| More


Aéroport Ben Gourion, vu de l’intérieur

Le ministre de la Sécurité intérieure, Itzhak Aharonovitch, a indiqué qu’Israël se prépare à accueillir dès à l’aéroport Ben Gourion les militants pro-palestiniens de la Flytilla.
”Beaucoup de gens ont déjà entendu que nous ne les autoriserons pas à embarguer, et n’arriveront pas. Mais nous nous fondons sur l’hypothèse de travail que des centaines de personnes tenteront d’arriver”, a-t-il indiqué ce samedi.

Il s’est déclaré satisfait de la coopération avec les compagnies aériennes étrangères qui ont tout simplement annulé les billets d’avion de ces militants.

Quelque 1.500 militants, dont 500 à 600 français, sont attendus dimanche ou lundi dans le cadre de l’opération “Bienvenue en Palestine”.

Les autorités israéliennes se préparent à l’arrivée des hooligans propalestiniens dimanche à l’aéroport Ben Gourion. Bien que cette nouvelle flottille aérienne devrait être moins importante que la précédente, pas moins de 650 policiers non armés et en civil “accueilleront” les provocateurs étrangers.

Dans le cadre de l’opération baptisée “Espace protégé 2”, des fonctionnaires de police, du ministère des Affaires étrangères et de l’Administration pénitentiaire gèreront la situation. A la différence de l’année dernière, tous les vols transportant des passagers suspects seront détournés sur le Terminal 1 de Ben Gourion (l’ancien aéroport) au lieu du terminal 3.

Trois gauchistes propalestiniens de nationalité étrangère ont été arrêtés mercredi à Hébron pour avoir agressé des policiers lors d’une manifestation non autorisée près du Tombeau des Patriarches. Quelques dizaines d’activistes étrangers se sont approchés du site religieux afin de protester contre la situation dans le secteur, mais n’avaient pas requis les autorisations nécessaires pour manifester. La police a dispersé les fauteurs de trouble.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a conseillé samedi aux militants pro-palestiniens qui veulent participer à l’opération “Bienvenue en Palestine” de “résoudre d’abord les problèmes” en Syrie, en Iran et dans la bande de Gaza.

“Nous vous suggérons de régler d’abord les problèmes réels de la région, puis de revenir et de partager avec nous votre expérience”, a écrit le Premier ministre dans une lettre publique au ton ironique diffusée par son bureau.

Les militants pro-palestiniens qui arriveront en Israël par voie aérienne via la ”Flytilla” (ndlr-flottille aérienne), tel que ce mouvement a été dénommé, recevront une lettre officielle des autorités israéliennes.

Dans cette lettre, Israël remercie les militants d’extrême gauche étrangers d’avoir choisi l’Etat juif comme sujet de leurs préoccupations, mais leur rappelle qu’il existe d’autres régimes dont il faudrait dénoncer la politique. ”Nous vous proposons en premier lieu de résoudre les réels problèmes dans la région et de revenir ensuite en Israël pour nous faire partager votre expérience”, conclut la missive, en allusion claire à la situation en Syrie.

Le mouvement Bienvenue en Palestine prévoit d’envoyer dimanche des milliers de militants pro-palestiniens en Israël pour protester ”contre les restrictions de déplacement vers et depuis les territoires palestiniens”. Des dizaines d’entre eux ont été empêchés d’embarquer dans plusieurs villes européennes.

Les autorités israéliennes ont annoncé qu’elles s’opposeraient à cette opération en bloquant leur passage, et cherchent à empêcher leur embarquement en fournissant aux compagnies aériennes des listes de passagers.

Lors de la première opération « Bienvenue en Palestine » en 2010, une centaine de militants avaient réussi à gagner la Judée Smarie , selon les organisateurs. Mais l’été dernier, Israël a pris des mesures drastiques pour empêcher l’opération, parvenant à dissuader les compagnies aériennes d’embarquer les militants au départ. Des dizaines de militants avaient réussi à arriver dans l’État hébreu mais avaient été détenues avant d’être expulsées.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*