| More

Le président israélien Shimon Pérès a appelé la communauté internationale à multiplier ses efforts pour faire cesser l’effusion de sang en Syrie et a exprimé son soutien aux rebelles, dans une interview à la radio publique israélienne.

Le Premier ministre Binyamin Netanyahu a indiqué au sujet des récents massacres perpétrés par le gouvernement d’Assad que l’Iran et le Hezbollah aident le régime syrien.

Le vice-ministre israélien du développement de la Galilée et du Néguev, le Druze Ayoub Kara, a accusé samedi le régime d’Assad d’avoir recours aux armes chimiques contre les civils syriens. Les photos qu’il a vues, a déclaré ce vice-ministre du Likoud sur les ondes de Kol Israël, ne lui laissent aucun doute que les forces du président Assad ont utilisé des armes chimiques contre des hommes, des femmes et des enfants. Il a ajouté que des médecins israéliens sont actuellement à la frontière syro-turque pour soigner les victimes syriennes de la violente répression du régime d’Assad.

Quelque 1500 Arabes israéliens ont manifesté à Tamra, en Basse-Galilée, pour dénoncer la violence du régime de Bachar al-Assad contre les civils de son pays. Ils brandissaient des portraits du président syrien, scandant : ”Assad massacre son peuple”. La manifestation était organisée par le Mouvement islamique israélien. Le chef de la branche nord, le cheikh Raëd Salah, et celui de la branche sud, cheikh Hamed Abou Dabbas y ont notamment participé.

L’armée syrienne a bombardé samedi deux bastions rebelles tuant 23 civils dont des femmes et des enfants, un nouvel épisode de la répression qui a poussé l’opposition à réclamer à la communauté internationale des armes sophistiquées pour faire tomber le régime. Ces violences surviennent au lendemain d’une journée sanglante avec 68 morts dans la répression et les combats entre soldats et rebelle, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), et du déplacement des observateurs de l’ONU sur les lieux du massacre à Al-Koubeir. Face à un régime déterminé à écraser la révolte lancée il y a 15 mois, le Conseil national syrien (CNS), la principale coalition d’opposition, s’apprête à désigner un nouveau président, qui aura pour difficile tâche d’unifier et rendre efficace cette instance marquée par de profondes divisions.

Au moins 17 personnes, dont neuf femmes et trois enfants de 12 et 13 ans, ont été tuées vendredi avant l’aube dans les bombardements violents de l’armée à Deraa (sud), où les premières manifestations de protestation contre le régime de Bachar al-Assad avaient éclaté le 15 mars 2011, a précisé l’OSDH.

Un des groupes d’opposition en Syrie, a déclaré que le nombre de civils tués durant la journée de samedi par les forces d’Assad se monte à 96 personnes, dont des femmes et des enfants

Au moins 14.115 personnes, en majorité des civils, ont été tuées en Syrie depuis le début de la révolte contre le régime du président Bachar al-Assad en mars 2011, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Le Kurde Abdel Basset Sayda a été élu nouveau chef du Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l’opposition au le régime du président Bachar al-Assad, selon un communiqué du CNS diffusé dimanche.

Le régime du président syrien Bachar al-Assad touche à sa fin et a perdu le contrôle de plusieurs villes, a affirmé dimanche le nouveau chef du Conseil national syrien (CNS), Abdel Basset Sayda.

Le nouveau chef de l’opposition syrienne Abdel Basset Sayda a appelé dimanche tous les responsables du régime et des institutions d’Etat « à faire défection », lors d’une conférence de presse à Istanbul. M. Sayda, qui a été élu ce week-end à la tête du Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l’opposition au régime de Bachar al-Assad, a par ailleurs appelé les Syriens dans le monde entier à manifester contre les violences perpétrées par le régime de Damas.

L’Armée syrienne libre (ASL), qui combat les troupes du régime de Bachar al-Assad, a appelé la population syrienne à la désobéissance civile et pressé les militaires de faire défection, selon un communiqué publié dimanche. « Nous appelons la population à lancer une grève générale conduisant à la désobéissance civile » et « nous pressons les militaires et les officiers de l’armée régulière qui n’ont pas du sang sur les mains à rejoindre les combattants », a indiqué ce communiqué du colonel Kassem Saadeddine, porte-parole de l’ASL en Syrie. Pour l’ASL, force d’opposition armée formée principalement de déserteurs, « l’heure de la libération et du changement a sonné », indique le texte.

La chaîne de télévision Al Arabiya annonçait dimanche que des rebelles syriens étaient parvenus à prendre le contrôle d’une base aérienne de l’armée syrienne, dans la région de Homs.

Walid Succariyeh, député membre du Hezbollah, a déclaré vendredi qu’une éventuelle chute du régime de Bachar el-Assad affecterait le parti chiite. “La chute du régime syrien restreindrait le rôle de la résistance”, a reconnu M. Succariyeh à la télévision al-Manar

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*