| More

Qoros1

Modernité de la conception, solidité et sécurité sont au programme de la nouvelle marque israëlo-chinoise 

C’est le genre de nouvelles qui irritent les anti-sionistes en tous genres soucieux d’assister à l’expansion économique d’Israël avec son savoir technologique.

À l’honneur au salon de Genève cette année a été révélée une nouvelle voiture israëlo-chinoise baptisée Qoros. Elle a surpris par la qualité de sa finition, très au-dessus de ce que proposent habituellement les marques pour ce prix (moins de 20.000 € en version de base)

Qoros est le produit de la collaboration entre le constructeur chinois Chery et la holding financière israélienne, Israel Corporation.

Pour parfaire son développement et accroître sa crédibilité (il n’est pas facile de lancer une nouvelle marque automobile), Qoros s’est associé avec les plus grands équipementiers du moment pour développer une voiture techniquement dans le coup et surtout bien loin de ce qu’ont tenté de proposer des constructeurs comme Brilliance il y a quelques années !

La nouvelle marque Qoros a recruté des ingénieurs chez Volkswagen, BMW, Volvo, Mercedes et GM et a collaboré étroitement avec les grands équipementiers comme Bosch, Continental, Magna et Valeo.

Qoros2
La  marque israëlo-chinoise Qoros  se positionne comme un modèle familial de milieu gamme.

La Qoros GQ3 est une berline tricorps d’environ 4.70 m de long (le gabarit de l’Octavia 3), 1.84 m de large et 1.42 m de haut. Dans l’habitacle de la GQ3, c’est le style de germano-rigide qui prédomine avec une inspiration puisée chez VW notamment pour le dessus de la planche de bord. Toutes les Qoros GQ3 devraient proposer un grand écran tactile avec systèmes d’infotainment, de navigation et multi connectivité. Qoros annonce aussi une belle largeur de 1.84 m qui laisse augurer d’une belle habitabilité. A vérifier dans quelques mois.Modernité de la conception, solidité et sécurité sont au programme de la nouvelle marque israëlo-chinoise qui va partir à l’assaut de l’Europe et probablement de l’Amérique.

La Qoros 3 « n’est pas une Mercedes ou une BMW, mais c’est un bon produit », explique Volker Steinwascher, vice-président du nouveau constructeur automobile Qoros.

« Nous visons la clientèle de Skoda, d’une Volkswagen Golf, d’une Opel Astra, d’une Toyota Corolla (toutes des berlines compactes) », explique Stefano Villanti, directeur des ventes. « Nos principaux arguments de vente seront la valeur du produit, le design, l’électronique, le contenu luxueux par rapport aux constructeurs généralistes européens ».

« Nous avons embauché des ingénieurs de partout. Et nous avons collaboré avec les meilleurs équipementiers. Pour les boîtes de vitesses, on a travaillé avec l’ allemand Getrag, qui a étudié entièrement les transmissions. Nous, nous avons juste fait la mise au point. Avec Valeo, on a défini nos besoins, et ce sont leurd équipes qui ont conçu les modules. Avec tout ça, on a développé le véhicule en 36 mois. Sinon, il aurait fallu dix ans », indique Volker Steinwascher à La Tribune.

« Jamais, un constructeur n’a été aussi vite pour développer une voiture. En même temps, il a fallu construire l’usine et recruter les concessionnaires ». « Les gens que nous avons recrutés ont été séduits par notre rapidité d’exécution. On a des actionnaires qui n’interfèrent pas. Nous décidons nous-mêmes ce qu’il faut faire. Du coup, on est très efficaces ».

quro3

Le style est européen, classique et de bon goût.

Le break sera pour l’Europe de l’ouest, précise Stefano Villanti. La Qoros 3 est destinée à la Chine et à l’Europe de l’est. Au salon, la marque présentait également un 4×4 hybride dérivé du break. L’usine est prévue pour produire 150.000 voitures par an et pourra aller jusqu’à 450.000.Commercialisation au second semestre 2013 en Chine, à la fin de l’année en Europe de l’est et fin 2014, voire 2015 en Europe de l’ouest.

Israël n’a pas comme l’Allemagne, la France ou le U.K. une histoire avec les voiture. Mais le marché chinois est incontournable et travailler avec eux ne peut qu’être positif. BMW a vendu 24 millions de voitures en Chine en 2012.

Rappelons que le constructeur automobile israélien électrique Better Place a déjà mis au point, en partenariat avec un constructeur français d’automobile Renault l’une des premières voitures 100% électrique.L’Alliance Renault-Nissan a investi un milliard d’euros pour son projet de véhicules électriques,made in Israël.La Renault Fluence ZE est le tout premier véhicule électrique disponible sur le marché israélien, depuis 2011. Après Israël, Better Place vise le Danemark et l’Australie. La Chine, le Japon, la Californie, Hawaii et l’Ontario sont aussi dans les cartons.

Le gouvernement israélien a approuvé aussi un projet visant à doper le segment des véhicules électriques du pays à coups de millions de dollars de subventions, l’objectif étant d’encourager les automobilistes à acheter de ce type de voitures dans les zones urbaines. En Israël, la taxe à l’achat sur les voitures électriques est à seulement 10%. En janvier dernier, le gouvernement israélien a décidé d’établir des normes et des services pour les voitures de catégorie L qui correspondent aux mini-voitures électriques.

L’opinion publique israélienne est plus que jamais intéressés à utiliser les voitures électriques. Avec les embargos sur le pétrole du Moyen-Orient, les Israéliens sont trop conscients du coût du pétrole . Les habitants veulent voir des modes de transport plus écologiques, et ceux qui utilisent moins d’huile étrangère.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*