| More

Israël aurait transmit des enregistrements vidéos qui font état de l’emploi de l’armée syrienne  d’armes chimiques. Une attaque présumée qui a tué plus de 1.300 personnes, dans les faubourgs de l’Est de Damas, le 21 août 2013.

Une délégation importante de responsables sécuritaires israéliens est arrivé à Washington hier pour présenter un document enregistré top -secret sur l’utilisation du gaz innervant tiré d’une base militaire du Mont Kalmun, situé sur une chaîne montagneuse au Sud-Ouest de Damas.

Selon “Foreign Policy”, les renseignements américains sont convaincus que l’attaque chimique du 21 août 2013 est l’œuvre de Damas, après avoir entendu une conversation “paniquée” entre des responsables de l’armée syrienne.

“Lundi [21 août], dans les heures qui ont suivi la terrifiante attaque chimique à l’est de Damas, un responsable du ministère syrien de la Défense a eu des conversations téléphoniques paniquées avec le chef de l’unité des armes chimiques, demandant des explications sur la frappe à l’agent neurotoxique qui a tué plus de 1 300 personnes”, peut-on ainsi lire sur le site de la publication américaine spécialisée dans les relations internationales.

“Foreign Policy” en conclut que ce document audio est bien la preuve qui a convaincu les Américains que la “ligne rouge” avait été franchie. Grâce à ces écoutes les États-Unis sont donc convaincus que des armes chimiques ont bien été utilisés par Damas.

L’équipe israélienne qui a transmit ce document vidéo est dirigée par le conseiller sortant de Netanyahu à la sécurité nationale, Ya’acov Amidror. Elle comprend, également l’un des responsables majeurs au Ministère de la Défense, le Général-Major (de réserve) Amos Gilad, le chef du Directoire de la planification de Tsahal, Nimrod Sheffer et le chef du secteur de la recherche des renseignements militaires de Tsahal, le Général Itaï Brun.

Un ancien responsable du Mossad aurait révélé au journaliste du magazine allemand ‘Focus’ , le 26 août 2013, que l’unité 8200 du renseignement militaire de Tsahal aurait écouté les conversations de l’armée syrienne pendant l’attaque.

Le magazine allemand  a révélé que cette unité des renseignements de Tsahal écoutait les responsables de haut rang syriens, alors qu’ils s’entretenaient en arabe de la mise en œuvre de l’attaque chimique. Selon le reportage de Focus, une escouade spécialisée dans les écoutes téléphoniques au sein de la prestigieuse unité 8200 des renseignements, a intercepté cette conversation entre des chefs militaires syriens de haut-rang, dissertant de l’usage d’agents chimiques, au moment de l’attaque.

En plus de cela, le journal koweïtien ‘Al-Jarida’ a révèle qu’Israël aurait transmis a Washington, et a plusieurs pays européens, des informations, comprenant des documents et des photos, qui prouvent que les missiles équipes d’armes chimiques qui ont été tires vers la périphérie de Damas ont bien été lances a partir de positions de l’armée syrienne. Des responsables ‘bien informes’ ont précise au journal qu’Israël suit de très prés le problème des armes chimiques syriennes, et qu’elle surveille tout mouvement de ces armes grâce a des observations satellitaires, des drones, des cameras installées sur le territoire syrien, ainsi que grâce a des agents infiltres, de crainte que ces armes tombent entre les mains du Hezbollah. Le journal koweïtien déclare encore qu’ Israël aurait aidé a construire une “banque de cibles” en Syrie grâce aux renseignements précis qu’elle détient sur la Syrie.

Israël dispose de deux puissants centres d’écoute

Dans le sud d’Israël, il existe une des plus grandes stations d’écoute de la planète. Cette station  est pilotée par l’Unité 8200, une structure de renseignement peu connue, bien que dotée de moyens très importants.

 Interceptant les communications téléphoniques et leséchanges de données qui transitent par satellite au-dessus de la région, ainsi que sur certains câbles sous-marins en Méditerranée, cette station est localisée au nord-est de l’implantation d’Ourim en hébreu « lumières ».

Dans cette base secrète super protégée par des miradors et des barbelés électrifiés, des immenses antennes paraboliques de ” grandes oreilles ” qui espionnent, jour et nuit, toutes les communications internationales qui transitent par les satellites visés. Ici transitent, chaque jour, plusieurs milliards de messages, venus de tous les continents. Impossible de les ignorer, disent les experts israéliens, mais difficile de les traiter en entier. Dans leur faisceau, il faut seulement choisir les segments qui intéressant.  Ainsi, depuis plusieurs mois, tous ce qui passe en Syrie est sous la loupe des paraboles. Les experts israéliens, eux, sont assis devant des consoles d’ordinateurs. Ils vérifient le tri automatique du trafic. Seulement quelques milliers de communications interceptées remontent, chaque jour, au QG du service secret, à Tel Aviv pour déchiffrer les communications cryptées, ce qui est de plus en plus ardu.

Israël dispose d’ailleurs d’une autre station d’écoute au sommet du Mont Hermon (2 800 mètres) à l’extrême nord de la zone conquise qui se trouve à une soixantaine de kilomètres seulement de la capitale syrienne, Damas. Cet argument militaire n’ a pas perdu de sa force avec le perfectionnement des moyens militaires israéliens.

Israël dispose aussi d’un vaste centre d’espionnage du téléphone et d’internet sur les hauteurs du Golan juif . Cette base fait partie d’un vaste projet d’écoute visant à intercepter les communications numériques au Moyen-Orient.

La position géographique du Golan, situé entre le Liban, la Jordanie et Israël,  offre une position dominante surplombant toute la région.Le Golan a été gagné par Israël lors d’une guerre défensive initiée par les pays arabes voisins d’Israël.Le Golan qui fait partie intégrante du pays est un endroit stratégique pour Israël.

Souhail Ftouh

Leave a Reply

*