| More

Andrew Shapiro, le sous-secrétaire d’Etat américain chargé des Affaires militaires, a indiqué ce samedi 5 novembre 2011 qu’Israël et les Etats-Unis allaient organiser le plus grand et plus significatif exercice militaire commun depuis le début de leurs relations.

Cet exercice devrait impliquer plus de 5.000 soldats israéliens et américains. Y participeront, les forces terrestres, aériennes et maritimes, ainsi les services de renseignements des deux pays.

Ces manœuvres militaires seront un message que les deux nations seront disposer pour attaquer les sites nucléaires iraniens. L’Iran est déjà averti.

Le président Shimon Peres, connu dans le monde entier pour son pacifisme, a déclaré vendredi qu’il croit qu’Israël et une partie du monde pourrait bientôt entreprendre une action militaire contre l’Iran.

En outre, cette semaine s’est déroulée un entraînement en Sardaigne de l’armée de l’air de Tsahal de simulations de “longs” vols (même distance qu’avec l’Iran), de frappes au sol et de combats aériens.

Les avions de chasse OTAN stationnés à Decimomannu (Cagliari, Sardaigne) avaient à peine fini de bombarder la Libye que s’est immédiatement déroulée dans la base aérienne la manœuvre Vega 2011. Hôte d’honneur l’aviation israélienne, qui, avec celles italienne, allemande et hollandaise, s’est exercée à des « attaques à longue portée ».

La manœuvre fait partie de la coopération militaire Italie-Israël, établie par la Loi du 17 mai 2005. Elle entre aussi en même temps dans le « Programme de coopération individuelle » avec Israël, ratifié par l’OTAN le 2 décembre 2008. Elle comprend non seulement des manœuvres militaires conjointes, mais l’intégration des forces armées israéliennes dans le système électronique OTAN et la coopération dans le secteur des armements.

Ces exercices de défense aérienne d’envergure ont notamment pour objectif de préparer Israël à une confrontation avec l’Iran.

Un responsable militaire a reconnu, dans un entretien à la radio publique israélienne, que l’exercice était destiné à préparer le pays à faire face à une éventuelle confrontation avec un Iran doté de l’arme nucléaire.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*