| More

sJojCgQOqxCsLZo-1600x900-noPad

En plus de son huile d’olive, Israël a toujours été connue pour ses excellentes dattes. Chaque année, les exportations enregistrent des chiffres importants, et cette saison ne fera pas l’exception.

 

La Medjool représente aujourd’hui 60% du marché de la datte israélienne et  ils sont exportés pour le marché du luxe culinaire à l’étranger.

 

Les exportations ont atteint 10 mille tonnes (soit une augmentation de 520 tonnes par rapport à la même période de l’année dernière) pour une valeur de plus de 69 millions de dollars, durant la période du  novembre  2016 et avril 2017.

 

Chaque année, les exportations des dattes enregistrent des chiffres importants, et cette saison ne fera pas l’exception.  Grâce à la Madjool, Israël a conquis le marché mondial de la date. L’État Juif a une part d’environ 35% du marché mondial de la Madjool.

 

 

Les dattes israéliennes  Madjool sont au premier rang des exportations

 

La datte Madjool est issue de l’Agriculture Biologique. Ce fruit sec est estimé comme la plus raffinée des dattes. La chair de la datte Madjool  est charnue et moelleuse. Elle se déguste fraîche ou séchée. Ces dattes délicates, grasses et fraîches sont tout de suite triées et réfrigérées entre 0 et 4°C afin de préserver leur saveur unique.

 

 

bigstock-Dates-fruit-Pile-of-fresh-dri

 

Les Israéliens ont investi dans la production de la datte en Californie et de là ils ont créé un nouveau type de dattes de gros calibre qu’ils ont dénommé Madjool.

 

Malgré que son prix moyen soit 10 fois plus élevé que le prix d’une simple datte, les dattes israéliennes Medjool peuvent être achetées sur les six continents.

 

Madjool  est peut-être plus connue par la grande taille de ces dattes, qui se différencient particulièrement des dattes du type Deglet Nour (au gout qui rappelle la prune).

 

Depuis la création du Hadiklaim (une coopérative de palmeraies en Israël), l’exportation des dattes a atteint des sommets de plus de 1000% en termes financiers.

 

« En 1982, nous avons exporté environ 1.500 tonnes de dattes pour 4 millions de dollars. En 2016, nous sommes allés jusqu’à 10.000 tonnes pour 69 millions de dollars», explique  Chezi Almog, vice-président du marketting chez Hadiklaim.

 

King Solomon et Jordan River sont les deux marques phares de Hadiklaim.

 

 

Cette année, selon les estimations de la coopérative, la récolte a atteint  30.000 tonnes de neuf variétés, principalement des Medjool, et suivi par des Barhi, Deglet Noor et Hayany.

 

Environ 50% de la récolte des dattes en Israël est exportée, mais en raison de sa haute qualité, il est responsable de 75% des revenus des producteurs.

 

Hadiklaim s’enorgueillit du fait qu’il travaille avec quelque 100 producteurs, dont 60 entreprises coopératives et des kibboutz et des dizaines de producteurs privés.

 

Les producteurs et les stations d’emballage Hadiklaim ont été approuvés ISO, BRC, EUREP GAP, Bio USDA et IFOAM ainsi par le ministère israélien de l’Agriculture et l’association israélienne de l’agriculture bio-organique. Sa production est certifiée bio sur le marché britannique.

 

 

Les entreprises israéliennes ont aussi un fort taux de pénétration dans les pays  arabes et sur les différents marchés des consommateurs musulmans dans le reste du monde (grands consommateurs de dattes pendant le mois de ramadan.)

 

Dans quelques  semaines et pendant tout le mois de ramadan, dans les échoppes tenues par des musulmans et fréquentées par des musulmans, ces dattes vont être largement mises en avant.

 

Hadiklaim se spécialise dans les dattes Madjool – le type de dattes que les musulmans consomment traditionnellement pour rompre le jeûne pendant le Ramadan.  Le mois de Ramadan est, après Noël, la saison la plus importante de l’année pour les exportateurs de dattes israéliennes.

 

 

En France, l’association BDS France mène campagne et appelle au boycott des dattes israéliennes particulièrement pendant ramadan, notamment au travers d’affiches placardées dans la rue.

 

 

Souhail Ftouh

Leave a Reply

*