| More

Le ministre des Renseignements israélien, Dan Meridor participera ce lundi, 26 mars 2012, à Séoul à la tête d’une délégation israélienne au sommet sur la sûreté nucléaire organisé à l’initiative du président américain Barack Obama.

Le 2ème Sommet sur la sécurité nucléaire aura lieu les 26 et 27 mars à Séoul, en présence des dirigeants et des représentants de 53 pays et de quatre organisations internationales.

Le ministre sud-coréen des Affaires étrangères Kim Sung-hwan a déclaré que le sommet sur la sécurité nucléaire à Séoul discuterait de la mise en pratique du contrôle et de la réduction des matières nucléaires par la coopération internationale élargie.

“Nous avons fait d’énormes progrès dans la réduction des matières nucléaires comme l’uranium hautement enrichi (UHE) pendant ces deux dernières années et de nombreux pays transforment maintenant l’uranium enrichi en uranium faiblement enrichi (UFE). Et en matière de sécurité nucléaire, sous la direction des organisations internationales telles que l’AIEA et 34 grands pays, le sommet discutera et échangera des vues sur la façon de réduire les matières nucléaires “, a déclaré Kim Sung-hwan.

La prolifération nucléaire de l’Iran est le sujet le plus urgent en ce moment. L’Iran cherche à provoquer le déséquilibre par la terreur. Avec son régime totalitaire qui menace l’équilibre régional, et directement Israël, le régime est en train de se donner un système nucléaire et balistique.

Le président américain Barack Obama a indiqué ce dimanche, 25 mars 2012, à Séoul au sujet de la crise nucléaire irannienne que la diplomatie a encore un rôle à jouer mais que la “fenêtre”pour une telle solution est en train de se fermer.

De sa part, le ministre israélien des Affaires étrangères s’est rendu, la semaine derniére, en Chine pour tenter de convaincre les dirigeants chinois de prendre des mesures de sanction contre l’Iran, mais avec peu de résultats. Pékin n’envisage toujours pas de se joindre aux sanctions visant l’économie iranienne et décidées par les pays occidentaux.

Dans une conférence de presse donnée après son entretien avec son homologue chinois Yang Jiechi, Avigdor Lieberman a déclaré qu’il « espérait » la « compréhension » des dirigeants chinois.

« Nous avons eu une longue discussion », a déclaré Avigdor Lieberman. « J’ai expliqué notre position, et je pense qu’il est crucial de clarifier notre position à la Chine. Et j’espère qu’ils comprennent nos inquiétudes, nos problèmes, et que nous continuerons à dialoguer. »

Une formulation des plus prudentes, en effet il n’est pas certain que Pékin ait pris toute la mesure de l’inquiétude israélienne concernant le programme nucléaire iranien.

Contrairement aux Etats Unis et à l’Europe, la Chine refuse en effet d’envisager des sanctions contre l’Iran, notamment en matière d’importation de pétrole. Or c’est précisément dans la pression internationale que réside le dernier espoir d’Israël. Si celle-ci échoue, et si l’Iran persiste à chercher à se doter de l’arme nucléaire, l’Etat hébreu agira seul et militairement.

« Nous préférons que la communauté internationale résolve la question iranienne à travers les discussions entre l’Iran et les grandes puissances, les négociations, les sanctions, etc. », a ajouté Avigdor Lieberman. « Mais dans le cas contraire, je pense que ce sera notre droit de nous protéger, de nous défendre, et comme je l’ai déjà dit nous gardons toutes les options sur la table. »

Ftouh Souhail

One Response to “Israel participe à la Conférence sur la sûreté nucléaire en Corée du Sud”
  1. […] : Identitejuive J'aimeJ'aime  Laisser un commentaire by leblogdenoach on 25 mars 2012 […]

  2.  
Leave a Reply

*