France ne les soutient pas avec force lorsque les islamistes de Gaza tirent sur eux.


Véronique Genest a décidé de vous rejoindre et elle sera votre suppléante. Comment l’avez vous décidée ?

J’ai rencontré Véronique à Tel Aviv en décembre, je l’ai interviewée, et nous sommes devenus amis. C’est une femme engagée, qui a les idées claires sur les thèmes auxquels elle croit, et elle avait depuis longtemps envie de se lancer en politique. Les pays de la 8e circonscription la touchent de près : elle a de nombreux amis en Italie, elle adore la Grèce, et elle est tombée amoureuse d’Israël. Pour elle, la décision coulait de source. D’autant qu’un engagement en tant que suppléant est quelque chose de sérieux, certes, mais cela ne l’empêche en rien de continuer sa vie d’artiste.

——————————————————————
Notre Ftouh Souhail : je souhaite bonne chance à notre ami et confrère Jonathan-Simon. Si j’étais israélien, c’est sans nul doute pour lui que je voterais. J’ai remarqué, tout au long des années ou nous avons collaboré ensemble combien il aime la France mais aussi Israel et combien il s’implique dans ce qu’il fait. Ce sont des personnes comme lui, actif et intègre, qui devraient se présenter pour la députation. Veronique est aussi une femme très courageuse et qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense !

Leave a Reply

*