| More

Le système de défense antimissile israélien “Dôme de fer” a intercepté le 7 avril 2011, et ce pour la première fois, une roquette au-dessus d’Ashkelon tirée depuis la Bande de Gaza.

A la suite de l’interception d’un missile par le système de défense Dôme de fer ce jeudi, le ministre de la Défense Ehoud Barak a soutenu qu’il fallait déployer entre six à neuf batteries supplémentaires afin de protéger les communautés proches de Gaza.

Israël s’est engagé, dans le développement d’un système de défense antimissile pour se doter de l’intercepteur dont il avait besoin pour protéger ses bases militaires et ses centres de population contre des attaques de missiles à courte et moyenne portée. Ce système a toujours besoin des exercices de défense pour se perfectionner, si jamais les tirs du Hamas ou du Hezbollah reprenaient.

Les services de renseignements israéliens estiment que les islamistes palestiniens du Hamas, qui contrôlent la bande de Gaza, disposent de plusieurs milliers de roquettes artisanales, tandis que l’arsenal du Hezbollah au Liban comprendrait plus de 40.000 engins de type Katioucha. Depuis des années, les militaires israéliens cherchaient à faire face. Après plusieurs dizaines de tests réussis, le système «Dôme de fer» a été déclaré bon pour le service.

Équipé d’un radar perfectionné, il est capable de choisir sa cible et de viser uniquement les roquettes se dirigeant vers des zones habitées ou des installations «stratégiques» telles des centrales électriques ou des raffineries. Autre avantage: «Le système est mobile et peut être déplacé facilement d’un front à l’autre», assure Eytan Eshel, responsable des projets de recherches et de développement du ministère de la Défense.

Israël dispose donc d’une parade antiroquettes pour protéger la population civile, son point faible en cas de guerre.

Matan Vilnaï, le vice-ministre de la Défense, reste toutefois prudent en soulignant qu’il ne s’agit pas d’une arme absolue. «100% de succès, cela n’existe pas en matière d’interception, 80% de réussites constituerait un très bon résultat», affirme cet ancien général.

Autre «problème»: le système n’est pas assez rapide pour neutraliser des roquettes ou obus de mortier tirés à moins d’une distance de 4,5 km. Or, plusieurs localités du sud d’Israël se trouvent à moins de 4,5 km de la bande de Gaza. Résultat, le gouvernement va devoir financer la protection avec des toits renforcés en béton notamment des habitations et des bâtiments publics situés dans les zones vulnérables.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*