| More

543993-web-damas_bombardements

Alors que des rapports font état de l’emploi  d’armes chimiques en Syrie, Israël est sous le choc de cette attaque présumée à l’arme chimique, qui a tué plus de 1.300 personnes, dans les faubourgs de l’Est de Damas, le 21 août 2013.

La mort de ce millier de victimes innocentes  gazées à Damas, gazer d’innocents civils, a choqué les israéliens qui sont sorties à Tel Aviv pour dénoncer le silence du monde.

Les responsables, aussi bien syriens ont tous démenti que cette attaque ait été lancée par le Régime Assad, en accusant les rebelles d’être responsables, à la fois de ces morts et du rapport qui a fait suite à ce massacre. Ces agissements s’ajouteraient à une longue liste de graves crimes commis par le régime syrien avec l’aide de l’Iran, du Hezbollah et des citoyens loyalistes syriens.

Assad a effrontément transgressé les pires tabous, les uns après les autres,  n’hésitant pas à utiliser contre ses populations civiles, l’artillerie lourde, les bombardements au moyen d’hélicoptères, les missiles, et voilà qu’à présent, le sanguinaire Assad aurait franchi l’infranchissable et se serait arroger le droit de faire usage d’armes non conventionnelles et de gaz.

Les israéliens sont profondément préoccupés par les rapports attestant de centaines de civils syriens tués au cours de cette attaque par les forces du Gouvernement syrien, y compris par l’emploi d’armes chimiques. Les membres de la commission d’enquête, mandatés par l’ONU afin d’investiguer sur l’emploi présumé d’armes chimiques, ont été empêchés, par le régime syrien, de rendre visite aux civils blessés par ces armes chimiques.

Alors qu’il s’exprime rarement sur la situation en Syrie Benyamin Netanyahu dit cette fois son inquiétude devant les allégations d’utilisation d’armes chimiques par le régime d’Assad. Rappelant que la Syrie est un terrain d’essai pour l’Iran, et les crimes commis contre des civils par le régime syrien, ainsi que par le Hezbollah, il souligne au passage la nécessité d’empêcher la République islamique de se doter de l’arme nucléaire.

Le Premier ministre israélien  avait averti que le plus grand danger pesant sur la paix du monde au XXIème siècle consistait à mettre des armes non conventionnelles,  aux mains de régimes non conventionnels. A la tête de ces régimes non conventionnels, se trouvent des dirigeants fous qui peuvent donner libre cours à leur folie, des barbares qui peuvent exercer librement leur barbarie et des Huns qui peuvent agir à leur guise.

Le 22 août 2013 c’est en anglais que s’est exprimé le Premier ministre israélien à propos de la Syrie en ces termes :

« L’utilisation alléguée d’armes chimiques contre des civils innocents est terriblement inquiétant.

« Il faut préciser que la Syrie constitue un laboratoire d’essais pour l’Iran qui suit de très près les réactions du monde, face aux crimes perpétrés par la Syrie et  le Hezbollah, son bras armé. Les derniers événements viennent confirmer une fois de plus, qu’il est interdit de mettre entre les mains des régimes les plus dangereux dans le monde, les armes les plus dangereuses au monde ». a dit le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans un Communiqué du 23 août 2013.

Les services de renseignement israéliens estiment que la Syrie a utilisé des armes chimiques contre des civils,le 21 Août 2013, et pas pour la première fois, selon le ministre de l’Intelligence et des Affaires stratégiques Yuval Steinitz (Likoud).

La communauté internationale a de son côté exhorté l’ONU à vérifier les accusations de recours aux armes chimiques en Syrie. Les enquêteurs des Nations unies sont sur place et une haute responsable de l’organisation est arrivée samedi à Damas pour négocier les modalités de l’enquête.

«Le régime d’Assad a déjà utilisé des armes chimiques à plusieurs reprises. Le nombre de morts en Syrie a désormais franchi la barre des 100.000. C’est une lutte pour la vie et la mort et il n’y a pas de fin en vue », a dit Le ministre de la Défense Moshe Ya’alon

Yaalon a ajouté que 60 pour cent de la Syrie n’était plus sous le contrôle du président Assad, mais est plutôt gouvernée par divers groupes d’opposition. Le ministre de la Défense a déclaré que l’utilisation d’armes chimiques indique à quel point désespérée est le président syrien.

Israël était présentement préoccupé par la « ligne rouge souple » américaine concernant l’utilisation d’armes chimiques et la façon dont cela peut affecter la dissuasion régionale et d’autres conflits, comme la menace nucléaire iranienne.L’attaque de 21 Août 2013 est venu exactement un an après que le président américain Barack Obama ait averti Assad contre l’utilisation d’armes non conventionnelles sur la population civile, en disant que cela représentait une «ligne rouge» pour les Etats-Unis qui les obligeraient à agir.

Les États-Unis ont annoncé le déploiement de moyens militaires “pour faire face à toutes les éventualités”.Vendredi, Washington a donc annoncé le déploiement de moyens militaires, “pour faire face à toutes les éventualités”, soulignant qu’un tel déploiement ne signifiait en rien qu’une décision d’intervention avait été prise.

Souhail Ftouh

Leave a Reply

*