| More
1st International Digital Diplomacy Conference in Israel

1st International Digital Diplomacy Conference in Israel

 

Selon une étude publiée dans le congrès mondial de la  diplomatie numérique lancé par le ministère israélien des Affaires étrangères  pour la première à Jérusalem avec la participation de nombreux  pays, l’État Hébreu se trouve dans le top 10 des meilleurs pays actif dans le domaine de la diplomatie numérique.

 

La classification  qui est faite par un groupe d’experts du Département de communication et de l’Institut de recherche sur l’Internet de l’Université de Tel-Aviv, a retenu  un certains nombres de critères, y compris l’ouverture aux citoyens, la gestion de contenu, la transparence et la créativité.

 

Le concept de “diplomatie numérique désigne donc le prolongement de l’ensemble de la diplomatie traditionnelle par le biais d’innovations et d’usages induits par les technologies de l’information et de la communication (TIC). L’outil numérique n’est pas considéré comme un simple moyen de transmission de l’information mais il contribue à transformer l’activité diplomatique.

 

En effet la diplomatie numérique est l’une des priorités du ministère des Affaires étrangères à Jérusalem. La communication sur les réseaux sociaux est aujourd’hui primordiale alors que les esprits sont bombardés par la propagande antijuive et antisioniste.

 

D’ailleurs une étude du Dr. Elad Segev et d’Ilan Manor du Département de communication et de l’Institut de recherche sur l’Internet de l’Université de Tel-Aviv, montrent que les comptes Twitter de l’Autorité palestinienne  sont parmi les plus importants et les plus populaires du réseau social des Nations Unies. Les Palestiniens utilisent Twitter pour diffuser des informations sur leurs activités, et réussissent à mobiliser un soutien pour leur action.

 

 

La propagande, la manipulation, et la désinformation atteignent depuis des années des sommets : ce sont de véritables opérations institutionnalisées dans les médias et les universités avec notamment des sempiternels mensonges autour d’Israël : ‘’occupation’’ ; ‘’génocide’’, ‘’judaïsation’’.

 

Contrer par exemple le développement de la campagne de boycott d’Israël « BDS » dans une  société numérique requiert le recours aux technologies numériques à côté de la diplomatique traditionnelle.

DIPLOMATIE NUMERIQUE EN ISRAEL2

Pour Israël la diplomatie  numérique vise notamment  la promotion de l’image de l’État et donc à la défense de ses intérêts. Elle s’emploie aussi à mieux faire connaître du grand public la politique d’Israël. Elle résulte de l’action conjuguée des services centraux du ministère et de son réseau diplomatique.

 

Le ministère des Affaires étrangères fait partie des premières institutions israéliennes qui, dès 1995, ont disposé d’un site web. Le site :totalise aujourd’hui près de 700 milles visiteurs par mois, dont près d’un tiers consultent son service phare : Diplomacy in Video

Le ministère met à la disposition de son réseau diplomatique de nombreux outils et services : soutien éditorial, maquette type pour le site de l’ambassade ou du consulat, solution d’hébergement, assistance téléphonique et en ligne, tutoriels. Ce soutien concerne à la fois leur communication sur le site web institutionnel et sur les réseaux sociaux pour augmenter les interactions autour des contenus postés.

 

Les ambassades et consulats israéliens sont également près d’une centaine sur les réseaux sociaux. Ils utilisent principalement Twitter et Facebook.

 

Depuis 2006  le ministère a mis en place une politique volontariste de communication sur les réseaux sociaux. Il a par exemple été le premier ministère en Israël à ouvrir un compte Twitter dès le printemps 2010. Depuis 2013, des sessions régulières de questions/réponses sur Twitter permettent d’échanger avec des responsables du ministère des Affaires étrangères, via le hashtag

 

Sur le web social, la diplomatie ne se conçoit plus seulement d’État à État, mais aussi entre l’État et la société civile. Les réseaux sociaux offrent à cette dernière la possibilité d’échanger directement avec le ministère.

 

Social-Media

Cinq axes de la stratégie de communication numérique israélienne

 

*Renforcer la qualité des services diplomatiques et consulaires offerts

*Soutenir le réseau des postes diplomatiques en matière de communication numérique.

*L’ouverture de nouveaux comptes sur Twitter et Facebook en langues étrangères (renforcer le dialogue avec le monde arabe)

*La lutte contre la désinformation et soutien aux  groupes pro-israéliens dans Hasbara

*Promouvoir l’innovation technologique d’Israël auprès des opinons publiques étrangères (les domaines de l’eau et de l’agriculture, de l’agroalimentaire et des énergies renouvelables).

 

La dynamique de l’environnement international contemporain, complexe, interconnecté et survoltée présente de nouveaux défis pour les diplomates israéliens.

 

Depuis 2013, le ministère des Affaires étrangères a mis en place un programme de formation au web social pour tous les diplomates partant en poste à l’étranger. Des formations à mi- carrière sont également dispensées.

 

Merci aussi à Internet et à tous les blogueurs courageux qui osent défendre Israël !

 

 

Souhail Ftouh 

 

Leave a Reply

*