| More

A l’issue de l’audition qui a eu lieu lundi, 20 février 2012, au tribunal du travail de Tel-Aviv, le ministre des Transports Israël Katz et le secrétaire général de la Histadrout, Ofer Eini, se sont mis d’accord pour une « trêve » de quinze jours au cours desquels se dérouleront des négociations intensives pour arriver à un accord sur le sujet de la maintenance des wagons.

La Histadrout (centrale syndicale israélienne) a présenté une dimanche au tribunal des Prudhommes de Tel-Aviv pour entammer un nouveau mouvement de grève des chemins de fer. Le conflit porte cette fois sur le fait que le ministre des Transport, Israël Katz veut imposer de façon unilatérale du matériel canadien.

La centrale syndicale Hisradrout avait déposé aussi, début février 2012, un préavis de grève généraledans le dossier des employés intérimaires, jugés trop nombreux, dans la fonction publique. Le secrétaire-général, Ofer Eini, avait demandé au Tribunal national du Travail d’accéder à sa requête, après l’échec des négociations avec le Trésor qui durent depuis trois mois. La grève, avait progressé les négociations. Le tribunal avait rejeté une première requête de mouvement social, le mois dernier, enjoignant à la Histadrout et au Trésor de poursuivre les négociations jusqu’à fin janvier.

Les fonctionnaires des collectivités locales avaient lancé un préavis de grève illimitée à partir le 16 janvier 2012. Les trois villes principales, Tel Aviv, Jérusalem et Haïfa ont été également concernées. “Il s’agit de sauver l’argent des contribuables suite aux propositions de lois populistes de députés et ministres et de hauts-fonctionnaires qui s’ennuient”, a précisé un communiqué de La Histadrout

Le 16 et 17 janvier 2012 les communes d’Israël etaient en grève. Elles réclamaient l’annulation d’un récent train de réductions sur la taxe d’habitation adopté par le ministère de l’Intérieur. Les éboueurs avaient désertés leur poste, les contractuels n’avaient pas dressé de procès verbaux… A noter que les communes de la périphérie de Gaza ne se sont pas joint à ce mouvement de protestation, et que la maire de Netanya, Myriam Feierberg s’en est elle aussi désolidarisée, estimant injuste de ”prendre les habitants en otages”.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*