| More

 

Spring Meetings 2016

 

Israël a pris part aux réunions annuelles du printemps «Spring Meetings 2016»  du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale (BM).

 

 

Les Réunions du printemps du groupe de la Banque mondiale (BM) et du Fonds monétaire international (FMI)  ont eu lieu  le vendredi 15 avril au 17 avril 2016 dans la capitale américaine Washington.

 

Elles interviennent au moment où des appréhensions de voir la croissance économique en berne durant une langue période, augmentent, notamment avec la montée des conflits géopolitiques, du terrorisme et des flux migratoires.

 

Le FMI a revue à la hausse ses prévisions de croissance pour Israël, pour 2016, soit à 2.6% contre. En 2017, ce taux pourrait atteindre 2.8%, prévoit l’institution monétaire internationale. Le chômage reste sous la barre de 5.3%.

 

Dans son rapport sur les perspectives de l’économie mondiale, publié  la semaine dernière à Washington, le FMI a prévu une amélioration du taux d’inflation en Israël, soit de 1,9% en 2015 à 1.3% en 2016 et à 1% en 2017.

 

Spring Meetings 2016 1

Participation israélienne et un bon exemple pour de nombreux pays

 

Le ministre des Finances Moshe Kahlon s’est rendu à Washington pour assister à ce rendez-vous. Le ministre avait participé à des sessions de dialogue et de discussions ainsi qu’aux conférences qui ont  été organisées à cette occasion sur la conjoncture économique mondiale, le développement économique et la lutte contre la pauvreté.

 

Mr. Kahlon a eu des entretiens bilatéraux avec des responsables des institutions financières internationales, au moment où  l’économie israélienne, qui favorise la libre circulation des biens et des capitaux, est devenue un exemple pour de nombreux pays.  

 

En effet Israël a favorisé le capital-risque, quitte à perdre quelques impôts sur les sociétés.  Il a développé une fiscalité avantageuse pour ceux qui investissaient en Israël.

En 2015 les investissements en capital-risque dans les sociétés en haute technologie israéliennes, y compris les start-ups à un stade précoce, étaient solides.

 

Selon un nouveau rapport publié par Israel Venture Capital (IVC) et le cabinet d’avocat APM and Co, plus de 300 start-ups en 2015 ont reçu des financements de fonds de capital-risque les plus actifs du pays.

 

L’État Juif a innové aussi en permettant le transfert de technologie des industries militaires vers le civil et la vente des start-up à l’étranger.

 

 

Israël, qui a participé à ces réunions  est capable de financer le FMI.  Depuis 2010, l’État juif est passé du statut de débiteur international à celui de créancier!  Le gouvernement israélien  met à la disposition du FMI une ligne de crédit de plus de deux milliard de dollars.

 

 

Le FMI joue en fait le rôle de banque pour les banques des États membres. Chaque pays verse chaque année à l’Organisation sa « quote-part » dont le montant évolue en fonction de sa puissance économique (son produit national brut PNB) et de son commerce extérieur

 

 

Des responsables de gouvernements de plusieurs pays du monde ont pris part à ces réunions aux côtés de représentants du secteur privé et d’experts pour évaluer la situation financière internationale et examiner les moyens de relancer la croissance mondiale.

 

Les réunions du printemps regroupent les gouverneurs des Banques centrales, les ministres des Finances et du Développement, des hauts responsables du secteur privé et des académiciens venant de plusieurs pays du monde pour débatte des questions relatives aux perspectives économiques mondiales, à l’éradication de la pauvreté et au développement économique.

 

Parmi les évènements qui ont été organisés dans le cadre de ces réunions on a noté la Commission internationale des affaires monétaires et financières du FMI, la Commission du développement mixte appelée à évaluer les travaux accomplis par le FMI et la BM.

 

Des conférences et des rencontres de presse interrégionales ont  été organisés en marge de ces réunions pour présenter les rapports du FMI sur les perspectives de la croissance, la stabilité de l’économie mondiale et les réserves financières.

 

Le comité monétaire et financier international (CMFI) relevant du Fonds Monétaire International (FMI) a publié samedi dernier à l’issue des réunions un communiqué dans lequel il a exprimé sa volonté de réaliser une croissance mondiale vigoureuse, durable, solidaire, riche en emplois et mieux équilibrée.

 

Souhail Ftouh

 

 

Leave a Reply

*