| More

Le prestigieux prix Sapir de littérature a été attribué cette semaine à l’écrivain Hagaï Linik pour son livre Daroush La’hshan, qui traite d’une famille israélienne face à la perte d’un être cher. Cet équivalent israélien du Goncourt français, si l’on peut dire, est doté de 150.000 shekels.

Soixante-trois livres à l’origine se disputaient le prix. Les quatre autres finalistes étaient Dan Benaya Seri pour son livre “Arthur”, Moshe Sakal pour “Yolanda”, Matan Hermoni pour “hébreu Publishing Company» et Orly Castel-Bloom pour “La vie d’hiver.

Les juges étaient le Dr Omri Herzog, professeur Shulamit Almog, David Witztum, Prof Avidav Lipsker, Tamar Jinjihashvili et Yehoshua Simon.

Dans leur citation, les juges ont félicité Linik pour son livre qui represente le traumatisme intergénérationnel de deuil et de perte.

«Le roman pénètre dans les couches profondes et les plus douloureux de la conscience des parents qui sont l’objet», ont écrit les juges.

Le livre est «rempli de douceur, de la netteté, l’étonnement et l’humour, face à la force d’âme qui affine la douleur humaine.”

«Mon cœur bat la chamade», a déclaré Linik après la cérémonie. “C’est très excitant. Au fond je savais que le livre était digne.”

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*