ware

Jamais dans l’Histoire  on n’a vu une organisation terroriste bénéficier de l’immunité face à un Etat qui défend ses citoyens.

Le Hamas accuse Israël de punir les civils dans son action de légitime défense, »Bordure protectrice », alors que lui-même a choisi délibérément d’exposer les civils palestiniens qui suscitent en ce moment une motion particulière dans l’opinion mondiale .

Selon un bilan communiqué hier soir par les secours palestiniens, 1 712 Palestiniens, très majoritairement des civils, ont été tués dont 252 enfants. Ce bilan augmente au fil des bombardements, mais aussi à mesure que les recherches découvrent de nouveaux corps sous les gravats.

Côté israélien, 63 soldats et 3 civils ont été tués et 400 autres blessés. L’armée a annoncé avoir frappé plus de 4 000 « cibles » dans la bande de Gaza et a recensé environ 2 000 roquettes tirées sur Israël.

Israël s’en tient à son droit de légitime défense, dont il s’efforce, de réduire l’impact sur la population civile, comme en témoigne ses efforts pour limiter les « dégâts collatéraux »

Jérusalem s’attend maintenant à ce que la communauté internationale reconnaisse le droit d’Israël à la légitime défense.
Les opérations militaires israéliennes à Gaza sont un impératif conçu pour empêcher le lancement de roquettes sur les centres de population israélienne, et sont clairement un acte d’autodéfense avalisé par la loi internationale.

Ce que certains considèrent comme une «  riposte disproportionnée » n’était en réalité qu’un acte, tardif même trop tardif, de légitime-défense de la part d’Israël suite à la chute sur son territoire de plus de 10.000 roquettes ou obus depuis des années.

L’accusation souvent diffusée d’une utilisation disproportionnée de la force par l’armée israélienne trahit l’ignorance de la loi internationale, ou un simple désir de dénigrer Israël.

La notion de proportionnalité d’une réaction à une agression ne peut en aucun cas être mesurée par rapport à l’ampleur des dommages qui a été provoquée ; elle doit être jugée sur la base de l’objectif légitime, qui est de mettre un terme à cette agression. C’est-à-dire que si l’on bombarde une maison où il y a des dizaines de roquettes qui n’ont pas encore été tirées, ce n’est pas disproportionné.

Le Hamas – il faut quand même le dire et le répéter – utilise les civils à la fois comme boucliers et comme cibles.Et même selon le droit international, de manière la plus claire possible, le fait de se cacher dans une maison où il y a des civils ne vous donne pas l’immunité si vous êtes une cible militaire normale.

Pas une seule femme, un seul enfant, un seul « civil » n’aurait été tué sans les actions du Hamas, et, en particulier, sans le recours aux boucliers humains. Pas une seule école, hôpital, mosquées n’aurait été touché s’il n’avait servi de base arrière d’attaques terroristes et utilisé comme lieu de stockage ou de fabrication d’armes et d’explosifs ( L’ONU a reconnu le 30 juillet 2014 sur les ondes de la CBC que le Hamas utilise ses installations comme des boucliers.)

Crier à la « disproportion » est une insulte au souci des Israéliens de limiter les pertes en vies humaines. Il n’est pas disproportionné de vouloir survivre. Ce qui est « disproportionné », ce ne sont pas les opérations israéliennes à Gaza, mais la réaction de ceux qui nient le droit d’Israël de se défendre. Il est « disproportionné », en vérité, de condamner l’Etat hébreu quand il remplit ses obligations premières, qui sont d’assurer la sûreté physique de son territoire et de sa population.

En réalité, ceux qui parlent de «disproportion», parmi les détracteurs de l’Etat Juif veulent qu’Israël reste sans rien faire pendant que ses populations sont bombardées. Ou alors l’armée israélienne devrait user de sa suprématie technique et se borner à utiliser les mêmes armes que le Hamas, c’est-à-dire la guerre des roquettes et les tunnels sous les écoles, des habitations, des jardins d’enfants, des hôpitaux et des mosquées !

L’argument de la « riposte disproportionnée » est inepte. La proportionnalité d’une riposte ne doit pas être établie de manière mécanique à la lueur de l’arithmétique des pertes et du nombre des victimes d’un côté ou de l’autre, mais en fonction de l’ampleur de la menace qui pèse. En maintenant plus de 2.000.000 citoyens israéliens civils sous la menace permanente des tirs aveugles d’engins meurtriers de manière permanente, et ce, sans aucune provocation israélienne, le Hamas perpètre des crimes de guerre et choisit de ce fait délibérément la confrontation militaire. Il porte la responsabilité de la situation actuelle.

A ceux qui prétendent d’usage « disproportionné » de la force décriée par la communauté internationale. J’ai envie demander: où étiez-vous, ces huit dernières années, lorsque les Israéliens du Sud étaient constamment bombardés ? Pourquoi on ne vous a pas entendu à ce moment-là ?Et est-ce qu’une autre nation, excepté Israël, aurait été condamnée pour avoir répondu à ces attaques ? Qu’est-ce qui est effectivement disproportionné dans la réponse d’Israël au tir de 5.000 fusées qui avaient toutes pour fonction de tuer des juifs en Israël ? Fallait-il qu’Israël tire 5000 fusées en réponse pour réaliser la proportionnalité ?

Tant qu’il n’y’ à pas un vrai gouvernement partenaire pour la paix, Israël devait riposterait sévèrement aux roquettes palestiniennes tirées contre son territoire à partir de la bande de Gaza.

Le chemin de la paix passe par l’élimination des organisations violentes et aussi par une Autorité palestinienne responsable et moins lâche qui se décide à éradiquer définitivement le terrorisme de son territoire. Parce-que cela n’a pas été fait, Israël est contraint aujourd’hui »hui de nettoyer à nouveau Gaza et d’effectuer ce travail indispensable que l’Autorité palestinienne actuelle est incapable de faire.

Il est donc important de continuer cette campagne de Tsahal contre les attaques de roquettes de Kassem, afin de déraciner l’infrastructure du terrorisme et d’assurer la paix et la sécurité aux résidents du sud d’Israël.

Malgré que sa population vie sous des attaques quotidiennes et meurtrières à la roquette, l’Etat d’Israël avait pris une décision hautement significative celle de renoncer à des coupures d’électricité dans le cadre de ses mesures de représailles économiques contre la bande de Gaza, suite aux recommandations du conseiller juridique du gouvernement israélien.

Pourtant, Israël est en droit d’appliquer des mesures économiques contre cette « entité hostile », mais les responsables Israéliens ont retenus des considérations purement humanitaires. Israël avait évité des risques qui pourraient courir aux populations civiles qui sont pris en otage par le Hamas depuis 2007.

Malgré les tirs incessants de roquettes palestiniens, Israël, le seul pays civilisé au monde, continue d’assurer un soutien humanitaire au peuple palestinien- notamment des vivres, des médicaments et de l’énergie .

Veilleurs infatigables sur Israël, refusant tout compromis relatifs quand à la sécurité de leurs citoyens, tous les grands succès politiques israéliens sont passés par Tsahal. Seule contre tous, la nation israélienne sait qu’en toutes circonstances elle peut compter sur son armée.

Souhail Ftouh