| More

L’économie israélienne se porte bien. Selon les données publiées cette semaine par le Bureau central des statistiques, le PIB a augmenté de 4,7%, en rythme annuel, durant le premier trimestre 2011.

Les analystes eux-mêmes ont été surpris, qui s’attendaient à une croissance moins de 4 %. Jusqu’à présent, la Banque d’Israël tablait sur une croissance de 3,8% pour cette année.

En janvier 2011 le FMI a salué les “fondamentaux robustes” et la “résilience” de l’économie israélienne en 2010.

“Israël a été modérément affecté par la récession globale, après un ralentissement en 2009, la production devrait croître de 4% en 2010?, avait indiqué le FMI en soulignant la baisse du chômage de 8% en 2009 à 6% en 2010.

Selon les projections du FMI, le taux de chômage devrait diminuer à nouveau à 5,5%, et les réserves en devises étrangères devraient atteindre le montant record de 74 milliards de dollars (contre 70,9 milliards en 2010).

Le PIB par tête d’habitant est actuellement évalué à 27.904 dollars par an. La Banque d’Israël a pour sa part suivi les recommandations du FMI et annoncé une hausse de 0,25% de son taux directeur à 2,25% en vue de maintenir sous contrôle l’inflation qui devrait se stabiliser autour de 2,6% cette année contre 2,7% en 2010.

D’autre part la commission parlementaire de l’économie a approuvé ce lundi la proposition du Trésor de faire une coupure transversale de 800 millions de shekels afin de financer les réductions du prix des transports publics ainsi que le budget de la défense passive et des pompiers.

On suivra enfin avec attention la lettre ouverte du président de la commission de l’Economie à la Knesset au Premier ministre, duquel il est très proche. Le député Ofir Akounis demande le relèvement des taux d’imposition pour les faire passer de 45% à 60%.

“La tendance aux salaires honteusement élevés, aux parachutes dorés et autres bonus, même lorsque les résultats des sociétés ne sont pas excellents, doit absolument cesser”, écrit le député Likoud.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*