| More

Ça se précise. Les Israéliens pourront monter à bord de trains express circulant  entre Tel-Aviv et  Jérusalem dans quelques mois.

 

La nouvelle  ligne de train express devrait connaitre ses premiers voyages commerciaux avant mai de l’an prochain a indiqué Israel Railways, la compagnie ferroviaire israélienne. De nombreux tests et homologations sont en cours.

 

Les  essais techniques des rames sur les voies de la ligne ont  déjà démarrés. Un premier  test a été réalisé, cette semaine, par la compagnie ferroviaire israélienne sur la ligne Tel-Aviv Jérusalem. Une locomotive et des wagons chargés à blocs ont pu tester la solidité des structures sur toute la ligne.

 

La capitale d’Israël ne serait plus qu’à 30 minutes de Tel-Aviv.

 

S’il faut aujourd’hui plus d’une heure pour relier les deux villes en voiture et un peu plus en autobus (sans compter les nombreux embouteillages), à partir de 2018, le train express direct assurera la navette en 28 mn seulement. Pour les trains qui feront un petit crochet vers l’aéroport Ben-Gourion, il faudra compter 2 mn supplémentaires soit, 30 mn au total.

 

« La prochaine fois que vous verrez un embouteillage sur l’étroite autoroute menant à Jérusalem, dites-vous que ce cauchemar est bientôt fini », a  dit Doudi Amsellem, le président de la commission de l’Intérieur à la Knesset.

Quinze départs quotidiens dans chaque sens seront programmés. Chaque année, c’est près de 10 millions de voyageurs qui emprunteront cette liaison et gagneront ainsi de précieuses minutes sur leur temps de trajet.

Concernant le volume de passagers attendu, le  responsable a apporté la précision suivante :

 

“Pour atteindre l’objectif de 10 millions de passagers par an, il y aura 1 départ à chaque heure avec l’objectif d’atteindre un taux de remplissage moyen des trains de 70%. Chaque train aura une capacité allant de 420 à 600 places”.

 

“Nous démarrerons les ventes trois mois avant l’entrée en service du train express, pour que les gens puissent réserver à l’avance” a encore indiqué

 

Le grand mystère reste celui du prix du billet qui sera fixé pour partie selon les règles du yield management, à savoir en fonction de la demande et de la date de réservation.

Les chantiers ont été pharaoniques pour un coût estimé à 7,5 milliards de shekels (1,7 milliard d’euros). Le terminal à Jérusalem se situe à 80 mètres sous la terre, placé pratiquement au-dessous de l’actuelle station centrale des autobus. Une station qui servira également d’abri géant à la population en cas de guerre.

 

Le pont le plus long s’étend sur 1 250 mètres près de l’intersection de Latroun et le plus haut se situe à une centaine de mètres au-dessus de la terre ferme à l’entrée de Jérusalem. La longueur cumulée des tunnels est d’environ 20 kilomètres.

 

 

Souhail Ftouh

 

Leave a Reply

*